samedi 17 février 2018

La mécanique des kenningar

La mécanique des kenningar


Les kenningar sont des périphrases souvent énigmatiques qui font écho à des références mythologiques païennes. Leur usage, répandu par les classes élitistes viking, comprend en général des expressions à deux termes : ainsi on a « loup des temples » pour évoquer le feu. Un nominatif et un génitif. Cette structure est redondante dans les sagas islandaises.
En extrapolant cette mécanique, nous pouvons envisager une multiplication de la structure. En effet, dans ces expressions à deux termes (nominatif et génitif), nous pouvons appliquer la règle et ainsi remplacer l’un des deux termes par une seconde périphrase. Ce qui en se basant sur notre lexique pourrait donner : « la race de Fenrir des temples » ; la race de Fenrir évoque le loup ce qui donne « loup des temples », ce qui se traduit alors par le feu. Cette gymnastique devient très vite opaque pour l’auditeur non averti. Elle ne semble pas avoir été développée à l’époque des scaldes (poètes islandais). Toutefois, les Celtes, notamment les Irlandais, en ont fait usage de manière assidue. Dans Le Dialogue des deux sages, nous en avons moultes exemples :
 » Une question, Ô jeune homme d’instruction, d’où es-tu venu ? (22)
Ce n’est pas difficile : (23)
Du talon d’un sage, c’est à dire du voisinage d’un sage, (24)
D’un confluent de sagesse, (25)
De perfections de bonté, (26)
Du brillant du soleil levant, (27)
Des noisetiers, (28)
De l’art poétique, (29)
De circuits de splendeurs, (30)
… »
Les traducteurs se sont perdus dans la multiplication des images ; le sens réel est extrêmement difficile à appréhender. Ainsi la mécanique des kenningar a pu servir de langage codé élististe réservé aux classes savantes, c’est à dire bardes et druides pour les Celtes et godis et scaldes pour les germains et scandinaves. Cette éloquence révèle une connaissance vertigineuse. Sans doute les images ont elles été construites au fil des relais entre initiés. Au cours des années, elles auront pris des tournures et des remaniements différents, tout en échappant jamais à la compréhension de leurs locuteurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire