vendredi 4 juillet 2014

Le Conte du Graal

Chrétien de Troyes

Le Conte du Graal (Perceval)

______________________________________________________________________________
Transcription du manuscrit Paris, B.N. fr. 794 (ms. A), effectuée par Pïerre Kunstmann (Laboratoire de Français Ancien, Université d'Ottawa), avec référence aux folios du ms. Celui-ci présente 3 colonnes par page, notées a/b/c pour le recto, d/e/f pour le verso. L'indication de début de colonne est suivie de la numérotation du vers. Le caractère gras est utilisé pour signaler une lettrine dans le ms.
La ponctuation et la séparation des mots suivent l'usage moderne. Quand le français moderne ne pouvait fournir d'indication pour délimiter les unités, nous avons décidé d'adopter, dans la plupart des cas, le système utilisé par M.-L. Ollier (Lexique et concordance de Chrétien de Troyes, Montréal et Paris, 1986), afin de permettre aux chercheurs de passer facilement d'un outil à l'autre.
Les abréviations du copiste ont été développées et les lettres suppléées (mais non les caractères suscrits lisibles dans le ms.) sont soulignées; les points de suspension signalent des omissions de vers dans le ms., et les erreurs manifestes du copiste sont indiquées par un astérisque. Les passages incompréhensibles sont marqués d'une croix.
Texte divisé en quatorze sections:


Perceval chez sa mère

361a.1
Qui petit seme petit quialt,
et qui auques recoillir vialt
an tel leu sa semance espande
que fruit a cent dobles li rande;
car an terre qui rien ne vaut,
bone semance i seche et faut.
Crestiens seme et fet semance
d'un romans que il ancomance,
et si le seme an si bon leu
qu'il ne puet estre sanz grant preu,
qu'il le fet por le plus prodome
qui soit an l'empire de Rome.
C'est li cuens Phelipes de Flandres,
qui mialz valt ne fist Alixandres,
cil que l'an dit qui tant fu buens.
Mes je proverai que li cuens
valt mialz que cist ne fist asez,
car il ot an lui amassez
toz les vices et toz les max
dont li cuens est mondes et sax.
Li cuens est tex que il n'escote
vilain gap ne parole estote,
et s'il ot mal dire d'autrui,
qui que il soit, ce poise lui.
Li cuens ainme droite justise
et leauté et Sainte Iglise,
et tote vilenie het;
s'est plus larges que l'an ne set,
qu'il done selonc l'Evangile,
sanz ypocrisye et sanz guile,
qui dit: « Ne saiche ta senestre
le bien, quant le fera la destre. »
Cil le saiche qui le reçoit,
et Dex, qui toz les segrez voit
et set totes les repostailles
qui sont es cuers et es antrailles.
L'Evangile, por coi dit ele:
« Tes biens a ta senestre cele ? »
La senestre, selonc l'estoire,
senefie la vainne gloire
361b.41
qui vint de fause ypocrisie.
Et la destre, que senefie ?
Charité, qui de sa bone oevre
pas ne se vante, ençois la coevre,
que nus ne le set se cil non
qui Dex et Charité a non.
Dex est charitez, et qui vit
an charité, selonc l'escrit,
sainz Pos lo dit et je le lui,
qu'i maint an Deu et Dex an lui.
Donc sachoiz bien de verité
que li don sont de charité
que li bons cuens Felipes done,
c'onques nelui n'an areisone
fors son franc cuer le debonere,
qui li loe le bien a fere.
Ne valt mialz cil que ne valut
Alixandres, cui ne chalut
de charité ne de nul bien ?
Oïl, n'an dotez ja de rien.
Donc avra bien sauve sa peinne
Crestiens, qui antant et peinne
a rimoier le meillor conte,
par le comandement le conte,
qui soit contez an cort real.
Ce est li contes del graal,
don li cuens li baille le livre,
s'orroiz comant il s'an delivre.
Ce fu au tans qu'arbre florissent,
fuelles, boschaige, pré verdissent,
et cil oisel an lor latin
dolcemant chantent au matin
et tote riens de joie anflame,
que li filz a la veve dame
de la Gaste Forest soutainne
se leva, et ne li fu painne
que il sa sele ne meïst
sor son chaceor et preïst
.iii. javeloz, et tot ensi
fors del manoir sa mere issi.
Et pansa que veoir iroit
hercheors que sa mere avoit,
qui ses aveinnes li herchoient;
bués .xii. et sis hierches avoient.
361c.85
Ensi an la forest s'an antre,
et maintenant li cuers del vantre
por le dolz tans li resjoï
et por le chant que il oï
des oisiax qui joie feisoient;
totes ces choses li pleisoient.
Por la dolçor del tans serain
osta au chaceor son frain,
si le leissa aler peissant
par l'erbe fresche verdeant.
Et cil qui bien lancier savoit
des javeloz que il avoit
aloit anviron lui lancent,
une ore arriere et altre avant,
une ore an bas et altre an haut,
tant qu'il oï parmi le gaut
venir .v. chevaliers armez,
de totes armes acesmez.
Et mout grant noise demenoient
les armes a ces qui venoient,
car sovant hurtoient as armes
li rain des chasnes et des charmes.
Et tuit li hauberc fremissoient,
les lances as escuz hurtoient,
sonoit li fuz, sonoit li fers
et des escuz et des haubers.
Li vaslez ot et ne voit pas
ces qui vienent plus que le pas;
si s'an mervoille et dit: « Par m'ame,
voir me dist ma mere, ma dame,
qui me dist que deable sont
plus esfreé que rien del mont;
et si dist, por moi anseignier,
que por aus se doit an seignier.
Mes cest anseing desdaignerai,
que ja voir ne m'an seignerai,
einz ferrai si tot le plus fort
d'un des javeloz que je port,
que ja n'aprocheront de moi
nus des altres, si con je croi. »
Ensins a lui meïsmes dist
li vaslez einz qu'il les veïst.
Et quant il les vit en apert,
que del bois furent descovert,
361d.129
et vit les haubers fremianz
et les hiaumes clers et luisanz,
et vit le vert et le vermoil
reluire contre le soloil,
et l'or et l'azur et l'argent,
se li fu mouet bel et gent.
Lors dist: « Ha ! sire Dex, merci !
Ce sont ange que je voi ci.
Hé ! voir, or ai ge mout pechié,
or ai ge mout mal esploitié,
qui dis que c'estoient deable.
Ne me dist pas ma mere fable,
qui me dist que li ange estoient
les plus beles choses qui soient,
fors Deu, qui est plus biax que tuit.
Ci voi ge Damedeu, ce cuit,
car un si bel an i esgart
que li autre, se Dex me gart,
n'ont mie de biauté le disme.
Et si dist ma mere meïsme
qu'an doit Deu croire et aorer
et soploier et enorer,
et je aorerai cestui
et toz les altres avoec lui. »
Maintenant vers terre se lance
et dit trestote sa creance
et orisons que il savoit,
que sa mere apris li avoit.
Et li mestres des chevaliers
le voit et dit: « Estez arriers,
qu'a terre est de peor cheüz
cil vaslez, qui nos a veüz.
Se nos alions tuit ansanble
vers lui, il avroit, ce me sanble,
si grant peor que il morroit
ne respondre ne me porroit
a rien que je li demandasse. »
Il s'arestent, et cil s'an passe
vers le vallet grant aleüre;
si le salue et aseüre,
et dit: « Vallez, n'aies peor !
- Non ai ge, par le Salveor,
fet li vaslez, an cui je croi.
Estes vos Dex ? - Nenil, par foi.
361e.173
- Qui estes vos dons ? - Chevaliers sui.
- Ainz mes chevalier ne conui,
fet li vallez, ne nul n'an vi,
n'onques mes parler n'an oï;
mes vos estes plus biax que Dex.
Car fusse je or autretex,
ensi luisanz et ensi fez ! »
A cest mot pres de lui s'est trez
li chevaliers, si li demande:
« Veïs tu hui an ceste lande
.v. chevaliers et trois puceles ? »
Li vaslez a autres noveles
anquerre et demander antant.
A sa lance sa main li tant,
sel prant et dit: « Biax amis chiers,
vos qui avez non chevaliers,
que est ice que vos tenez ?
- Or sui je mout bien asenez,
fet li chevaliers, ce m'est vis.
Je cuidoie, biax dolz amis,
noveles apanre de toi,
et tu les viax savoir de moi !
Jel te dirai, ce est ma lance.
- Dites vos, fet il, qu'an la lance
si con je faz mes javeloz ?
- Nenil, vaslez, tu es trop soz !
Einz an fiert an tot demenois.
- Donc valt mialz li uns de ces trois
javeloz que vos veez ci,
car quanque je vuel an oci,
oisiax et bestes, a besoing;
et si les oci de tant loing
con l'an porroit .i. bozon trere.
- Vaslez, de ce n'ai ge que fere,
mes des chevaliers me respont.
Di moi se tu sez ou il sont;
et les puceles veïs tu ? »
Li vaslez au pan de l'escu
le prant et dit tot en apert:
« Ce que est et de coi vos sert ?
- Vaslez, fet il, ce est abez,
qu'an altres noveles me mez
que je ne te quier ne demant !
Je cuidoie, se Dex m'amant,
361f.217
que tu noveles me deïsses
einz que de moi les apreïsses,
et tu viax que je les t'apraingne !
Jel te dirai, comant qu'il praigne,
car a toi volantiers m'acort.
Escuz a non ce que je port.
Escuz a non ? - Voire, fet il,
ne le doi mie tenir vil,
car il m'est tant de bone foi
que, se nus lance ou tret a moi,
ancontre toz les cos se tret.
C'est li servises qu'il me fet. »
Atant cil qui furent arriere
s'an vindrent tote la charriere
vers lor seignor trestot le pas,
si li dïent eneslepas:
« Sire, que vos dit cil Galois ?
- Ne set mie totes les lois,
fet li sires, se Dex m'amant,
qu'a rien nule que li demant
ne respont il onques a droit,
einz demande de quanqu'il voit
comant a non et qu'an an fet.
- Sire, sachiez bien antreset
que Galois sont tuit par nature
plus fol que bestes an pasture;
cist est ausi con une beste.
Fos est qui delez lui s'areste,
s'a la muse ne vialt muser
et le tans an folie user.
- Ne sai, fet il, se Dex me voie !
Einz que soie mis a la voie,
quanque il voldra li dirai,
ja autrement n'an partirai. »
Lors li demande de rechief:
« Vaslez, fet il, ne te soit grief,
mes des .v. chevaliers me di
et des puceles autresi
se les ancontras ne veïs. »
Et li vaslez le tenoit pris
au pan de l'hauberc, si le tire :
« Or me dites, fet il, biau sire,
qu'est ce que vos avez vestu ?
- Vaslez, fet il, don nel sez tu?
362a.261
- Je non. - Vaslez, c'est mes haubers,
s'est ausi pesanz come fers.
- De fer est il ? - Ce voiz tu bien.
- De ce, fet il, ne sai je rien,
mes mout est biax, se Dex me salt.
Qu'an fetes vos et que vos valt ?
- Vaslez, c'est a dire legier:
se voloies a moi lancier
javeloz ne saiete traire,
ne me porroies nul mal faire.
- Danz chevaliers, de tex haubers,
gart Dex les biches et les cers,
que nul ocirre n'an porroie
ne jamés aps ne corroie. »
Et li chevaliers li redist :
« Vaslez, se Damedex t'aïst,
se tu me sez dire noveles
des chevaliers et des puceles ? »
Et cil, qui petit fu senez,
li dit : « Fustes vos ensi nez ?
- Nenil, vaslez, ce ne puet estre
qu'ainsi poïst nule riens nestre.
- Qui vos atorna donc ensi ?
- Vaslez, je te dirai bien qui.
- Dites le donc. - Mout volantiers.
N'a mie ancor .v. jors antiers
que tot cest hernois me dona
li rois Artus, qui m'adoba.
Mes or me redi que devindrent
li chevalier qui par ci vindrent,
qui les .iii. puceles conduient.
Vont il le pas ou il s'an fuient ? »
Et il dit: « Sire, or esgardez
cel plus haut bois que vos veez,
qui cele montaigne avirone.
La sont li destroit de Valdone.
Et qu'est de ce, fet il, biau frere ?
- La sont li hercheor ma mere,
qui ses terres herchent et erent.
Et se ces genz i trespasserent,
s'il les virent, il le diront. »
Et il dïent qu'il i iront
avoec lui, se il les i mainne,
jusqu'a ces qui herchent l'avainne.
362b.305
Li vaslez prant son chaceor
et vet la ou li hercheor
herchoient les terres arees
ou les aveinnes sont semees.
Et quant cil virent lor seignor,
si tranblerent tuit de peor.
Et savez por coi il le firent ?
Por les chevaliers que il virent,
qui avoec lui armé venoient,
que bien sorent, s'il li avoient
lor afere dit et lor estre,
que il voldroit chevaliers estre,
et sa mere an istroit del san,
que destorner le cuidoit an
que ja chevalier ne veïst
ne lor afere n'apreïst.
Et li vaslez dist as boviers :
« Veïstes vos .v. chevaliers
et .iii. puceles ci passer ?
- Il ne finerent hui d'aler
par ces forez », font li bovier.
Et li vallez au chevalier
qui tant avoit a lui par
dist: « Sire, par ci sont passé
li chevalieet les puceles.
Mes or me redites noveles
del roi qui les chevaliers fet,
et le leu ou il plus se tret.
- Vaslez, fet il, dire te vuel
que li rois sejorne a Carduel,
et si n'a pas ancor quint jor
que li rois i ert a sejor,
que je i fui et si le vi.
Et se tu nel trueves iqui,
bien iert qui le t'anseignera :
ja si destornez ne sera
que tu la n'an oies anseignes.
Mes or te pri que tu m'anseignes
par quel non je t'apelerai.
- Sire, fet il, jel vos dirai.
J'ai non Biax Filz. - Biax Filz as ores ?
Je cuit bien que tu as ancores
.I. autre non. - Sire, par foi,
j'ai non Biau Frere. - Bien t'an croi.
362c.349
Mes se tu me vials dire voir,
ton droit non voldrai ge savoir.
- Sire, fet il, bien vos puis dire
qu'a mon droit non ai non Biau Sire.
- Si m'aïst Dex, ci a biau non.
As an tu plus ?- Sire, je non,
ne onques certes plus n'an oi.
- Si m'aïst Dex, mervoilles oi,
les graignors que j'oïsse mes
ne ne cuit que j'oie jamés. »
Tantost li chevaliers s'an part
les granz galoz, cui mout fu tart
qu'il eüst les autres atainz.
Et li vaslez ne s'est pas fainz
de retorner a son menoir,
ou sa mere dolant et noir
avoit le cuer por sa demore.
Grant joie an ot a icele ore
qu'ele le voit, ne pas ne pot
celer la joie qu'ele an ot,
car come mere qui mout ainme
cort contre lui et si le clainme
« Biax filz, biax filz » plus de .c. foiz.
« Biax filz, mout a esté destroiz
mes cuers por vostre demoree.
De duel ai esté acoree,
si que par po morte ne sui.
Ou avez vos tant esté hui ?
- Ou, dame ? Je le vos dirai
mout bien, que ja n'an mantirai,
que je ai mout grant joie eüe
d'une chose que j'ai veüe.
Mere, ne soliez vos dire
que li enge Deu nostre sire
sont si tres bel c'onques Nature
ne fist si bele criature,
n'el monde n'a si bele rien ?
- Biax filz, ancor le di ge bien.
Jel dis por voir et di ancores.
- Teisiez, mere ! Ne vi ge ores
les plus beles choses qui sont,
qui par la Gaste Forest vont ?
Il sont plus bel, si con ge cuit,
que Dex ne que si enge tuit. »
362d.393
La mere antre ses braz le prant
et dit : « Biax filz, a Deu te rant,
que mout ai grant peor de toi.
Tu as veü, si con je croi,
les enges don la gent se plaignent,
qui ocïent quanqu'il ataignent.
- Voir non ai, mere, non ai, non !
Chevalier dïent qu'il ont non. »
La mere se pasme a cest mot,
qant chevalier nomer li ot.
Et quant ele fu redreciee,
si dist con fame correciee :
« Ha ! lasse, con sui mal baillie !
Biax dolz filz, de chevalerie
vos cuidoie si bien garder
que ja n'an oïssiez parler
ne que ja nul n'an veïssiez !
Chevaliers estre deüssiez,
biax filz, se Damedeu pleüst
que vostre pere vos eüst
gardé, et voz autres amis.
N'ot chevalier de vostre* pris,
tant redoté ne tant cremu,
biax filz, con vostre peres fu
an totes les Isles de mer.
De ce vos poez bien vanter
que vos ne decheez de rien
de son linage ne del mien,
que je fui de chevaliers nee,
des mellors de ceste contree.
Es Isles de mer n'ot linage
meillor del mien an mon aage;
mes li mellor sont decheü,
s'est bien an plusors leus seü
que les mescheances avienent
as prodomes qui se maintienent
a grant enor et an proesce.
Malvestiez, honte ne peresce
ne chiet pas, car ele ne puet,
mes les bons decheoir estuet.
Vostre peres, si nel savez,
fu parmi les janbes navrez
si que il mahaigna del cors.
Sa granz terre, ses granz tresors,
362e.437
que il avoit come prodom,
ala tot a perdicion,
si cheï an grant povreté.
Apovri et deserité
et essillié furent a tort
li prodome aprés sa mort,
Utherpandragon, qui morz fu
et peres le bon roi Artu.
Les terres furent essilliees
et les povres genz avilliees;
si s'an foï qui poir* pot.
Vostre peres cest manoir ot
ici an ceste forest gaste;
ne pot foïr, car a grant haste
an litiere aporter se fist,
qu'aillors ne sot ou il foïst.
Et vos, qui petiz esteiez,
.ii. mout biax freres aveiez.
Petiz esteiez, aleitanz,
po aveiez plus de .ii. anz.
Qant grant furent vostre dui frere,
au los et au consoil lor pere
alerent a .ii. corz reax
por avoir armes et chevax.
Au roi d'Escavalon ala
li ainznez, et tant servi la
que chevaliers fu adobez.
Et li autres, qui puis fu nez,
fu au roi Ban de Goremet.
An .i. jor andui li vaslet
adobé et chevalier furent;
et an .i. jor meïsmes murent
por revenir a lor repeire,
que joie me voloient feire,
et lor pere, qui puis nes vit,
qu'as armes furent desconfit.
As armes furent mort andui,
don j'ai grant duel et grant enui.
De l'ainzné avindrent mervoilles,
que li corbel et les cornoilles
anbedeus les ialz lor creverent.
Ensi la gent morz les troverent.
Del duel des filz morut li pere,
et je ai vie mout amere
362f.481
sofferte puis que il fu morz.
Vos esteiez toz li conforz
que je avoie, et toz li biens,
que il n'i avoit plus des miens.
Rien plus ne m'avoit Dex lessiee
dont je fusse joianz et liee. »
Li vaslez antant mout petit
a ce que sa mere li dit.
« A mangier, fet il, me donez.
Ne sai de coi m'areisonez,
mes mout iroie volantiers
au roi qui fet les chevaliers,
et g'i irai, cui qu'il an poist. »
La mere, tant con il li loist,
le retient et si le sejorne;
si li aparoille et atorne
de chenevaz grosse chemise
et braies feites a la guise
de Gales, ou l'an fet ansanble
braies et chauces, ce me sanble;
et si ot cote et chaperon
de cuir de cerf clos anviron.
Ensi la mere l'atorna.
Trois jorz, einz plus, n'i demora,
que plus n'i ot mestier losange.
Lors ot la mere duel estrange,
sel beise et acole an plorant
et dit: « Or ai ge duel mout grant,
biax filz, quant aler vos an voi.
Vos irez a la cort le roi,
si li direz qu'armes vos doint.
De contredit n'i avra point,
qu'il les vos donra, bien le sai.
Mes quant il vandra a l'essai
d'armes porter, comant iert donques ?
Ce que vos ne feïstes onques
ne autrui nel veïstes faire,
comant an savroiz a chief traire ?
Malveisement, voire, ce dot.
Mal seroiz afeitiez del tot,
ne n'est mervoille, ce m'est vis,
s'an ne set ce qu'an n'a apris.
Mes mervoille est quant an n'aprant
ce que l'an voit et ot sovant.
363a526
Biaus filz, .i. san vos vuel aprandre
ou il vos fet mout bon antandre;
et s'il vos plest a retenir,
granz biens vos an porra venir.
Chevaliers seroiz jusqu'a po,
filz, se Deu plest, et je le lo.
Se vos trovez ne pres ne loing
dame qui d'aïe ait besoing,
ne pucele desconselliee,
la vostre aïe aparelliee
lor soit, s'eles vos an requierent,
que totes enors i afierent.
Qui as dames enor ne porte,
la soe enors doit estre morte.
Dames et puceles servez,
si seroiz partot enorez;
et se vos aucune an proiez,
gardez que vos ne l'enuiez;
ne fetes rien qui li despleise.
De pucele a mout qui la beise;
s'ele le beisier vos consant,
le soreplus vos an desfant,
se lessier le volez por moi.
Et s'ele a enel an son doi,
ou s'a ceinture ou aumosniere,
se par amor ou par proiere
le vos done, bon m'iert et bel
que vos an portoiz son anel.
De l'anel prandre vos doin gié,
et de l'aumosniere, congié.
Biax filz, ancor vos vuel dire el :
ja an chemin ne an ostel
n'aiez longuemenconpaignon
que vos ne demandiez son non;
le non sachiez a la parsome,
car par le non conuist an l'ome.
Biax filz, as prodomes parlez,
avoec les prodomes alez;
prodome ne forvoient mie
ces qui tienent lor conpaignie.
Sor tote rien vos vuel proier
que an yglise et an mostier
alez proier Nostre Seignor
que il vos doint joie et enor,
363b.569
et si vos i doint contenir
qu'a bone fin puissiez venir.
- Mere, fet il, que est iglise ?
- Uns leus ou an fet le servise
celui qui ciel et terre fist
et homes et bestes i mist.
Et mostiers, qu'est ? - Ice meïsme :
une meison bele et saintisme,
plain de cors sainz et de tresors.
S'i sacrefie l'an le cors
Jesucrist, la prophete sainte,
Que Giu firent honte mainte.
Traïz fu et jugiez a tort,
si sofri angoisse de mort
por les homes et por les fames,
qu'an anfer aloient les ames
qant eles partoient des cors,
et il les an gita puis fors.
Cil fu a l'estaiche liez,
batuz et puis crocefiez,
et porta corone d'espines.
Por oïr messes et matines
et por cel seignor aorer
vos lo gié au mostier aler.
- Donc irai ge mout volantiers
es iglises et es mostiers,
fet li vaslez, d'or en avant.
Ensi le vos met an covant. »
Atant n'i ot plus de demore;
congié prant, et la mere plore,
et sa sele li fu ja mise.
A la meniere et a la guise
de Galois fu aparelliez:
uns revelins avoit chauciez,
et partot la ou il aloit
.iii. javeloz porter soloit.
Ses javeloz an volt porter,
mes .ii. l'an fist sa mere oster
por ce que trop sanblast Galois;
si eüst ele fet toz trois
mout volantiers, s'il poïst estre.
Une reorte an sa main destre
porta por son cheval ferir.
Plorant le beise au departir
363c.613
la mere, qui mout chier l'avoit,
et prie Deu que il l'avoit.
« Biax filz, fet ele, Dex vos doint
joie plus qu'il ne me remoint,
an quelque leu que vos ailliez. »
Qant li vaslez fu esloigniez
le giet d'une pierre menue,
si regarda et vit cheüe
sa mere au chief del pont arriere,
et jut pasmee an tel meniere
con s'ele fust cheüe morte.
Et cil ceingle de la reorte
son chaceor parmi la crope,
et cil s'an va, qui pas ne çope,
einz l'an porte grant aleüre
parmi la grant forest oscure;
et chevalcha des le matin
tant que li jorz vint a declin.
An la forest cele nuit jut
tant que li jorz clers aparut.
Au main, au chant des oiselez,
se lieve et monte li vaslez,
s'a au chevalchier antandu
tant que il vit .i. tref tandu
an une praerie bele
lez la doiz d'une fontenele.
Li trez fu granz a grant mervoille;
l'une partie fu mervoille*
et l'autre fu d'orfrois bandee;
l'une partie fu doree;
An l'aigle feroit li solauz,
qui mout luisoit clers et vermauz,
si reluisoient tuit li pré
de l'anluminement del tré.
Antor le tref, a la reonde,
qui estoit li plus biax del monde,
avoit .ii. ramees fuilliees
et loiges galesches dreciees.
Li vaslez vers le tref ala,
et dist ainz que il venist la :
« Dex, ci voi ge vostre meison .
Or feroie je mesprison
se aorer ne vos aloie.
Voir dist ma mere totevoie,
363d.657
qui me dist que meisons estoit
la plus bele chose qui soit,
et me dist que ja ne trovasse
mostier qu'aorer n'i tornasse
le Criator an cui je croi.
Je l'irai proier, par ma foi,
qu'il me doint ancui a mangier,
que j'an avroie grant mestier. »
Lors vient au tref, sel trueve overt,
enmi le tref .i. lit covert
d'une coste de paisle, et voit;
el lit tote sole gisoit
une dameisele andormie,
tote seule sanz conpaignie;
alees erent ses puceles
por coillir floretes noveles
que par le tref jonchier voloient
ensi con fere le soloient.
Qant li vaslez el tref antra,
ses chevax si fort s'açopa
que la dameisele l'oï,
si s'esveilla et tressailli.
Et li vaslez, qui nices fu,
dist: « Pucele, je vos salu,
si con ma mere le m'aprist.
Ma mere m'anseigna et dist
que les puceles saluasse
an quelque leu que les trovasse. »
La pucele de peor tranble
por le vaslet qui fol li sanble,
si se tient por fole provee
de ce qu'il l'a sole trovee.
« Vaslez, fet ele, tien ta voie.
Fui, que mes amis ne te voie.
- Einz vos beiserai, par mon chief,
fet li vaslez, cui qu'il soit grief,
que ma mere le m'anseigna.
- Je, voir, ne te beiseré ja,
fet la pucele, que je puisse.
Fui, que mes amis ne te truisse,
que, s'il te trueve, tu es morz. »
Li vaslez avoit les braz forz,
si l'anbrace mout nicemant,
car il nel sot fere autremant,
363e.701
mist la soz lui tote estandue,
et cele s'est mout desfandue
et deganchi quanqu'ele pot;
mes desfansse mestier n'i ot,
que li vaslez an .i. randon
la beisa, volsist ele ou non,
.xx. foiz, si con li contes dit,
tant c'un anel an son doi vit,
a une esmeraude mout clere.
« Encor, fet il, me dist ma mere
qu'an vostre doi l'anel preïsse,
mes que plus rien ne vos feïsse.
Or ça l'anel, jel vuel avoir.
- Mon anel n'avras tu ja voir,
fet la pucele, bien le saiches,
s'a force del doi nel m'araiches. »
Li vaslez par la main la prant,
a force le doi li estant,
si a l'anel an son doi pris
et el suen doi meïsmes mis,
et dit : « Pucele, bien aiez !
Or m'an irai ge bien paiez,
et mout meillor beisier vos fet
que chanberiere que il et
an tote la meison ma mere,
que n'avez pas la boiche amere. »
Cele plore et dist au vaslet :
« N'an porter pas mon anelet,
que j'an seroie mal baillie
et tu an perdroies la vie,
que qu'il tardast, jel te promet. »
Li vaslez a son cuer ne met
rien nule de ce que il ot,
mes de ce que jeüné ot
moroit de fain a male fin.
Un bocel trueve plain de vin
et .i. henap d'argent selonc,
et voit sor .i. trossel de jonc
une toaille blanche et nueve.
Il la sozlieve, et desoz trueve
.iii. bons pastez de chevrel fres;
Ne li enuia pas cist mes !
Por la fain qui forment l'angoisse,
.i. des pastez devant lui froisse
363f.745
et manjue par grant talant,
et verse an la cope d'argent
del vin, qui n'estoit pas troblez,
s'an boit sovant et a granz trez
et dit: « Pucele, cist pasté
ne seront hui par moi gasté.
Venez mangier, il sont mout buen.
Asez avra chascuns del suen,
si an remandra .i. antier. »
Et cele plore andemantier
queque cil la prie et semont,
que cele .i. mot ne li respont,
la dameisele, ainz plore fort;
mout durement ses poinz detort.
Et cil manja tant con lui plot
et but tant que asez en ot.
Lors prist congié tot maintenant,
si recovri le remenant
et comanda a Deu celi
cui ses saluz point n'abeli.
« Dex vos saut, fet il, bele amie !
Por Deu, ne vos enuit il mie
de vostre anel que je an port,
qu'ainçois que je muire de mort
le vos guerredonerai gié.
Je m'an vois a vostre congié. »
Et cele plore et dit que ja
a Deu ne le comandera,
car il li covandra por lui
tant avoir honte et tant enui
que tant n'an ot nule chestive,
ne ja par lui, tant con il vive,
n'an avra secors ne aïe,
si saiche bien qu'il l'a traïe.
Ensi remest cele plorant.
Puis n'ala gueres demorant
ses amis que del bois revint.
Del vaslet qui sa voie tint
vit les escloz, si li greva;
et s'amie plorant trova,
si dist: « Dameisele, je croi
a ces ansaignes que je voi
que chevalier a eü ci.
- Non a, sire, jel vos afi,
364a.789
mes un vaslet galois i ot,
enuieus et vilain sot,
qui a de vostre vin beü
tant con lui plot et bon li fu,
et manja de voz .iii. pastez.
Et por ce, bele, si plorez ?
S'il eüst beü et mangié
trestot, si le volsisse gié.
- Il i a plus, sire, dist ele.
Mes eniax est an la querele,
qu'il lo me toli, si l'an porte.
Je volsisse mialz estre morte
qu'il l'an eüst ensi porté. »
Ez vos celui desconforté
et angoisseus an son coraige.
« Par foi, fet il, ci ot oltraige !
Et des qu'il l'an porte, si l'ait.
Mes je cuit qu'il i ot plus fait.
Se plus i ot, nel celer ja.
- Sire, fet ele, il me beisa.
- Beisa ? - Voire, jel vos di bien,
mes ce fu maleoit gré mien.
- Einçois vos sist et si vos plot.
Onques nul contredit n'i ot,
fet cil qui jalosie angoisse.
Cuidiez que je ne vos conuisse ?
Si faz, certes, bien vos conois.
Ne sui si borgnes ne si lois
que vostre fauseté ne voie.
Antree estes an male voie,
antree estes an male painne,
que ja ne mangera d'avainne
vostre chevax ne n'iert seniez
tant que je me serai vangiez;
et la ou il desferrera,
ja mes referrez ne sera.
S'il muert, vos me sivroiz a pié
ne ja mes ne seront changié
li drap don vos estes vestue,
einz me sivrez a pié et nue
tant que la teste an avrai prise;
ja n'an ferai autre justise. »
Atant s'asist et si manja,
et li vaslez tant chevalcha
364b.833
qu'il vit un charbonier venant,
devant lui .i. asne menant.
« Vilains, fet il, ansaigne moi,
qui l'asne mainnes devant toi,
la plus droite voie a Carduel;
Le roi Artus, que veoir vuel,
qui fet chevaliers, ce dit an.
- Vaslez, fet il, an icel san
a .i. chastel sor mer asis.
Li rois Artus, biax dolz amis,
lié et dolant le troveras
a cel chastel, se tu i vas.
- Or me diroies ja mon vuel
de coi li rois a joie et duel.
- Jel te dirai, fet il, mout tost.
Li rois Artus et tote s'ost
s'est au roi Ryon conbatuz.
Li rois des Isles fu vaincuz,
et de c'est li rois Artus liez;
et de ses conpaignons iriez,
qui as chastiax se departirent,
la ou le meillor sejor virent,
n'il ne set comant il lor va :
de c'est li diax que li rois a. »
Li vaslez ne prise .i. denier
les noveles au charbonier,
fors que tant qu'an la voie antra
cele part ou il li mostra,
tant que sor mer vit .i. chastel,
mout bien seant et fort et bel.
Et voit issir parmi la porte
.I. chevalier armé qui porte
une cope d'or an sa main.
Sa lance tenoit et son frain
et son escu an la senestre,
et la cope d'or an la destre;
et les armes bien li seoient,
qui totes vermoilles estoient.

Arrivée de Perceval à la cour

Li vaslez vit les armes beles,
qui totes estoient noveles,
si li plorent et dist: « Par foi,
cez demanderai ge le roi.
S'il les me done, bel m'an iert,
et dahez ait qui altres quiert ! »
364c.877
Atant vers le chastel s'an cort,
que tart li est qu'il vaigne a cort,
tant que pres del chevalier vint.
Et li chevaliers le retint
.i. petit, si li demanda:
« Ou an vas tu, vaslez, di va ?
- Je vuel, fet il, a cort aler,
au roi ces armes demander.
- Vaslez, fet il, or diz tu bien.
Or va donc tost et si revien,
et tant diras au malvés roi
se il ne vialt tenir de moi
sa terre, que il la me rande,
ou il anvoit qui la desfande
vers moi, qui di que ele est moie.
Et a ces ansaignes t'an croie
que devant lui pris orandroit,
atot le vin dont il bevoit,
ceste cope que je ci port. »
Or quiere autrui qui li recort,
que cil n'i a mot antandu.
Jusqu'a la cort n'a atandu,
ou li rois et li chevalier
estoient asis au mangier.
La sale fu par terre aval,
et li vaslez antre a cheval
an la sale qui fu pavee
et longue autretant come lee.
Et li rois Artus s'ert asis
au chief d'une table pansis;
et tuit li chevalier parloient,
li .i. as autres deduisoient,
fors il, qui fu pansis et muz.
Li vaslez est avant venuz,
n'il ne set lequel il salut,
que del roi mie ne conut,
tant qu'Ionez contre lui vint,
qui an sa main .i. costel tint.
« Vaslez, fet il, tu qui la viens,
qui le costel an ta main tiens,
mostrez moi liquex est li rois. »
Yonez, qui mout fu cortois,
li dist: « Amis, veez le la. »
Li vaslez vers lui s'an ala,
364d.921
sel salua si com il sot.
Li rois se test et ne dist mot,
et cil autre foiz l'areisone.
Li rois panse et mot ne li sone.
« Par foi, dist li vaslez adonques,
cist rois ne fist chevalier onques.
Qant l'an n'an puet parole traire,
comant puet il chevalier faire ? »
Tantost del retorner s'atorne,
le chief de son chaceor torne,
mes si pres del roi l'ot mené
a guise d'ome mal sené
que devant lui, sanz nule fable,
li abati desor la table
del chief .i. chapel de bonet.
Li rois torne vers le vaslet
le chief, que il tenoit beissié,
si a tot son pansé leissié
et dit: « Biau sire, bien vaigniez.
Je vos pri qu'a mal ne taigniez
ce qu'a vostre salu me toi.
D'ire respondre ne vos poi,
que li pire anemis que j'aie,
qui plus me het et plus m'esmaie,
m'a ci ma terre contredite,
et tant est fos que tote quite
dit qu'il l'avra, ou vuelle ou non.
Li Vermauz Chevaliers a non,
de la forest de Quinqueroi.
Et la reïne devant moi
estoit ci venue seoir
por conforter et por veoir
ces chevaliers qui sont blecié.
Ne m'eüst gueres correcié
li chevaliers de quanqu'il dist,
mes devant moi ma cope prist
et si folemant l'an leva
que sor la reïne versa
tot le vin dont ele estoit plainne.
Ci ot honte laide et vilainne,
que la reïne an est antree,
de grant duel et d'ire anflamee,
an sa chanbre ou ele s'ocit;
ne ne cuit pas, se Dex m'aït,
364e.965
que ja an puise eschaper vive. »
Li vaslez ne prise une cive
quanque li rois li dit et conte,
ne de son duel ne de sa honte,
de la reïne ne li chaut il.
« Feites moi chevalier, fet il,
sire rois, car aler m'an voel. »
Cler et riant furent li oel
an la teste au vaslet salvaige.
Nus qui le voit nel tient a saige,
mes trestuit cil qui le veoient
por bel et por gent le tenoient.
« Amis, fet li rois, descendez,
et vostre chaceor randez
cel vaslet, si le gardera
et vostre volanté fera.
Fet iert, a Damedeu le veu,
a m'annor et a vostre preu. »
Et li vaslez a respondu :
« Ja n'estoient pas descendu
cil que j'ancontrai an la lande,
et vos volez que je descende !
Ja, par mon chief, n'i descendrai,
mes fetes tost, si m'an irai.
- Ha ! fet li rois, biax amis chiers,
je le ferai mout volantiers
a vostre preu et a m'enor.
- Foi que je doi le Criator,
fet li vaslez, biax sire rois,
ne serai chevaliers des mois,
se chevaliers vermauz ne sui.
Donez moi les armes celui
que j'ancontrai defors la porte,
qui vostre cope d'or an porte. »
Li senechax, qui fu bleciez,
de ce qu'il ot s'est correciez,
et dit: « Amis, vos avez droit.
Alez les prandre orandroit,
les armes, car eles sont voz.
Ne feïstes mie que soz
qant por ce venistes ici.
- Kex, fet li rois, por Deu merci,
trop dites volantiers enui,
si ne vos chaut onques a cui.
364f.1009
A prodome est ce mout lez vices.
Se li vaslez est fos et nices,
s'est il espoir mout gentix hom;
et se ce li vient d'aprison,
qu'il ait esté a vilain mestre,
ancor puet preuz et saiges estre.
Vilenie est d'autrui gaber
et de prometre sanz doner.
Prodom ne se doit antremetre
de nule rien autrui prometre
que doner ne li puise et vuelle,
que le maugré celui n'acuelle
qui sanz prometre est ses amis,
et, des que il li a promis,
si bee a la promesse avoir.
Et par ce si poez savoir
qu'asez valdroit il mialz doner
a home que fere baer.
Et qui le voir dire an voldroit,
lui meïsmes gabe et deçoit
qui fet promesse et ne la solt,
car le cuer son ami se tolt. »
Ensi li rois a Kex parloit,
et li vaslez, qui s'an aloit,
a une pucele veüe,
bele et gente, si la salue,
et cele lui et si li rist,
et an riant itant li dist :
« Vaslez, se tu viz par aaige,
je pans et croi an mon coraige
qu'an trestot le monde n'avra,
n'il n'i ert, n'an ne l'i savra
nul meillor chevalier de toi.
Ensi le pans et cuit et croi. »
Et la pucele n'avoit ris
passez avoit anz plus de sis,
et ce dist ele si an halt
que tuit l'oïrent. Et Kex salt,
cui la parole enuia mout,
si li dona cop si estout
de la paume an la face tandre
qu'il la fist a la terre estandre.
Quant la pucele ferue ot,
an sa voie trova .i. sot
365a.1053
lez une cheminee estant,
si le bota el feu ardant
del pié par corroz et par ire
por ce que li soz soloit dire :
« Ceste pucele ne rira
jusque tant que ele verra
celui qui de chevalerie
avra tote la seignorie. »
Ensi cil crie et cele plore,
et li vaslez pas ne demore,
einz s'an retorne sanz consoil
aprés le Chevalier Vermoil.
Yonez, qui les droiz santiers
savoit toz et mout volantiers
aportoit noveles a cort
a toz ses conpaignons, an cort
par .i. vergier devant la sale,
et par une posterne avale
tant qu'il vint au chemin tot droit
ou li chevaliers atandoit
chevalerie et avanture.
Et li vaslez grant aleüre
vint vers lui por ses armes prandre,
et li chevaliers por atandre
avoit la cope d'or jus mise
sor .i. perron de roche bise.
Qant li vaslez aprochié l'ot
tant que li uns l'autre oïr pot,
si li cria: « Metez les jus,
les armes, ne les portez plus,
que li rois Artus le vos mande ! »
Et li chevaliers li demande:
« Vaslez, ose ça nus venir
por le droit le roi maintenir ?
Se nus i vient, nel celer pas.
- Qu'est ce, deable ? Est ce or gas,
danz chevaliers, que vos me faites,
que vos n'avez mes armes traites ?
Ostez les tost, jel vos comant.
- Vaslez, fet il, je te demant
se nus vient ça de par le roi
qui conbatre se vuelle a moi.
- Danz chevaliers, car ostez tost
les armes, que je nes vos ost,
365b.1097
que plus ne les vos soferroie.
Bien sachoiz que je vos ferroie,
se plus parler m'an feisiez. »
Lors fu li chevaliers iriez,
sa lance a a .ii. mains levee,
si l'an a feru grant colee
par les espaules an travers
de la ou n'estoit pas li fers
qu'il le fist anbrunchier aval
desor le col de son cheval.
Et li vaslez fu correciez
qant il santi qu'il fu bleciez
de la colee qu'il ot prise.
Au mialz qu'il puet an l'uel l'avise
et lesse aler .i. javelot;
si qu'il n'antant ne voit ne ot,
li fiert parmi l'uel del cervel,
que d'autre part del haterel
le sanc et le cervel espant.
De la dolor li cuers li mant,
si verse et chiet toz estanduz.
Et li vaslez est descenduz,
si met la lance a une part
et l'escu del col li depart,
mes il ne set venir a chief
del hiaume qui est sor le chief,
qu'il ne set comant il le praigne,
et s'a talant qu'il li desceigne
l'espee, mes il nel sot fere
ne del fuerre ne la puet trere,
einz prant le fuerre et saiche et tire.
Et Yonez comance a rire
qant le vaslet voit antrepris.
« Ice que est, fet il, amis ?
Que fetes vos ? - Je ne sai quoi.
Je cuidoie de vostre roi
qu'il m'eüst ces armes donees,
mes einz avrai par charbonees
trestot esbraoné le mort
que nule des armes an port,
qu'eles se tienent si au cors
que ce dedanz et ce defors
est trestot .i., si con moi sanble,
qu'eles se tienent si ansanble.
365c.1141
- Or ne vos chalt de nule rien,
que jes departirai mout bien,
se vos volez », fet Yonez.
« Or fai donc tost, dit li vaslez,
sest* me donez sanz plus d'arest. »
Tantost Yonez le desvest
et jusqu'an l'artoil le deschauce.
N'i a remés hauberc ne chauce
ne hiaume el chief n'autre armeüre.
Mes li vaslez sa vesteüre
ne volt lessier que ne preïst,
por rien qu'Ionez li deïst,
une cote avoit* aeisiee,
de drap de soie, ganbeisiee,
que desoz son hauberc vestoit
li chevaliers quant vis estoit;
n'oster ne li pooit des piez
les revelins qu'il ot chauciez,
einz dist: « Deable, est ce or gas,
que je changerai mes bons dras
que ma mere me fist l'autrier
por les dras a cest chevalier !
Ma grosse chemise de chanvre
por la soe, qui mout est tanve,
voldriez vos que je lessasse ?
Ma cotele, ou aigue ne passe,
por celui qui n'an tanroit gote ?
Maudite soit la gole tote
qui changera n'avant n'aprés
ses bons dras por autrui malvés ! »
Grief chose est mout de fol aprandre.
Rien fors les armes ne volt prandre
por proiere que l'an li face.
Yonez les chauces li lace,
puis li a le hauberc vestu
tel c'onques nus miaudres ne fu,
et sor la teste li asiet
la coiffe, qui mout bien li siet,
et de l'espee li anseigne
que laschet et pandant la ceigne.
Puis li met le pié an l'estrier,
sel fet monter sor le destrier.
Einz mes estrié veü n'avoit
ne d'esperon rien ne savoit,
365d.1185
fors de cinglant ou de roorte.
Yonez l'escu li aporte
et la lance, puis si li baille.
Ençois que Yonez s'an aille,
dist li vaslez: « Amis, prenez
mon chaceor, si l'an menez,
qu'il est mout bons, et jel vos doing
por ce que je n'an ai mes soing.
Et portez sa cope le roi,
si le saluez de par moi,
et tant direz a la pucele
que Quex feri sor la memele
que se je puis, ainz que je muire,
li cuit je mout bien metre cuire,
que por vangiee se tandra. »
Et cil respont que il randra
au roi sa cope, et son messaige
fornira il a loi de saige.
Atant departent, si s'an vont.
An la sale ou li baron sont
antre Yonez parmi la porte,
qui au roi sa cope raporte.
Si li dist: « Sire, or fetes joie,
que vostre cope vos anvoie
vostre chevaliers qui ci fu.
- Delquel chevalier me diz tu ?
fet li rois, qui an sa grant ire
estoit ancor. - Enon Deu, sire,
fet Yonez, del vaslet di
qui orandroit parti de ci.
- Diz tu donc del vaslet galois
qui me demanda, fet li rois,
les armes de sinople taintes
au chevalier qui hontes maintes
m'a fetes selonc son pooir ?
- Sire, de lui di ge por voir.
Et ma cope, comant ot il ?
Ainme le tant ou prise cil
qu'il li ait de son gré randue ?
- Ençois li a mout chier vandue
li vaslez, que il l'a ocis.
- Comant fu ce, biax dolz amis ?
- Sire, ne sai, mes je le vi,
que li chevaliers le feri
365e.1229
de sa lance et fist grant enui,
et li vaslez referi lui
d'un javelot parmi la chiere
si que il li fist par derriere
le sanc et la cervele espandre
et lui par terre mort estandre. »
Lors dist li rois au seneschal :
« Ha ! Kex, con m'avez hui fet mal !
Par vostre lengue l'anuiose,
qui avra dite mainte oisose,
m'avez hui le vaslet tolu
qui hui cest jor m'a mout valu.
- Sire, dist Yonez au roi,
par mon chief, il mande par moi
a la pucele la reïne,
que Kex feri par ahatine,
par mal de lui et par despit,
qu'il la vangera, se il vit
et s'il an puet venir an leu. »
Li feus*, qui fu delez le feu,
ot la parole et saut an piez
et vient devant le roi iriez,
s'a tel joie qu'il tripe et saut,
et dit: « Danz rois, se Dex me saut,
or aprochent voz avantures.
De felenesses et de dures
an verroiz avenir sovant,
et si vos met bien an covant
que Kex puet estre toz certains
qu'il mar vit ses piez et ses mains
et sa lengue fole et vilainne,
que ainz que past une semainne
avra li chevaliers vangié
le cop qu'il me dona del pié,
et la bufe ert mout chier vandue
et bien conparee et randue
que il dona a la pucele,
que antre le col et l'eissele
le braz destre li brisera;
.i. demi an le portera
au col pandu, et bien l'i port !
N'i puet faillir plus qu'a la mort. »
Cele parole tant greva
Que par .i. po qu'il ne creva
365f.1273
de mautalant et, de corroz,
que il ne l'ala devant toz
tel conreer que mort l'eüst.
Que au roi por ce despleüz*,
lessa que il ne l'anvaï.
Et li rois dist: « Haï ! haï !
Kex, con m'avez hui correcié !
Qui asené et adrecié
le vaslet des armes eüst
tant c'un po aidier s'an seüst,
et de l'escu et de la lance,
bons chevaliers fust sanz dotance.
Mes il ne set ne mal ne bien
d'armes ne de nule autre rien,
que nes pas trere ne savroit
l'espee, se besoing avoit.
Or siet armez sor son cheval,
s'ancontrera aucun vasal
qui por son cheval gaaignier
nel dotera a maaignier.
Tost mort ou mahaignié l'avra,
que desfandre ne se savra,
tant est nices et bestiax.
Tost avra fez ses anviax ! »
Ensi li rois plaint et regrate
et del vaslet fet chiere mate,
mes il n'i puet rien conquester,
si lesse la parole ester.

Blancheflor

Et li vaslez sanz nul arest
s'an va poignant par la forest,
tant que es terres plainnes vint
sor une riviere qui tint
de lé plus d'une arbalestee,
si s'estoit tote l'eve antree
et retrete an son grant conduit.
Vers la grant riviere qu'il vit
s'an va tote une praerie,
mes an l'eve n'antra il mie,
qu'il la vit mout parfonde et noire
et asez plus corrant que Loire.
Si s'an va tot selonc la rive
lez une grant roiche naïve,
et de l'autre part l'eve estoit
si que l'eve au pié li batoit.
366a.1317
Sor cele roche, an .i. pandant
qui vers mer aloit descendant,
ot .i. chastel mout riche et fort.
Si con l'eve aloit au regort,
torna li vaslez a senestre
et vit les torz del chastel nestre,
qu'avis li fu qu'eles nessoient
et que fors del chastel issoient.
Enmi le chastel, an estant,
ot une tor et fort et grant;
une barbacane mout fort
avoit tornee vers le gort,
qui a la mer se conbatoit,
et la mers au pié li batoit.
A .iiii. parties del mur,
don li quarrel estoient dur,
avoit .iiii. basses torneles,
qui mout estoient forz et beles.
Li chastiax fu mout bien seanz
et bien aeisiez par devant*.
Devant le chastelet reont
ot sor l'eve drecié .i. pont
de pierre et d'areinne et de chauz.
Li ponz estoit et forz et hauz,
a batailles estoit antor,
qu'anmi le pont ot une tor
et, devant, .i. pont torneïz,
qui estoit fez et establiz
a ce que sa droiture aporte:
le jor ert ponz, et la nuit porte.
Li vaslez vers le pont chemine.
Vestuz d'une robe d'ermine
s'aloit uns prodom esbatant
par sus le pont, et si atant
celui qui vers le pont venoit.
Li prodom an sa main tenoit
par contenance .i. bastonet;
et aprés lui vienent vaslet
dui; desafublé sont venu.
Cil qui vient a bien retenu
ce que sa mere li aprist,
car il le salua et dist:
« Sire, ce m'anseigna ma mere.
- Dex beneïe toi, biau frere »,
366b.1361
fet li prodom, qui le vit sot;
au parler le conut et sot;
et dit: « Biax frere, don viens tu ?
- Dont ? De la cort le roi Artu.
- Qu'i feïs ? - Chevalier m'a fait
li rois, qui bone avanture ait.
- Chevalier ? Se Dex bien me doint,
ne cuidoie c'or an cest point
d'itel chose li sovenist.
D'el cuidoie qu'il li tenist
au roi que de chevalier faire.
Or me di, frere debonaire,
ces armes, qui les te bailla ?
- Li rois, fet il, les me dona.
- Dona ? Comant ? » Et il li conte
si con avez oï el conte.
Qui autre foiz le conteroit,
enuiz et oiseuse seroit,
que nus contes ce ne demande.
Et li prodom li redemande
qu'il set fere de son cheval.
« Jel sai corre amont et aval
tot autresi con je soloie
le chaceor, quant je l'avoie
an la meison ma mere pris.
Et de voz armes, biax amis,
me redites qu'an savez faire ?
- Jes sai bien vestir et retraire
si con li vaslez m'an arma,
qui devant moi an desarma
le chevalier qu'avoie mort;
et si legierement les port
que eles ne me grievent rien.
- Par l'ame Deu, ce pris je bien,
fet li prodom, et mout me siet.
Or me dites, si ne vos griet,
quex besoinz vos amena ça ?
- Sire, ma mere m'anseigna
que vers les prodomes alasse
et que a aus me conseillasse,
se creüsse ce qu'il diroient,
que preu i ont cil qui les croient. »
Et li prodom respont: « Biau frere,
beneoite soit vostre mere,
366c.1405
que ele vos conseilla bien.
Mes volez ...* plus nule rien ?
- Oïl. - Et quoi ? - Tant, et non mes,
que vos me herbergiez hui mes.
- Mout volantiers, fet li prodon,
mes que vos m'otroiez .i. don
dont grant bien venir vos verroiz.
Et coi ? » fet il. « Que vos cresroiz
le consoil vostre mere et moi.
- Par foi, fet il, et je l'otroi.
- Donc descendez. » Et il descent.
Uns des vaslez son cheval prant,
des .ii. qui furent venu la;
et li altres le desarma,
si remest an la robe sote,
es revelins et an la cote
de cerf mal fete et mal tailliee
que sa mere li ot bailliee.
Et li prodon se fist chaucier
les esperons tranchanz d'acier
que li vaslez ot aportez,
si est sor le cheval montez,
et l'escu par la guige pant
a son col, et la lance prant,
et dit: « Amis, or aprenez
d'armes et garde vos prenez
comant l'an doit lance tenir
et cheval poindre et retenir. »
Lors a desploiee l'anseigne,
se li mostre et se li anseigne
comant an doit son escu prandre.
.I. petit le fet avant pandre
tant qu'au col del cheval le joint,
et met la lance el fautre, et point
le cheval qui .c. mars valoit,
que nus plus volantiers n'aloit
plus tost ne de graignor vertu.
Li prodon sot mout de l'escu
et del cheval et de la lance,
car il l'ot apris des anfance;
Si plot mout au vaslet et sist
trestot quanque li prodom fist.
Qant il ot fet tot son cenbel
devant le vaslet bien et bel,
366d.1449
qui bien s'an ert garde donee,
Si s'an revient lance levee
au vaslet et demande li:
« Amis, savriez vos ausi
la lance et l'escu demener,
et le cheval poindre et mener ? »
Et cil dit que tot a delivre
ne qerroit jamés .i. jor vivre,
ne terre ne avoir n'eüst,
mes qu'ausi fere le seüst.
« Ce qu'an ne set puet an aprandre,
qui painne i vialt metre et antandre,
fet li prodon, biax amis chiers.
Il covient a toz les mestiers
et poinne et cuer et ialz avoir;
par ces .iii. puet an tot savoir.
Et quant vos onques nel feïstes
ne autrui fere nel veïstes,
se vos fere ne le savez,
honte ne blasme n'i avez. »
Lors le fist li prodon monter,
et il comança a porter
si a droit la lance et l'escu
com s'il eüst tozjorz vescu
an tornoiemenet an guerres
et alé par totes les terres
querant bataille et avanture,
car il li venoit de nature;
et quant nature li aprant
et li cuers del tot i antant,
ne li puet estre riens grevainne
la ou nature et cuers se painne.
Par ces .ii. si bien le feisoit
que au prodome mout pleisoit
et qu'il disoit an son coraige
que, se il fust tot son aaige
d'armes penez et antremis,
s'an fust il asez bien apris.
Qant li vaslez ot fet son tor,
devant le prodome au retor,
lance levee, s'an repaire
si con il li ot veü faire
si dist: « Sire, ai le ge bien fait ?
Cuidiez vos que ja mestier m'ait
366e.1493
poinne, se je metre l'i voel ?
Onques rien ne virent mi oel
dont si grant coveitise eüsse.
Mout voldroie que j'an seüsse
autretant con vos an savez.
- Amis, se le cuer i avez,
fet li prodon, mout an savroiz,
ja mar cusançon en avroiz. »
Li prodon par .iii. foiz monta,
par .iii. foiz d'armes l'anseigna
trestot quanque mostrer li sot,
tant que asez mostré l'an ot,
et par .iii. foiz monter le fist.
A la dasreainne li dist :
« Amis, se vos ancotriez*
.i. chevalier, que feriez
s'il vos feroit ? - Jel referroie.
Et se vostre lance peçoie ?
- Aprés ce n'i avroit il plus,
a .ii. poinz li corroie sus.
- Amis, ce ne feroiz vos mie.
- Que ferai donc ? - Par escremie
de l'espee l'iroiz requerre. »
Lors fiche devant lui a terre
sa lance an estant tote droite
li prodon, qui mout le covoite
d'armes anseignier et aprandre,
que il se saiche bien desfandre
a l'espee, s'an le requiert,
ou anvaïr quant leus an iert.
Puis a main a l'espee mise :
« Amis, fet il, an ceste guise
vos desfandroiz, s'an vos asalt.
- De ce, fet il, se Dex me salt,
ne set nus tant come je faz,
qu'as borriax et as talevaz
chiés ma mere an apris asez
tant que sovant an fui lassez.
- Donc alons huimés a l'ostel,
fet li prodon, qu'il n'i a el,
et vos avroiz, cui qu'il enuit,
l'ostel sanz vilenie enuit. »
Lors s'an vont andui coste a coste,
et li vaslez a dit son oste:
366f.1537
« Sire, ma mere m'anseigna
qu'avoec home n'alasse ja
ne conpaignie o lui n'eüsse
granmant que son non ne seüsse,
si le m'anseigna a savoir.
Je voel le vostre non savoir.
- Biax dolz amis, dist li prodon,
Gornemanz de Goorz ai non. »
Ensi jusqu'a l'ostel s'an vienent;
main a main andui s'antretienent.
A la montee d'un degré
vint uns vaslez tot de son gré
qui aporta .i. mantel cort.
Le vaslet afubler an cort,
qu'aprés le chaut ne le preïst
froidure qui mal li feïst.
Riches meisons beles et granz
ot li prodonet biax sergenz;
et li mangiers fu atornez
biax et genz et bien conreez.
Si laverent li chevalier,
puis si s'asistrent au mangier.
Et li prodon lez lui asist
le vaslet et mangier le fist
avoec lui an une escuele.
Des mes ne faz autre novele,
quanz en i ot et quel il furent,
mes asez mangierent et burent.
Del mangier ne faz autre fable.
Qant levé furent de la table,
li prodon, qui mout fu cortois,
pria de remenoir .i. mois
le vaslet qui delez lui sist.
.I. an tot plain, se il volsist,
le retenist il volantiers,
si apreïst andemantiers
tex choses, s'eles li pleüssent,
qu'a besoing mestier li eüssent.
Et li vaslez li dist aprés:
« Sire, ne sai se je sui pres
del manoir ou ma mere maint,
mes je pri Deu qu'a li me maint
et qu'ancor la puise veoir,
que pasmee la vi cheoir
367a.1581
au chief del pont devant sa porte,
si ne sai s'ele est vive ou morte.
Del duel de moi, quant la lessai,
cheï pasmee, bien le sai,
et por ce ne porroit pas estre,
tant que je seüsse son estre,
que je feïsse lonc sejor,
einz m'an irai demain au jor. »
Li prodom ot que rien ne valt
proiere, et la parole faut.
Si vont couchier sanz plus de plet,
que li lit estoient ja fet.
Li prodon par matin leva,
au lit au vaslet s'an ala
la ou il le trova gisant,
si li fist porter an presant
chemise et braies de cheinsil
et chauces taintes an bresil
et cote d'un drap de soie ynde,
qui fu tissuz et fez an Ynde.
Por ce que vestir li feïst
li anvea et se li dist :
« Amis, ces dras que ci veez
vestiroiz, se vos me creez. »
Et li vaslez respont : « Biau sire,
vos porreiez asez mialz dire.
Li drap que ma mere me fist,
dont ne valent il mialz que cist ?
Et vos volez que je les veste !
- Vaslez, foi que je doi ma teste,
fet li prodon, ainz valent pis.
Vos me deïstes, biax amis,
qant je vos amenai ceanz,
que vos toz mes comandemanz
fereiez. - Et ge si ferai,
fet li vaslez, ja n'an serai
ancontre vos de nule chose. »
As dras vestir plus ne repose,
si a les sa mere lessiez.
Et li prodom s'est abessiez,
se li chauça l'esperon destre.
La costume soloit tex estre
que cil qui feisoit chevalier
li devoit l'esperon chaucier.
367b.1620
Et li prodom s'est abeissié,
Se li a l'esperon chaucié.
D'autres vaslez asez i ot,
chascuns qui avenir i pot
a lui armer a sa main mise.
Et li prodom l'espee a prise,
se li ceint et si le beisa,
et dit que donee li a
la plus haute ordre avoec l'espee
que Dex a fete et comandee,
c'est l'ordre de chevalerie,
qui doit estre sanz vilenie.
Et dist: « Biau frere, or vos sovaingne,
se il avient qu'il vos covaingne
conbatre a aucun chevalier,
ice vos voel dire et proier :
se vos an venez au desus
que vers vos ne se puisse plus
desfandre ne contretenir,
einz l'estuisse a merci venir,
qu'a a* esciant ne l'ociez.
Et gardez que vos ne soiez
trop parlanz ne trop noveliers.
Nus ne doit estre trop parliers
que sovant tel chose li* die
qu'an li atort a vilenie,
et li saiges dit et retret :
« Qui trop parole pechié fet. »
Por ce, biau frere, vos chasti
de trop parler, et si vos pri,
se vos trovez pucele ou fame,
ou soit ou dameisele ou dame,
desconselliee soit de rien,
conselliez la, si feroiz bien,
se vos consellier la savez
et se le pooir en avez.
Une autre chose vos apraing,
et nel tenez mie a desdaing,
qui ne fet mie a desdaignier:
volantiers alez au mostier
proier celui qui tot a fait
que de vostre ame merci ait
et qu'an cest siegle terrien
vos gart come son crestien. »
367c.1669
Et li vaslez dist au prodome:
« De toz les apostres de Rome
soiez vos beneoiz, biau sire,
qu'autel oï ma mere dire.
- Or nel dites jamés, biau frere,
fet li prodon, que vostre mere
vos ait apris et anseignié.
De ce mie ne vos blas gié
se vos l'avez dit jusque ci,
mes des or, la vostre merci,
vos pri que vos an chastiez,
que se vos plus le diseiez,
a folie le tanroit l'an.
Por ce vos pri, gardez vos an.
Et que dirai ge donc, biau sire ?
- Li vavasors, ce poëz dire,
qui vostre esperon vos chauça,
le vos aprist et anseigna. »
Et cil li a le don doné
que jamés n'i avra soné
.i. mot tant con il sera vis,
se de lui non, qu'il li est vis
que ce est biens qu'il li ansaigne.
Li prodon maintenant le saigne,
si a la main levee an haut
et dist : « Biax sire, Dex vos saut !
Alez a Deu, qui vos conduie,
que la demore vos enuie. »
Li noviax chevaliers s'an part
de son oste, et mout li est tart
que a sa mere venir puisse
et que sainne et vive la truisse.
Si se met es forez sostainnes,
que asez mialz qu'as terres plainnes
es forez se requenuissoit,
et chevalche tant que il voit
.I. chastel fort et bien seant.
Defors les murs ne voit neant
fors mer et eve et terre gaste.
D'errer vers le chastel se haste
tant que devant la porte vient;
mes .i. pont passer li covient
si foible, ainz qu'a la porte veingne,
qu'a poinnes cuit que le sosteingne.
367d.1713
Li chevaliers sor le pont monte,
si le passa que max ne honte
ne anconbriers ne li avint.
Jusque devant la porte vint,
si la trova ferme a la clef,
ne n'i hurta mie soëf
ne n'i apela mie an bas.
Tant i feri qu'eneslepas
vint as fenestres de la sale
une pucele meigre et pale,
et dist: « Qui est qui la apele ? »
Cil regarde vers la pucele,
si la voit et dit: « Bele amie,
uns chevaliers sui, qui vos prie
que leanz me faciez antrer
et l'ostel enuit mes prester.
- Sire, fet ele, vos l'avroiz,
mes ja gré ne nos an savroiz.
Et neporquant si vos ferons
si bon ostel con nos porrons. »
Lors s'est la pucele arriers treite,
et cil qui a la porte agueite
crient qu'an li face trop ester,
si recomança a hurter;
et tantost .iiii. sergent vindrent,
qui granz haiches a lor cos tindrent,
et chascuns ot ceinte une espee,
si ont la porte desfermee
et dïent: « Sire, venez anz. »
Se bien eüst as sergenz,
mout fussent bel, mes il avoient
meseise eü tant qu'il estoient
tel qu'an poïst mervellier,
de geüner et de vellier.
Et cil ot bien defors trovee
la terre gaste et escovee,
dedanz rien ne li amanda,
que partot la ou il ala
trova anhermies les rues
et les meisons viez decheües,
que home ne fame n'i avoit.
.II. mostiers an la vile avoit,
qui estoient .ii. abaïes,
li uns de nonains esbaïes,
367e.1757
l'autres de moinnes esgarez.
Ne trova mie bien parez
les mostiers ne bien portanduz,
ençois vit crevez et fanduz
lers* murs, et les torz descovertes,
et les meisons erent overtes
ausi de nuiz come de jorz.
Molins n'i mialt ne n'i cuist forz
an nul leu de tot le chastel,
ne ne trova pain ne gastel,
ne rien nule qui fust a vandre
don l'an poïst .i. denier prandre.
Ensi trova le chastel gaste,
que n'i trova ne pain ne paste
ne vin ne sidre ne cervoise.
Vers .i. palés covert d'atoise
l'ont li .iiii. sergent mené
et descendu et desarmé.
Et tantost uns vaslez avale
parmi les degrez de la sale,
qui aporta .i. mantel gris;
au col au chevalier l'a mis,
et uns autres a establé
son cheval la ou il n'ot blé
ne fain ne fuerre se po non,
que il n'estoit an la meison.
Li autre devant ax le font
monter par les degrez amont
an la sale, qui mout fu bele.
Dui prodome et une pucele
li sont a l'ancontre venu.
Li prodome estoient chenu,
ne pas si que tuit fussent blanc.
De bel aaige a tot lor sanc
et a tote lor force fussent,
s'enui et pesance n'eüssent.
Et la pucele vint plus jointe,
plus acesmee et plus cointe
que espreviers ne papegauz.
Ses mantiax fu, et ses bliauz,
d'une porpre noire, estelee
de vair, et n'ert mie pelee
la pane qui d'ermine fu.
D'un sebelin noir et chenu,
367f.1801
qui n'estoit trop lons ne trop lez,
fu li mantiax au col orlez.
Et se je onques fis devise
an biauté que Dex eüst mise
an cors de fame ne an face,
or me plest que une an reface
ou ge ne mantirai de mot.
Desliee fu, et si ot
les chevox tex, s'estre poïst,
que bien cuidast qui les veïst
que il fussent tuit de fin or,
tant estoient luisant et sor.
Le front ot blanc et haut et plain
con se il fust ovrez de main,
que de main d'ome l'uevre fust
de pierre ou d'ivoire ou de fust.
Sorcix brunez et large antruel,
an la teste furent li oel
riant et veir et cler fandu.
Le nes ot droit et estandu,
et mialz li avenoit el vis
li vermauz sor le blanc asis
que li sinoples sor l'argent.
Por anbler san et cuer de gent
fist Dex de li passemervoille,
n'onques puis ne fist la paroille
ne devant feite ne l'avoit.
Et quant li chevaliers la voit,
si la salue, et ele lui,
et li chevalier amedui;
et la dameisele le prant
par la main debonerement,
et dist: « Biau frere, vostre ostex
certes n'iert pas anquenuit tex
con a prodome covandroit.
Mes qui vos diroit orandroit
tot nostre covine et nostre estre,
vos cuidereiez, puet cel estre,
que de malvestié le deïsse
por ce qu'aler vos an feïsse.
Mes se vos plest, or remenez,
l'ostel tel con il est prenez,
et Dex vos doint meillor demain. »
Ensi l'an mainne par la main
368a.1845
jusqu'an une chanbre celee,
qui mout ert bele et longue et lee.
Sor une coute de samit
qui fu tandue sor .i. lit
se sont leanz andui asis.
Chevalier quatre, cinc et sis
vindrent leanz et si se sistrent
par tropeax et mot ne distrent,
et virent celui qui se sist
delez lor dame et mot ne dist.
Por ce de parler se tenoit
que del chasti li sovenoit
que li prodon li avoit fet,
s'an tenoient antr'ax grant plet
tuit li chevalier a consoil.
« Dex, fet chascuns, mout me mervoil
se cil chevaliers est muiax.
Granz diax seroit, c'onques si biax
chevaliers ne fu nez de fame.
Mout avient bien delez ma dame,
et ma dame ausi delez lui.
S'il ne fussent muël andui,
tant est cil biax et cele bele
c'onques chevaliers ne pucele
si bien n'avindrent mes ansanble,
que de l'un et de l'autre sanble
que Dex l'un por l'autre feïst
por ce qu'ansanble les meïst. »
Et tuit cil qui leanz estoient
antr'ax grant parole an feisoient,
et la dameisele atandoit
qu'il l'aparlast de que que soit,
tant qu'ele vit tres bien et sot
que il ne li diroit ja mot
s'ele ne l'aresnoit avant.
Et dist mout debonerement :
« Sire, don venistes vos hui ?
- Dameisele, fet il, je jui
chiés .i. prodome an .i. chastel,
ou j'oi ostel et bon et bel;
s'i a .v. torz forz et eslites,
une grant et .iiii. petites.
Ne sai tote l'uevre asomer
ne le chastel ne sai nomer,
368b.1889
mes je sai bien que li prodon
Gornemanz de Gohorz a non.
- Ha ! biax amis, fet la pucele,
mout est vostre parole bele
et mout avez dit que cortois.
Gré vos an sache Dex li rois
qant vos prodome l'apelastes.
Onques plus voir mot ne parlastes,
qu'il est prodon, par saint Richier;
ice puis je bien afichier.
Et sachiez que je sui sa niece,
mes je nel vi mout a grant piece,
et, certes, puis que vos meüstes
de vostre ostel, ne queneüstes
plus prodome, mien esciant.
Mout lié ostel et mout joiant
vos fist, que il le sot bien feire
come prodom et deboneire,
puissanz et aeisiez et riches.
Mes ceanz n'a mes que .vi. miches
c'uns miens oncles mout glorieus,
mout sainz hom et religieus
m'anvea por soper enuit,
et .i. bocel plain de vin cuit.
De vitaille n'a plus ceanz,
fors .i. chevrel c'uns miens sergenz
ocist hui main d'une saiete. »
Atant comande que l'an mete
les tables, et eles sont mise*,
et les genz au soper asises.
Au mangier ont mout petit sis,
mes par mout grant talant l'ont pris.
Aprés mangier se departirent:
cil remestrent, qui se dormirent,
qui l'autre nuit veillié avoient;
cil s'an issirent qui devoient
la nuit par le chastel veillier.
Sergent furent et escuier
.l. qui la nuit veillierent;
li autre mout se traveillierent
de lor oste bien aeisier.
Biax dras et covertor mout chier
et orellier au chief li mestent
cil qui del couchier s'antremestent.
368c.1933
Trestot l'eise et tot le delit
qu'an saüst deviser an lit
ot li chevaliers cele nuit,
fors que solement le deduit
de pucele, se lui pleüst,
ou de dame, se li leüst.
Mes il n'an savoit nule rien,
et por ce vos di ge mout bien
qu'il s'andormi auques par tans,
qu'il n'estoit de rien an espans.
Mes s'ostesse pas ne repose,
qui estoit an sa chanbre anclose.
Cil dort a eise, et cele panse,
qui n'a an li nule desfanse
d'une bataille qui l'asaut.
Mout se trestorne et mout tressaut,
mout se degiete et se demainne.
.I. mantel cort de soie an grainne
a afublé sor sa chemise,
si s'est en avanture mise
come hardie et corageuse,
mes ce n'est mie por oiseuse,
einz se panse que ele ira
a son oste et si li dira
de son afere une partie.
Lors s'est de son lit departie
et issue fors de sa chanbre
a tel peor que tuit li manbre
li tranblent et li cors li sue.
Plorant est de la chanbre issue
et vient au lit ou cil se dort,
et plore et sopire mout fort.
N'a hardement que plus li face.
De ses lermes, tote la face,
plore tant que ele li moille.
Si s'acline et si s'agenoille.
Tant a ploré que cil s'esvoille;
si s'esbaïst toz et mervoille
de sa face qu'il voit moilliee,
et voit celi agenoilliee
devant son lit, qui le tenoit
par le col anbracié estroit.
Et tant de corteisie fist
que antre ses braz la reprist
368d.1977
maintenant et vers lui la trest.
Si li dist: « Bele, que vos plest ?
Por qu'iestes vos venue ci ?
- Ha ! gentix chevaliers, merci !
Por Deu vos pri et por son fil
que vos ne m'an aiez plus vil
de ce que je sui ci venue.
Por ce que je sui presque nue
n'i panssai ge onques folie
ne malvestié ne vilenie,
qu'il n'a el monde rien qui vive
tant dolante ne tant cheitive
que je ne soie plus dolante.
Rien que j'aie ne m'atalante,
c'onques nul jor sanz mal ne fui.
Ensi maleüree sui
que je ne verrai jamés nuit
que solemant cesti d'annuit,
ne jor que celui de demain,
ençois m'ocirrai de ma main.
De .iii.c. chevaliers et dis
don cist chastiax estoit garnis
n'a ceanz remés que cinquante,
que .ii. et dis moins de seissante
en a uns chevaliers mout max,
Anguinguerrons, li seneschax
Clamadeu des Illes, menez
et ocis et anprisonez.
De cez qui sont an prison mis
me poise autant con des ocis,
car je sai bien qu'il i morront,
que jamés issir n'an porront.
Por moi sont tant prodome mort,
s'est droiz que je m'an desconfort.
A siege a ci devant esté
tot .i. iver et .i. esté
Anguinguerrons, qu'il ne se mut,
et tot adés sa force crut,
et la nostre est amenuisiee
et nostre vitaille espuisiee,
que il n'en a ceanz remeis
don se poïst repestre un eis,
si somes a tant antreset
que demain, se Dex ne le fet,
368e.2021
li sera cist chastiax randuz,
qui ne puet estre desfanduz,
et je avoec come cheitive.
Mes, certes, einz que il m'ait vive,
m'ocirrai ge, si m'avra morte,
puis ne me chaut se il m'anporte.
Clamadex, qui avoir me cuide,
ne m'avra ja, s'il ne m'a vuide
de vie et d'ame, an nule fin,
que je gart an .i. mien escrin
un costel tot de fin acier
que el cors me voldrai glacier.
Itant a dire vos avoie.
Or me remetrai a la voie,
si vos lesserai reposer. »
Par tans se porra aloser
li chevaliers, se fere l'ose,
c'onques cele por autre chose
ne vint plorer desor sa face,
que que ele antandant li face,
fors por ce qu'ele li meïst
an talant que il anpreïst
la bataille, s'il l'ose anprandre,
por sa terre et por li desfandre.
Et il li dist: « Amie chiere,
fetes enuit mes bele chiere.
Confortez vos, ne plorez plus
et vos traiez vers moi ceisus,
s'ostez les lermes de voz ialz.
Dex, se lui plest, vos donra mialz
demain que vos ne m'avez dit.
Lez moi vos traiez an cest lit,
qu'il est asez lons a oés nos.
Hui mes ne me lesserez vos. »
Et cele dist: « Se vos pleisoit,
si feroie. » Et cil la beisoit,
qui an ses braz la tenoit prise.
Si l'a soz le covertor mise
tot soavet et tot a eise;
et cele suefre qu'il la beise,
ne ne cuit pas qu'il li enuit.
Ensi jurent tote la nuit,
li uns lez l'autre, boche a boche,
jusqu'au main que li jorz aproche.
368f.2065
Tant li fist la nuit de solaz
que boche a boche, braz a braz,
dormirent tant qu'il ajorna.
A l'ajorner s'an retorna
la pucele an sa chanbre arriere
sanz conduit, et sanz chanberiere
se vesti et apareilla,
c'onques nelui n'i esveilla.
Et cil qui la nuit veillié orent,
tantost con le jor veoir porent,
esvellierent les andormiz,
ses firent lever de lor liz;
et cil leverent de bele ore.
Et la pucele sanz demore
a son chevalier s'an repeire
et li dit come deboneire:
« Sire, Dex vos doint hui boen jor !
Et je sai bien que lonc sejor
ne ferez vos mie ceanz.
De sejorner seroit neanz,
vos an iroiz, pas ne m'an poise,
que ne seroie pas cortoise
s'il m'an pesoit de nule rien,
que point d'eise ne point de bien
ne vos avomes ceanz fait.
Mes je pri Deu que il vos ait
apareillié meillor ostel,
ou plus ait pain et vin et sel
que n'avez trové an cestui. »
Et il dist: « Bele, ce n'iert hui
que je autre ostel voise querre,
einz avrai tote vostre terre
mise an peis, se je onques puis.
Se vostre anemi la fors truis,
pesera moi se plus i siet,
por ce que de neant vos griet.
Mes se je l'oci et conquier,
vostre drüerie requier
an guerredon, qu'ele soit moie;
autres soldees n'an prandroie. »
Et cele respont par cointise:
« Sire, mout m'avez or requise
de povre chose et de despite.
Mes s'ele vos ert contredite,
369a.2109
vos le tanreiez a orguel;
por ce veher ne la vos vuel.
Et neporquant ne dites mie
que je deveigne vostre amie
par tel covant et par tel loi
que vos ailliez morir por moi,
que ce seroit trop granz domaiges,
que vostre cors ne vostre aaiges
n'est tex, ce sachiez de seür,
que vos a chevalier si dur
vos poïssiez contretenir
n'estor ne bataille sofrir.
- Ce verroiz vos, fet il, ancui,
que conbatre m'irai a lui;
ja nel leirai por nul chasti. »
Tel plet li a cele basti
qu'ele li blasme, et si le vialt;
mes sovant avient que l'an sialt
escondire sa volanté,
qant an voit bien antalanté
home de fere son talant,
por ce que mialz li atalant.
Ausin fet ele come sage,
qui li a mis el cors la rage,
ce qu'ele li blasme mout fort.
Et cil dit que l'an li aport
ses armes; et an li aporte,
et overte li fu la porte,
si l'armenet monter le font
sor .i. cheval que il li ont
aparellié anmi la place.
N'an i a nul sanblant ne face
que il l'an poist et qui ne die:
« Sire, Dex vos soit en aïe
hui an cest jor et doint grant mal
Anguinguerron, le seneschal,
qui tot cest païs a destruit. »
Ensi plorent totes et tuit.
Jusqu'a la porte le convoient
et, quant fors del chastel le voient,
si dïent tuit a une voiz:
« Biau sire, icele voire croiz
ou Dex sofri mort por son fil
vos gart hui de mortel peril
369b.2153
et d'anconbrier et de prison,
et vos ramaint a garison
an leu ou vos soiez a eise,
qui vos delit et qui vos pleise. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire