mercredi 20 août 2014

LE CHANT DE THRYM, Ou LE MARTEAU DE THOR


1842 Xavier Marmier 
  LE CHANT DE THRYM, Ou   LE MARTEAU DE THOR 
in Chants populaires du Nord 

Chant mythique, que M. Finn Magnussen explique ainsi : Thrym est l'hiver, qui a enseveli l'arme de Thor, ou le tonnerre. Thor se réveille au printemps et dompte les rigoureux frimas. D'autres écrivains regardent ce poème comme un hymne au printemps, représenté par la gracieuse déesse Freya.Ce poème est l'un des plus populaires qui existent dans l'ancienne littérature Scandinave; il a été traduit plusieurs fois en danois et en suédois; en allemand par Chamisso; en anglais par Cotlle et Herbert, en français par M. Wolff.
Thor est en colère lorsque en s'éveillant le matin il s'aperçoit qu'il a perdu son marteau. Il se tire la barbe, il secoue la tête et promène ses regards autour de lui.
Puis il élève la voix et dit.: Écoute, Loki, ce que je veux t'apprendre, ce que nul être ne sait sur la terre et nul être dans le ciel : mon marteau m'a été enlevé.
Ils s'en vont dans la riante demeure de Freya, et voici ce que Thor lui dit : Veux-tu, Freya, me prêter tes ailes pour aller chercher mon marlcau ?
Freya répondit :
Je te les remettrais volontiers quand elles seraient d'argent et quand elles seraient d'or. Loki s'envole avec ses ailes jusqu'à ce qu'il arrive hors de la région des dieux sur la terre des géants.
Thrym, le prince des géants, est assis sur la montagne, façonnant des colliers d'or pour ses chiens et arrangeant avec art la crinière de son cheval.
Thrym dit :
Que se passe-t-il parmi les dieux ? Que se passe-t-il parmi les elfes? Pourquoi viens-tu dans la contrée des géants?
Loki dit :
L'alarme est parmi les dieux, l'alarme est parmi les elfes. As-tu caché le marteau de Thor ?
Thrym répond :
J'ai caché le marteau de Thor à huit milles sous terre. Personne ne l'aura, à moins qu'on ne m'amène Freya pour épouse.
Loki secoue ses ailes et poursuit son vol jusqu'à ce qu'il arrive hors de la contrée des géants, dans la demeure des dieux.
Thor le rencontre à l'entrée de sa demeure et lui dit : As-tu atteint ton but par tes efforts? Du haut des airs, fais-moi tpn récit. Celui qui est sédentaire n'a rien à raconter, celui qui est couché tisse le mensonge.
Loki dit :
Par mes efforts, j'ai commencé l'affaire. Thrym, prince des géants, a ton marteau ; mais personne ne l'aura, à moins qu'on ne lui amène Freya pour fiancée.
Ils s'en vont parler à la belle Freya, et Thor lui dit : Prends, ô Freya! le vêtement de fiancée , nous irons ensemble dans la contrée des géants.
Freya l'écoute avec colère. La salle des ases tremble sous elle, et la parure de la déesse se brise. Tu pourrais bien m'appeler la plus lascive des femmes si j'allais avec toi dans la contrée des géants.
Les dieux se réunissent en conseil, les déesses les rejoignent. Tous vont délibérer sur les moyens de reprendre le marteau de Thor.
Alors , Heimdall, l'un des plus brillants parmi les ases et l'un des plus habiles, prit la parole et dit : Donnons à Thor le vêtement de fiancée; qu'il porte la riche parure de Freya, qu'un trousseau de clefs pendu à sa ceinture résonne sur ses pas, qu'une robe de femme lui tombe sur les genoux. Nous lui mettrons, de plus, des pierres précieuses sur la poitrine et une riche coiffure sur la tête.
Thor, le dieu de la force, s'écrie : Les ases me traiteraient comme une femme si je prenais le vêtement de fiancée.
Loki, fils de Laufeyia, lui répond: Cesse de parler ainsi, Thor, les géants seront bientôt les maîtres de notre demeure si nous ne reprenons pas ton marteau.
On donne à Thor le vêtement de fiancée et la riche parure de Freya. Des clefs suspendues à sa ceinture résonnent sur ses pas, une robe de femme tombe sur ses genoux, sa poitrine est ornée de pierres précieuses et sa tête d'une riche coiffure.
Loki, fils de Laufeyia, dit : Je te suivrai comme si j'étais ta servante. Partons ensemble pour les contrées des géants.
On amène à l'instant les deux boucs de Thor ; ils sont attelés à un char et s'élancent rapidement. Les rochers se brisent, le feu en jaillit. Le fils d'Odin s'en va vers la terre des géants.
Thrym, le prince des géants, s'écrie : Levez-vous,
géants, préparez les siéges, voilà qu'on m'amène pour fiancée Freya, fille de Niord.
On voit s'avancer les vaches aux cornes dorées, les bœufs noirs comme le charbon qui réjouissent le géant. — J'ai assez de trésors, j'ai assez de parures, il ne me manquait que Freya.
Le soir, de bonne heure, les convives se rassemblent. On apporte la bière pour les géants. Thor mange un bœuf, huit saumons, et tous les mets plus délicats que l'on a l'habitude d'offrir aux femmes. Tour apaiser sa soif, il boit trois mesures de bière.
Thrym, prince des géants, dit : Jamais je n'ai vu une fiancée aussi vorace, jamais je n'ai vu une fiancée manger tant à la fois, jamais je n'ai vu une jeune fille boire tant de bière.
La petite servante rusée élait assise là, et trouva une réponse aux paroles du géant : » Depuis quatre jours, Freya n'a rien mangé, tant elle était tourmentée par le désir de faire ce voyage.
Thrym soulève le voile de cette fiancée et recule effrayé" jusqu'au bout de la salle : — Que le regard de Freya est pénétrant! Il m'a semblé que la flamme jaillissait de ses yeux.
La petite servante rusée était assise là, et trouva une réponse aux paroles du géant : — « Depuis quatre jours, Freya n'a pas dormi, tant elle était tourmentée par le désir de venir ici. »
La sœur du géant s'approche et se hasarde à demander les dons d'usage : — Donne-moi ces anneaux d'or que tu portes aux doigts si lu veux gagner mon amitié, si tu veux que je te sois toute dévouée.
Thrym, prince des géants, dit : Apportez le marteau pour la cérémonie nuptiale. Posez le marteau sur lesgenoux de la jeune fille, et que l'on nous unisse l'un à l'autre.
Thor rit au fond du cœur en voyant reparaître son marteau. Il le prend et frappe d'abord le prince des géanls, et massacre toute sa race.
Il frappe aussi la malheureuse sœur du géant qui demandait des présents. Au lieu d'argent, au lieu de bracelets, elle reçut des coups. C'est ainsi que le fils d'Odin reprit son marteau.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire