lundi 1 décembre 2014

IL Y A 4000 ANS, UN PEUPLE ARYEN VIVAIT EN CHINE…

IL Y A 4000 ANS, UN PEUPLE ARYEN VIVAIT EN CHINE…
Sur la photo se trouvent quelques-unes des célèbres momies du Tarim, une region de Chine occidentale nommée Xinjiang. Grande fut la surprise lorsqu’à la fin du XIXè siècle furent découvertes dans cette région reculée de Chine, de nombreuses momies. Ces momies s’étaient conservées naturellement car la région est devenue très désertique. Vu la situation géographique on se serait attendu à trouver des momies du type racial mongoloïde, c’est-à-dire asiatique. Or il n’en était rien! La surprise était justement que toutes ces momies présentent un type racial europoïde.
La datation fut une autre raison d’étonnement, car ces momies démontrent que ce peuple de race blanche a vécu dans cette région chinoise de 2000 avant notre ère jusqu’à 200 avant notre ère. Tout porte à croire d’ailleurs que c’est grâce à ce peuple que fut introduit en Chine la culture du bronze, métal que les Chinois ne connaissaient pas encore. Pour une fois les Asiatiques n’étaient pas en avance sur nos ancêtres, ce sont eux qui leur ont apporté l’art et les secrets du bronze. La présence de ces ancêtres momifiés de race blanche dans la région du Xinjiang permettrait d’expliquer la présence d’un autre peuple europoïde, les Tokhariens. Ces derniers ont vécu effectivement dans ce même bassin du Tarim entre 200 avant notre ère jusqu’aux alentours de l’an mil de notre ère. En plus de leur type ethnique ils ont pu être identifés grâce à la langue indo-européenne qu’ils parlaient. On a pu constater de nombreuses simlitudes avec le germanique ancien ainsi que le grec ancien. Les momies du Tarim pourraient donc logiquement être les ancêtres directs de ces Tokhariens.
Des études génétiques récentes ont démontré que ces momies de Chine avaient une relation directe avec les peuples europoïdes de l’Europe orientale et d’Asie Centrale. Or dans la première moitié du 2è millénaire avant notre ère, le seul peuple indo-européen qui soit passé par cette région est le peuple aryen, eux-mêmes se nommaient les “Arya”. C’est ce même peuple indo-européen qui en descendant vers le Sud allait peupler l’Inde et les hauts plateaux de l’Iran, c’est pour eux qu’on emploie les termes d’Indo-Aryens et d’Indo-Iraniens (ou Irano-Aryens). Il est ainsi très probable que dans leur longue migration historique, une petite partie de ces Aryens ait décidé de s’établir en Orient (Chine) et non dans le Sud asiatique (Inde et Iran) comme l’ont fait la plupart de leurs congénères. C’est cette branche aryenne qui aurait donc composé les membres de cette communauté blanche du Xinjiang.
Un autre élément intéressant sont leurs vêtements. On a trouvé de très grandes similitudes avec les tissus du type écossais, raison pour laquelle dans un premier temps les historiens croyaient pouvoir établir une relation avec les Celtes d’Europe. Un dernier élément digne d’intérêt fut une des momies, celle d’une femme. On suppose qu’elle fut la chamane de la communauté car on a retrouvé auprès de son corps de nombreuses amulettes. Or le détail surprenant, tel qu’on peut le voir sur le bas de la photo de cet article, c’est son chapeau. Il ressemble en effet étrangement aux chapeaux de sorcières tels qu’on les connaît dans nos légendes actuelles. Ce chapeau d’une chamane aryenne vieux de 3500 ans pourrait-il être l’ancêtre des chapeaux de sorcière? Peu probable, le débat reste ouvert, mais il faut avouer que les ressemblances sont frappantes.
Avec ces momies du Tarim, on peut véritablement parler d’un symbolisme tout particulier, celui de la grande mobilité de nos lointains ancêtres et de leur capacité d’adaptation à des cadres géographiques très différents.
Hathuwolf Harson

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire