dimanche 16 février 2014

Les sites archéologiques autour de frederikstad …

La Norvège est riche de son histoire.
Celle de ses fiers navigateurs vikings en est un bel exemple.
Mais si on bien connait bien les fameux drakkars de l’époque viking il existe aussi des vestiges rupestres datant de l’âge de bronze (avant l’ère Viking donc) parfaitement conservés et mis à jour depuis plusieurs années et dont on connait moins l’histoire voir même la signification.
Les abords de la ville Frederikstad sont riches en sites archéologiques et je vous invite à me suivre pour une promenade à travers champs et surtout à travers le temps.
La campagne qui entoure FredrikstadSarpsborg et Hvaler regorge de cercles de pierre mystiques, de tumulus majestueux et d’images ciselées dans la pierre que l’on appelle « Helleristninger ».
Un patrimoine culturel qui vous ramène 3000 ans en arrière.
L’âge de bronze est une époque encore mystérieuse et riche de symboles divers …
Ces pierres « parlent d’amour, de religion et de rites, d’astronomie et d’agriculture, de prospérité et de pauvreté, de lutte pour le pouvoir et de dur labeur, et surtout de rêves et d’espoirs »
Elles sont également le témoignage d’une vie peuplée de légendes et de magie …
Si vous prenez la route depuis la Suède vous découvrirez de nombreux panneaux vous indiquant les sites classés archéologiques , ils sont nombreux et l’office du tourisme de Frederikstad sera ravie de vous proposer des parcours avec guide qui durent 2 heures environ .
Je vous recommande d’acheter le nouveau guide « Ships of the Sun – a round trip in Østfold’s Bronze Age »à l’Office du tourisme de Fredrikstad ou dans les musées.
En conduisant le long de la route 110, vous trouverez de nombreux monuments culturels et historiques remontant au Bronze et l’âge du fer. Skeberg dans le sud, par l’intermédiaire de Fredrikstad à l’Ouest, jusqu’à Hafslund, Sarpsborg dans le Nord et Solbergkrysset sur le E6, il existe bon nombre de ces monuments.
Le long de la route appelé « Oltidsveien » on s’arréte à chaque panneaux indiquant un site , souvent le site se trouve en plein champs ….
Ici on découvre les vestiges d’une vieille ferme …
Et puis si on poursuit sa ballade on découvre un large monticule de granit mis à jour couvert de pétroglyphes émouvants …
Ici : Post-Hornes, Østfold en Norvège.
Bateaux , hommes , agriculteurs et cercles solaires illustent tour à tour ces pierres gravées …
Difficiles d’expliquer le sentiment ressentis face à ces signes d’une histoire si ancienne mais finalement si proche de nous quand on contemple les préocupations de ces hommes si similaires aux nôtres malgré le temps : leurs batailles, leurs peurs, leurs espoirs, leurs rêves ressemblent étrangement aux nôtres.

La nature ici si silencieuse et étrange, incite à toute les rêveries d’antan, froide, majestueuse, secrète, parfois austère on imagine facilement ce qu’à pu être leur vie faite de tourments et d’espoirs …
Ces agriculteurs et ces hommes parcourant la mer étaient à la recherche d’un monde meilleur .
Durant l’âge de bronze ce peuple pratique le paganisme ( la religion nordique ancienne ou paganisme nordique).
Cette forme ancienne de « religion » recouvre l’ensemble des croyances et des pratiques religieuses des peuples scandinaves, des origines à l’âge du bronze, jusqu’à l’ère Viking (qui va de 800 à la christianisation autour de l’an 1000 )
Ces croyances sont sans prêtres, ni dogmes, ni lieux de cultes.
On ne pratique pas encore les offrandes ( à l’origine ) comme ici sur ce site :
La forn siðr était la religion dominante en Europe non romaine avant la conversion des tribus germaniques et scandinaves au christianisme, soit durant le Second âge du fer jusqu’en 380 .
On assiste alors à ces mutations peu à peu jusqu’au christianisme dont les Vikings se défendèrent avec virulence (on se souvient de leurs voyages et aux peuples qu’ils soumettaient alors à leurs esclavagisme ( Angleterre , Normandie , Pays basque , Turquie , Hongrie etc..)
On est ici face à un pan unique de la vie des ancêtres des Vikings et à l’aube d’une métamorphose de l’histoire nordique.
La question des croyances des anciens scandinaves et germains se retrouve dans la formulation de Gauka-Thorir, qui se retrouve dans d’autres textes 35, « hann trudi a sinn eiginn matt ok megin » :
« Nous autres camarades n’avons pas d’autre croyance qu’en nous-mêmes et en notre force et capacité de victoire, et cela nous suffit amplement »
(Gauka-Thorir, chapitre CCI Olafs saga hins Helga)
Les promenades nous mènent ainsi durant deux heures sur des sites uniques et étranges …
Un âge de Bronze où l’on se devait aussi de protéger le minerais et l’approche des mines à tout prix et qui donne une époque plutôt belliqueuse ….
Une époque méconnue qui donne envie d’en savoir plus lorsque l’on se retrouve sur ces sites particuliers …

A voir absolument !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire