mardi 7 octobre 2014

Harbarthsljoth

Harbarthsljoth
http://germanie.wikidot.com/harbarthsljoth
1
Qui est donc ce compagnon là-bas sur la lointaine rive d'où le glas a résonné ?
2 (Le passeur)
Quelle sorte de paysan là-bas braille ainsi au-delà des eaux ?
3 (Thor)
Embarquez-moi sur l'autre rive, je vous préparerai le déjeuner du matin en pour ;
Un panier je porte au dos, et il contient la meilleure des nourritures ;
Moi j'ai déjà mangé à satiété de la demeure d'où je suis parti,
Et me voilà chargé abondamment d'harengs et porridges.
4 (Le passeur sinistre)
De vos exploits matinaux vous êtes fier mais de l'avenir vous ne savez rien ;
Lugubre est désormais la Halle du retour, votre mère, je pense, y étant morte !
5 (Thor effondré)
Ce que vous venez de dire maintenant est certainement pour tous
La plus grande des peines de savoir ainsi sa mère morte.
6 (Le passeur change de propos)
Les trois bâtiments d'une ferme vous ne semblez même pas, je pense, posséder ;
Vous êtes là nus pieds portant des habits de mendiants,
Sans même avoir le moindre outils !
7 (Thor se reprend)
Naviguez-moi par barque jusqu'à rejoindre la terre que je vous désignerai ;
Mais quel est donc l'armateur à qui vous gardez le bateau sur ce rivage ?
8 (Le passeur)
C'est Hildolf qui me l'a offert,
Un héros plein de sagesse ; Sa Halle se tient au glas de Rathsey.
Il m'a en retour demandé de ne pas y mener brigands ou voleurs de chevaux,
Mais seulement les hommes dignes et ceux auxquels je prête confiance.
Dites-moi votre nom pour mériter le passage jusqu'à ce glas.
9 (Thor s'y emploie)
Mon nom en effet je vous dirais, bien que je sois ici en danger,
Ainsi que mon lignage ; Je suis le fils d'Odin,
Le frère de Meili et le père de Magni,
Le plus puissant des Dieux ; Avec Thor vous parlerez désormais
Et maintenant je vous demanderais à mon tour votre propre nom !
10 (Le passeur rend la politesse)
Je me nomme Harbarth, et rarement je dissimule mon nom.
11 (Thor intrigué)
Pourquoi devriez-vous dissimuler votre nom si on ne vous cherche point querelle ?
12 (Harbarth amusé)
Mais des disputes j'en ai eu, telle la nôtre
Qui n'en est pas la moindre, et je dois préserver ma vie,
Jusqu'à ce que mon sort soit funestement décrété.
13 (Thor agacé)
De grands troubles adviendront si je dois vous rejoindre
En pataugeant à travers les eaux et mouillez ma personne ;
Au misérable je ferais payer les railleries
Si je parviens jusqu'au glas !
14 (Harbarth théâtral)
Ici je me tiendrais vous attendant alors ;
Vous ne trouverez pas d'Homme plus féroce depuis la mort de Hrungnir !
15 (Thor sans peurs)
Je serai trop heureux de vous narrer comment j'ai combattu Hrungnir,
L'Hautain-Géant dont la pierre était faite de pierre ;
Je l'ai alors fait chuté et il s'est étalé devant moi.
Alors Harbarth, que faisiez-vous donc pendant ce fait d'arme ?
16 (Harbarth fier)
Cinq pleins hivers j'ai passé avec Fjolvar
Demeurant sur l'île que l'on nomme Algrön ;
Nous avons pu combattre et faire chuter bien des tueurs,
Beaucoup nous cherchant querelles ; Enfin nous avons pu conquérir de nombreuses Vierges.
17 (Thor intéressé)
Comment vous vous y êtes donc pris avec ces femmes ?
18 (Harbarth de nouveau amusé)*
Pleines de vies ces femmes seraient pour nous si elles étaient sages ;
Pleines de sagesse ces femmes seraient pour nous si elles se trouvaient être ainsi ;
Sinon comme des cordes de sable elles onduleraient sous le vent
Où creuseraient jusqu'aux abysses de la plus profonde des vallées.
Plus sage que tous je suis de conseils au Thing,
Et je pus convaincre de m'allonger entre ces sept sœurs.
De chacune alors j'obtins les grâces de grands plaisirs !
Alors Thor, que faisiez-vous donc pendant ce doux moment ?
19 (Thor ne s'en laisse pas compter)
J'ai fait chuté Thjazi, le féroce Géant,
Et j'ai projeté les yeux du fils d'Alvadi
Dans les cieux lumineux au-dessus ;
De mes œuvres, ce fait en est le plus haut,
Chaque Homme pouvant depuis en voir les marques célestes.
Alors Harbarth, que faisiez-vous donc pendant cet exploit ?
20 (Harbarth renchérit)
Moult sortilèges de charmes j'ai appris de celles chevauchant par nuit,
Les envoûtant moi-même en les volant à leur mari ;
Je me rappelais également d'Hlebarth, un Géant brutal :
Son bâton enchanté il m'offrit comme un don,
Et avec je lui fis perdre ses esprits !
21 (Thor renfrogné)
Récompensez-vous donc toujours ce qu'on vous offre par de tels maléfices ?
22 (Harbarth amoral)
Le chêne prend sa force sur les copeaux d'un autre ;
En cela chacun doit se fier pour sa bonne Fortune !
Alors Thor, que faisiez-vous donc pendant ces subterfuges ?
23 (Thor plus noble)
Vers l'Est je suis allé, repoussant du monde des Géants
Leurs maudites femmes alors en sortant des montagnes ;
Et en grande masse seraient venus ces monstres si tous étaient encore vivants :
Aucun Homme ne vivrait plus sur les terres de Midgard !
Alors Harbarth, que faisiez-vous donc pendant cette bataille ?
24 (Harbarth toujours cruel)
A Valland j'étais et les Guerres j'ai provoqué,
Les Princes j'ai irrité et jamais n'ai apporté la Paix ;
Les nobles qui meurent au combat sont alors pour Odin
Et la race des Thralls pour Thor !
25 (Thor révulsé)
Alors vous offrez bien injustement le sacrifice de ces Hommes aux Dieux,
Du moins si d'un tel pouvoir vous êtes pourvu !
26 (Harbarth le mauvais se moque)*
Thor a certes une grande puissance mais point de courage ;
Sous la lâche peur vous vous êtes alors réfugié en rampant dans un gant,
Oubliant vite que vous étiez le si fort Thor ;
Tellement terrorisé vous étiez alors et tellement effrayé
Qu'un simple bruit ou éternuement ne se fasse entendre par Fjalar !
27 (Thor exultant de rage)
Vous n'êtes qu'une femmelette Harbarth ; Je vous enverrai d'un coup en enfer
Si mon bras été capable de vous atteindre au-delà du glas !
28 (Harbarth rieur)
Pourquoi donc vouloir atteindre le glas alors que nous n'avons aucun différends !
Alors quoi Thor, que faisiez-vous donc avant cette joute ?
29 (Thor menaçant)
Bien à l'Est j'étais, surveillant un fleuve alors,
Là où les fils de Svarang me cherchaient ;
Des pierres ils me jetèrent ; Une brève joie ils retirèrent de cette victoire ;
Car une fois à leur portée ils en payèrent chèrement le prix !
Alors Harbarth, que faisiez-vous donc pendant ce combat ?
30 (Harbarth n'en a cure)*
A l'Est j'étais aussi, discutant avec certains,
Jouant à la Toile Blanche avec la Völva et la charmant ensuite par subterfuges ;
Je l'ai alors réjoui en l'ornant d'or et à son tour s'est offerte à mon plaisir !
31 (Thor s'inclinant)
De grandes faveurs étaient cette femme alors rencontrée.
32 (Harbarth soudain aimable)
Heureux j'aurais été alors de votre aide, Thor, pour gagner ses faveurs plus rapidement.
33 (Thor intéressé)
J'aurais été heureux d'être là et mon aide je vous aurai offerte.
34 (Harbarth dubitatif)
J'aurai pu alors vous faire confiance si vous n'êtes point traître en ce domaine !
35 (Thor piqué au vif)*
Je ne suis pas un va-nu-pieds de l'honneur ni une vieille chausse de cuir au printemps !
36 (Harbarth)
Alors quoi Thor, que faisiez-vous donc avant cette aventure ?
37 (Thor en guerrier vétéran)
A l'île d'Hesley je massacrais les épouses des Berserkers ;
La plupart étaient maléfiques, et toutes avaient trahies.
38 (Harbarth écoeuré)
Votre victoire est une honte ainsi remportée sur des Femmes, Thor !
39 (Thor offusqué)
Elles n'étaient que des Louves alors et bien peu des Femmes !
A ma barque, bien affrétée sur le rivage, elles s'attaquèrent alors,
Puis par de lourdes masses de fer elles nous menacèrent, chassant même Thjalfi ;
Alors Harbarth, que faisiez-vous donc pendant cet assaut ?
40 (Harbarth vengeur)
Dans la troupe armée j'étais qui alors s'avançait ici,
Les bannières brandies et les lances prêtent à s'empourprer de sang !
41 (Thor ébranlé)
Affirmez-vous donc que vous soyez ainsi venu porté la haine jusqu'à nous ?
42 (Harbarth stratège)
Un anneau échangé au doigt serait peut-être le bienvenue
Tel un juge de paix pour apaiser notre conflit.
43 (Thor dégoûté)
D'où vient un tel discours si infect et méprisant ?
Jamais avant je n'avais entendu de tels immondes propos !
44 (Harbarth narquois)*
Je l'ai appris des Hommes, de si vieux Hommes,
Qui demeurent dans la Halle d'une colline.
45 (Thor insatisfait)
Un nom plus juste vous devriez leur donner plutôt que celui d'un tas de pierre
Au lieu d'évoquer l'obscure Halle d'une colline !
46 (Harbarth indifférent)
De ces choses ainsi je parle !
47 (Thor n'y tient plus)
Moins ardents seraient les insultes que vous avez tant de plaisir à formuler,
Si les eaux je choisissais de traverser :
Et plus fort qu'un loup serait votre hurlement
Si j'écrasais mon marteau de guerre sur vous !
48 (Harbarth outrageant)
Sif a un amant en votre Halle, et vous devriez plutôt le rencontrer,
Mettant ainsi votre force plus à propos quand à le défier !
49 (Thor fou de colère)
Votre langue mauvaise nuie toujours mais là elle me semble bien plus venimeuse encore ;
Vous n'êtes qu'un pauvre d'esprit ! Vous mentez et je viens à vous !
50 (Harbarth ironique)
La vérité je dis pourtant mais trop lent vous êtes sur ce chemin,
Et bien loin d'ici vous seriez si vous aviez embarqué plus vite au matin !
51 (Thor furieux)
Vous n'êtes qu'une femmelette Harbarth et vous m'avez fait perdre mon temps ici !
52 (Harbarth railleur)
Je n'aurais jamais pensé qu'ainsi Asathor serait tant gêné
Sur son chemin par un simple Passeur !
53 (Thor enfin décidé)
Un seul conseil je vais donner maintenant : ramez jusqu'à cette rive !
Plus de moqueries et faites passer le père de Magni à gué.
54 (Harbarth ferme)
Par la voie menant au glas je ne vous engagerai point !
55 (Thor plus malin)
Alors montrez-moi le chemin puisque vous ne me naviguerez point sur les eaux.
56 (Harbarth honore la demande)*
Refuser votre requête serait un peu court alors qu'en est si long le parcours ;
- Il y a un temps à l'action, un autre pour les pierres -
Donc prenez la route à gauche jusqu'à atteindre le Verland ;
Là Fjorgyn y retrouvera son fils Thor
Et montrera alors à son enfant la route menant au royaume d'Odin.
57 (Thor)
Pourrais-je allé si loin ce jour ?
58 (Harbarth répond)
Avec de l'ardeur et de durs épreuves à passer,
Le soleil brillera encore je pense à votre arrivée.
59 (Thor prend congé non sans rancunes)
Bref sera maintenant nos saluts, vous qui n'usez que de seules railleries ;
Je vous ferais payer votre refus de passage si un jour nos chemins se recroisent !
60 (Harbarth prend congé non sans une dernière bravade)*
Soit alors et allez là où chaque chose de ce monde vous apportera le malheur !

Annexes : voir http://germanie.wikidot.com/harbarthsljoth

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire