lundi 27 octobre 2014

L'Arbre merveilleux Laerad

L'Arbre merveilleux Lêrad. — Cet arbre, dont le nom dérive, sans doute, de Hlxradr, et signifie Illuminé, est, par son dôme de branches et de feuillage, le Symbole de la Voûte céleste. Le tronc de cet arbre est placé au milieu de la Halle-des-Occis, et son dôme de feuillage s'élève au-dessus du toit doré de cette Demeure céleste (voy. p. 147). Heidrûne, afin de pouvoir atteindre la pousse inférieure de l'Arbrei se dresse sur ses jambes de derrière, et appuie ses jambes de devant contre la paroi extérieure de la Halle-des-Occis. Le nom de Heidrûne signifie Compagne duBrillant, soit parce que cette Chèvre, originairement, le Symbole des Nuages noirs, se tenait au ciel, qui est nommé Heidr (Brillant), comme étant le séjour du soleil et de la lumière (cf. Tivus, Brillant, Ciel; sansc. dyou, Lumière, Ciel), soit parce qu'elle se tenait auprès de Lérad, qui est le Symbole de la voûte du ciel ou du Brillant. Les détails rapportés par Snorri, sur la chèvre Heidrûne, sont empruntés à la strophe 23 des Dits deGrimnir, que voici:
« Elle se nomme Heidrûne, la Chèvre qui se dresse près de la Halledu Père-des-Troupiers,
« Et broute aux branches de Leràd; « Elle doit remplir le Vase-à-anse de- son pur hydromel;
« Ce fortifiant ne saurait s'épuiser. »


En parallèle, la chèvre Heidrun (« lumineuse ») fournit de l’hydromel aux einherjar en
quantité inépuisable. Vivant sur le toit du Walhalla (Figure 8), elle broute les jeunes pousses
de l’arbre Laerad (arbre de vie qui est pour certains auteurs Yggdrasill même [7]), et de son
pis intarissable coule l’hydromel qui remplit chaque jour une cuve si grande que tous les
einherjar peuvent en boire à volonté. Notons que ce mythe se rapproche beaucoup lui aussi de
la corne d’abondance de la chèvre Amalthée. Heidrun est alors un symbole nourricier par
excellence, tout comme la vache Audhumla. L’hydromel est la boisson sacrée, la chèvre
Heidrun, idéalisation de la profusion maternelle, appartient donc à un paradis céleste ou
chaque homme aurait la possibilité de satisfaire sa soif indéfiniment à la source d’un breuvage
suprême, la boisson des dieux eux-mêmes.
Heidrún s’appelle la chèvre
Qui se tient sur la halle de Herjafödr*
Et broute les rameaux de Laeradr,
Elle doit remplir une cuve
De pur hydromel.
Cet élixir ne saurait tarir.
* « le père des armées », nom fréquent d’Odin dans les poèmes mythologiques
Eikthyrnir s’appelle le cerf
Qui se tient sur la halle de Herjafödr
Et broute les rameaux de Laeradr,
De ses cornes, l’eau ruisselle
Dans la source Hvergelmir,C’est là que toute rivière a son origine.
Grimnismal, strophes 25 et 26 [3]

Sur le toit du Walhalla, aux côtés d’Heidrun, se trouve donc le cerf Eikthyrnir. Lui aussi se
nourrit des feuilles de l’arbre Laerad, et des ses bois ruissellent l’eau qui alimente la source
Hvergelmir, elle-même à l’origine de toutes les rivières. Le cerf est une nouvelle fois associé
à l’arbre de vie car il semble là-aussi que les bois ramifiés du cerf servent de support figuratif
à une transposition morphologique avec les branche de Laerad mais aussi avec le réseau
fluvial. Les bois qui gouttent doivent s’entendre comme réminiscence d’êtres primitifs qui
procureraient la nourriture, se rapprochant ainsi des « rivières de lait » de la vache Audhumla,
mais aussi de Heidrun. Ces animaux nourriciers alimentent les vivants et les morts (einherjar),
sur terre comme dans l’au-delà. L’eau qui s’écoule des bois d’Eikthyrnir va nourrir la terre, et
le lait d’Audhumla accomplit la même chose puisqu’il nourrit Ymir, personnification de la
terre.
 Les autres noms d’Yggdrasil comprennent le bois d’Hoddmimir, Laerad et le cheval d’Odin.
http://www.fao.org/docrep/005/y9882f/y9882f08.htm

Certains auteurs y voient le correspondant mythique de l'arbre du village, soit de l'arbre qui, parfois, comme le chêne de la grande salle des Volsungar, traverse la maison, dont il a sans doute formé d'abord l'armature.
Georges Dumézil, Mythes et dieux de la Scandinavie ancienne, Paris, Gallimard, 1959, p. 191

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire