samedi 15 février 2014

Les Deux Chagrins du Royaume du Ciel

Les Deux Chagrins du Royaume du Ciel

Corpus of Electronic Texts Edition

Background details and bibliographic information

Les Deux Chagrins du Royaume du Ciel

Author: [unknown]

File Description

Georges Dottin
Electronic edition compiled by Benjamin Hazard
Funded by University College, Cork and
The Higher Education Authority via the LDT Project
1. Second draft, revised and corrected.
Extent of text: 3480 words

Publication

CELT: Corpus of Electronic Texts: a project of University College, Cork
College Road, Cork, Ireland—http://www.ucc.ie/celt
(2004) (2008)
Distributed by CELT online at University College, Cork, Ireland.
Text ID Number: F202002
Availability
Available with prior consent of the CELT programme for purposes of academic research and teaching only.

Sources

    Manuscript Sources
  1. Dublin, Royal Irish Academy, 23 E 25, Lebor na hUidre, p. 17a-18a (the opening is missing); for details see MS 1229, in Kathleen Mulchrone, T. F. O'Rahilly et al. (eds.), Catalogue of Irish Manuscripts in the Royal Irish Academy (Dublin 1926-70) 3367-79. For a diplomatic edition see R. I. Best and Osborn Bergin (eds.), Lebor na hUidre: Book of the Dun Cow (Dublin 1929).
  2. Dublin, Trinity College, H 2.18, (Leabhar na Núachongbála), p. 280a-281a. For details see MS 1339, in T. K. Abbott and E. J. Gwynn (eds.), Catalogue of the Irish manuscripts in the Library of Trinity College, Dublin (Dublin 1921) 158-61. For a diplomatic edition see R. I. Best, Osborn Bergin, M. A. O'Brien and Anne O'Sullivan (eds.), The Book of Leinster (6 vols., Dublin: DIAS 1954).
  3. Dublin, Trinity College, H 2.16, Yellow Book of Lecan, p. 120b-121a. For details see MS , T. K. Abbott and E. J. Gwynn (eds.), Catalogue of the Irish manuscripts in the Library of Trinity College, Dublin (Dublin 1921) 94-110, 342-48. See also Robert Atkinson (ed.), The Yellow Book of Lecan: a collection of pieces (prose and verse) in the Irish language, in part compiled at the end of the fourteenth century (Collotype facsimile with introduction, analysis of contents, and index) (Dublin 1896).
  4. Paris, Bibliothèque Nationale de France, MS 24,682, fol. 27v-28r; for details see P. Meyer (ed.), Notices et extraits des manuscrits de La Bibliothèque Nationale de France (Paris 1886) t. xxxv, 1, 151-3.
  5. Dublin, Royal Irish Academy, MS 23 E 29, Book of Fermoy, p. 114a-115b. For details see MS 1134, Catalogue of Irish Manuscripts in the Royal Irish Academy (Dublin 1926-70) 3091-125. See also London, British Library, Egerton 92 (formerly belonging to the Book of Fermoy); for details see Robin Flower and Standish Hayes O'Grady (eds.), Catalogue of Irish manuscripts in the British Museum ii (London 1926, repr. Dublin 1992), 505-19.
    Secondary literature (For literature about the Apocrypha, click on http://celt.ucc.ie/Apocrypha.pdf)
  1. St. John D. Seymour, 'The Eschatology of the Early Irish Church, Zeitschrift für Celtische Philologie 14 (1923) 179-211.
  2. St. John D. Seymour, 'Notes on Apocrypha in Ireland', Proceedings of the Royal Irish Academy 26 (1926) class C: 107-117.
  3. St. John D. Seymour, Irish Visions of the Other-World: A Contribution to the Study of Medieval Visions (London 1930).
  4. Louis Gougaud, Christianity in Celtic lands: a history of the churches of the Celts, their origin, their development, influence and mutual relations by Dom Louis Gougaud, translated from the author's MS. by Maud Joynt (London 1932; reprinted Dublin 1992).
  5. Brian O'Dwyer Grogan, The Eschatological Doctrines of the Early Irish Church, [unpublished doctoral dissertation] (Fordham University 1972).
  6. David N. Dumville, 'Biblical Apocrypha and the Early Irish', Proceedings of the Royal Irish Academy 73 (1973) C: 299-338.
  7. Martin McNamara, The Apocrypha in the Irish Church (Dublin: DIAS 1975; corrected reprint 1984).
  8. Bernard McGinn, Apocalypticism in the middle ages: an historiographical sketch, Medieval Studies 13 (1975), Pontifical Institute of Medieval Studies, Toronto, 252-286. Reprinted in: Bernard McGinn, Apocalypticism in the Western Tradition (Brookfield, Vermont 1994).
  9. The Irish Adam and Eve story from Saltair na Rann. 2 vols. Vol. I: Text and translation by David Greene and Fergus Kelly; Vol. II: Commentary by Brian O. Murdoch. (Dublin: DIAS 1976).
  10. Bernard McGinn, Visions of the End: Apocalyptic Traditions in the Middle Ages (New York 1979).
  11. Roger T. Beckwith, 'The earliest Enoch literature and its calendar: marks of their origin, date and motivation', RdeQ 10 (1981) 365-403.
  12. J.C. Vanderkam, 'The 364-day calendar in the Enochic literature', Society of Biblical Literature Seminar Papers 22 (1983) 157-165.
  13. Frederick H. Cryer, 'The 360-day calendar year and early Judaic sectarianism', Scandinavian Journal of Old Testament (1987) 116-122.
  14. Máire Herbert, Martin McNamara (eds.), Irish Biblical Apocrypha. Selected texts in translation, Edinburgh 1989.
  15. Martin McNamara, 'Early medieval Irish eschatology'. In: Próinséas Ní Chatháin and Michael Richter (eds.) Irland und Europa im früheren Mittelalter: Bildung und Literatur (Stuttgart 1996) 42-75 (esp. 74-75).
  16. Thomas O'Loughlin, 'The Celtic homily: creeds and eschatology'. Milltown Studies 41 (1998) 99-115.
  17. J.C. Vanderkam, Calendars in the Dead Sea Scrolls: Measuring time (London, New York 1998).
  18. Milton McCormick Gatch, Eschatology and Christian nurture: themes in Anglo-Saxon and medieval religious life, (Aldershot 2000).
  19. Benjamin Hudson, 'Time is Short: The Eschatology of the Early Gaelic Church', in: Caroline Walker Bynum and Paul Freedman (eds.), Last Things: Death and the Apocalypse in the Middle Ages (Philadelphia 2000) 101-23.
  20. Martin McNamara, Apocalyptic and eschatological heritage: the Middle East and Celtic realms, Dublin 2003.
    The edition used in the digital edition
  1. Georges DottinLes Deux Chagrins du Royaume du Ciel [Da brón Flatha Nime]. in Revue Celtique. Volume 21, Paris, F. Vieweg (1900) pages 349–388

Encoding

Project Description

CELT: Corpus of Electronic Texts

Sampling Declaration

The present text represents pages 349 and 377–87 of the published edition.

Editorial Declaration

Correction
Text has been proof-read twice.
Normalization
The electronic text represents the edited text. The editor's footnotes are marked note type="auth" and numbered. Text other than French is marked.
Quotation
Direct speech is tagged q.
Hyphenation
In line with CELT practice, when a hyphenated word (hard or soft) crosses a page-break or line-break, the break is marked after the completion of hyphenated word and punctuation mark.
Segmentation
div0=the tract; div1=the section; page-breaks are marked pb n="".
Interpretation
Names are not tagged, nor are terms for cultural and social roles.

Canonical References

This text uses the DIV1 element to represent the section.

Profile Description

Created: Date range: 1899-1900.

Use of language

Language: [FR] The text is in French.
Language: [EN] Some words are in English.
Language: [GA] Some text is in Irish.
Language: [LA] Some text is in Latin.

Revision History

  • (2008-09-25)Beatrix Färber (ed.)
  • Keywords added; file validated; new wordcount made.
  • (2005-08-25)Julianne Nyhan (ed.)
  • Normalised language codes and edited langUsage for XML conversion
  • (2005-08-04T14:45:53+0100)Peter Flynn (ed.)
  • Converted to XML
  • (2004-10-11)Beatrix Färber (ed.)
  • File proofed (3); additions to markup made; HTML file created.
  • (2004-10-05)Benjamin Hazard (ed.)
  • File proofed (1, 2); structural and content markup applied. Header constructed; details for manuscript sources supplied; bibliography inserted; file parsed.
  • (2004-10-04)Benjamin Hazard (Data capture)
  • Text captured by scanning.

Corpus of Electronic Texts Edition: F202002

Les Deux Chagrins du Royaume du Ciel: Author: [unknown]


p.349
1

Le Sujet Du Dá brón flatha nime.

Le texte irlandais intitulé dá brón flatha nime 'les deux chagrins du royaume du ciel', traite de l'histoire légendaire d'Elie et d'Enoch. Cette histoire, établie sur des textes bibliques courts et obscurs, a été l'objet de nombreuses controverses et a donné lieu à; des hypothèses variées. Les points sur lesquels les Pères de l'Église et les principaux commentateurs s'accordent sont les suivants: Élie a été enlevé2 et Énoch a été transferé3 dans le Paradis terrestre qui est situé soit dans le ciel, soit sur la terre; ils ne sont pas morts; et bien qu'ils soient dans un corps terrestre, ils sont néanmoins dans un état où ils n'offensent plus Dieu; il est possible et peut-être probable que le texte de l'Apocalypse sur les deux témoins qui seront tués par la bête de l'abîme se rapporte à; Élie et Énoch.4

p.377
Qu'appelle-t-on chagrin dans le ciel? Ce n'est pas difficile [à; dire]. Élie et Énoch demandèrent au Seigneur d'être enlevés au ciel dans leur corps; à; cause donc de la perfection de leur mérite à; l'égard de Dieu sur la terre ils furent emportés au paradis dans leurs corps d'argile. Puis les âmes blanches, pures, légères, aériennes, [minces] les environnent en volant5 sous la forme d'anges. Ils sont donc, Élie et Énoch, dans leurs corps d'argile, lourds, massifs6 et ils ne peuvent les accompagner. Ils ont un grand chagrin et une grande tristesse de ne pas accompagner les anges, en sorte que c'est cela qui est les deux chagrins du royaume du ciel.
Elie va donc en sorte qu'il fut sous l'arbre de vie dans le paradis avec l'évangile dans sa main pour prêcher ces oiseaux7 là; [et les âmes du paradis]. Puis les oiseaux viennent, en sorte qu'ils sont à; manger les baies de l'arbre. Or ce sont de grandes baies, qui sont plus douces que tout miel et plus enivrantes

p.379
que tout vin. Puis ils sont à; manger les baies. Puis, après cela, Élie ouvre l'évangile; là;-dessus, les oiseaux ramassent leurs ailes contre eux et leurs jambes, sans remuer aile ni jambe jusqu'à; ce que finisse8 l'instruction. L'[instruction du] jour du Jugement donc, voilà; ce qu'il leur prêche c'est-à;-dire ce qui est infligé de souffrances aux âmes des hommes le jour du Jugement, c'est-à;-dire les quatre fleuves autour de la montagne de Sion brûlant les âmes9 les dix mille années et dix fois cent années dans chaque mille. C'est un grand danger pour quiconque a des péchés et des crimes. C'est bien pour celui qui a de bons mérites quand même ce ne serait que dans ce jour-là; seulement; quand même il n'y aurait [de souffrance pour les âmes que le jour du Jugement] il serait important10 que personne ne dormît en y réfléchissant, aussi longtemps qu'il serait en vie; sans compter la venue du Christ avec les neuf ordres du ciel11 et les hommes de la terre, tous ceux qui12sont nés et naîtront jusqu'au Jugement et la famille de l'enfer. C'est donc ainsi que viendra vers eux Jésus-Christ avec sa croix rougie sur l'épaule pour venger sur eux sa crucifixion en venger les sauver de la bouche du diable.13 Puis la troupe et

p.381
l'assemblée qui sera là; est étonnante. C'est donc en présence de cette troupe qu'on montrera toutes les actions bonnes ou mauvaises. A chacun à; son tour on montre la vue qu'ont vue leurs yeux et ce qu'ont dit leurs bouches et leurs langues et ce qu'ont fait leurs mains et où sont allés leurs pieds. Le Christ fils de Dieu et les anges du ciel et les gens de la terre et les gens de l'enfer14 l'écoutent tous jusqu'à; ce que cette exposition soit finie.15 Son démon gardien lui mentionne tout le mal qu'il a fait, car il est toujours à; sa gauche à; le garder. Son ange gardien à; sa droite lui mentionne ce qu'il a fait de bien.
Lorsque tout cela est fini:— ‘Voyez, ô juges’, dit le Christ, ‘lequel est le plus lourd du bien ou du mal de cet homme-ci.’—[‘Son bien est plus lourd.’] —‘Qu'il aille alors dans l'unité des anges’, dit le Christ. Les anges arrivent à; lui les mains vides.— ‘Salut à; toi’, dit chacun.— ‘Qu'il vienne à; moi’, dit un autre.— ‘Le bien et le mal de cet homme sont du même poids.’ — ‘Avec nous alors

p.383
de ce côté’16 dit le diable.— ‘L'âme ne sera pas séparée’, dit le Christ, ‘car ma puissance est plus grande; qu'il vienne avec moi.’— ‘Le mal de cet homme est plus lourd.’ ‘Qu'il aille alors avec son mal vers la famille qui viendra.’ Les demons viennent à; lui et lui font mauvais accueil. [‘Malheur à; toi’, disent-ils. ‘Tu auras malheur et souffrance.’ Chacun lui fera du mal17: l'un avec son poing, l'autre avec son fouet, un autre le blesse avec des broches et rit autour de lui. Malheur donc à; qui a mérité de son corps cette bienvenue.] Lorsque est effectué ce triage de la race d'Adam, c'est alors que le Christ dit au diable de venir avec sa troupe vulgaire composée de quiconque ira et est allé dans sa famille dans l'enfer qui n'a aucune fin. Ils se lèveront ensuite et pousseront leur cri unanime18 pendant que le diable les tire en enfer.
Il y a donc trois cris du monde, c'est-à;-dire le cri qu'éleva le peuple de Dieu entraîné par les Egyptiens vers le pays en face de la mer Rouge pour les tuer et les détruire et emmener leurs fils et leurs filles en captivité à; jamais, si Dieu ne les avait sauvés; et le cri des gens de l'enfer et des âmes de la race d'Adam, de quiconque d'entre eux est mort avant la crucifixion du Christ, c'est-à;-dire qu'il les a enlevés au mal19

p.385
et au diable en sorte qu'ils sont dans les demeures du royaume du ciel; le cri donc que poussèrent les âmes, de plaisir d'échapper au diable et le cri des gens de l'enfer à; leur suite. Le troisième cri,20c'est-à;-dire le cri des âmes, de quiconque d'entre elles a mérité l'enfer, lorsqu'on les entraîne vers la demeure éternelle du tourment et de la torture sans aucune fin. Cependant la famille que Dieu a choisie ira vers le royaume éternel avec le Christ fils de Dieu, en sorte qu'ils y seront pendant les siècles des siècles parmi les troupes21 des archanges.
Les fléaux22 du jour du Jugement, voilà; donc ce que prêche Élie comme nous l'avons dit, mais cette chose est certainement une faible partie.23 (de ce qu'on pourrait dire). Lorsque ensuite le clerc ferme son livre, les oiseaux poussent un cri et battent des ailes contre leurs flancs jusqu'à; ce que coulent des ruisseaux de sang, par crainte du jour du Jugement [puisque ce sont des oiseaux qui font cela, il est juste pour nous hommes terrestres (de le faire) quoique nous soyons à; y attention]24.
Ensuite Élie et Énoch, est-il dit là;, attendent leur mort et

p.387
leur martyre pour accomplir la prédiction du Seigneur qui a dit par la bouche du prophète: qui a goûté de la vie et ne verra pas la mort?25 Ils vont ensuite contre l'Antechrist à; la fin du monde, en sorte que c'est par lui qu'ils seront percés du glaive, c'est-à;-dire le diable sous forme humaine, cet Antechrist, car c'est pour amener la foi dans le monde qu'il est venu. C'est un évêque qui le fit à; sa fille un vendredi (?). Voilà; qu'il est raconté que le Christ n'a pas fait un miracle sur terre qu'il ne fera, sauf ressusciter les morts, mais en fait il sera plein de convoitise et d'injustice. Son âge sera de trente-trois ans et demie comme était l'âge du Christ. Une inscription26 qui tourne dans son front, voilà; le signe qui sera sur lui. Quiconque ne croira pas en lui sera percé du glaive par lui. Car voilà; qu'il a dit qu'il est lui-même fils de Dieu et que c'est lui qu'ont prédit les prophètes. En sorte que c'est Michel qui est venu des cieux pour l'accabler27 et c'est lui qui le frappera du glaive.28 En sorte que les deux chagrins du royaume du ciel sont Élie et Énoch, dans leurs corps d'argile parmi les anges du ciel jusqu'à; ce qu'ils viennent contre l'Antechrist.
G. Dottin.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire