lundi 18 novembre 2013

Merlin le Barde

I

1. - Ma chère mère (*), écoutez-moi,
Je voudrais aller au tournoi.
You ou you

refrain
You, you, ou, you, you, ou,
You, you, ou, you, ou.


2. M'en aller au nouveau tournoi
Qui sera donné par le Roi!

3. - A ce tournoi vous n'irez pas.
Aux autres non plus, croyez-moi.

4. Vous n'irez pas, car vous n'avez
Cette nuit rien fait que pleurer.

5. S'il tient à moi, vous n'irez point,
Vous qui sanglotez en rêvant.

6. - Chère mère, si vous m'aimez,
Vous me laisserez y aller.

7. - Vous irez peut-être en chantant,
Mais vous reviendrez en pleurant!

II

9. Il a harnaché son poulain
Roux, l'a ferré d'acier brillant.

10. Fixé la bride à son museau;
L'a couvert d'un léger manteau;

11. A son cou lui met un anneau;
A sa queue lui passe un bandeau.

12. Enfin il enfourche la bête.
Le voilà parti pour la fête!

13. Puis il arrive sur la lice,
Alors que les cors retentissent,

14. Que tout le monde fait silence,
Les chevaux piaffant d'impatience.

15. "Celui qui franchira l'enclos
Du terrain de fête au galop,

16. D'un seul bond, vif, parfait et droit,
Deviendra le gendre du roi!"

17. Son poulain roux, oyant cela,
Hennit soudain avec fracas,

18. Bondit et se met en fureur.
Ses naseaux soufflent la vapeur!

19. Et voilà que ses yeux s'éclairent,
Et qu'il frappe du pied la terre:

20. Dépassanr les autres champions,
Il franchit l'enclos d'un seul bond!...

21. - Vous l'avez juré, Seigneur Roi:
Votre Aliénor, elle est à moi!

22. - Ma fille Aliénor, la Princesse!
Vous et les gens de votre espèce

23. Les sorciers, ne sont pas, je crois,
Des gendres rêvés pour un roi. -

24. Se tenait là un patriarche,
Qui portait longue barbe blanche,

25. Une barbe blanche au menton,
Telle la laine sur l'ajonc;

26. Revêtu d'un long vêtement
De laine galonné d'argent.

27. Assis à la droite du roi,
Il se penche, parlant tout bas.

28. Quand il l'eut écouté, le roi
De son sceptre frappa trois fois.

29. Trois coups frappés sur la crédence
Et tout le monde fait silence.

30. - Voici: la harpe de Merlin
Pend à quatre chaînes d'or fin.

31. Apporte-moi la harpe qui
Orne le chevet de son lit.

32. Si de ses liens tu la dépêtres,
Aliénor est à toi... peut-être! -

III

33. - Ma bonne mère qui m'aimez,
Il faut que vous me conseilliez,

34. Ma bonne mère qui m'aimez,
Car mon coeur en deux est brisé!

35 - Ah, si vous m'aviez écouté,
Cela vous serait épargné...

36. Mon pauvre fils, ne pleurez pas:
La harpe on la détachera.

37. Mon pauvre fils, assez de pleurs!
Voici pour vous un marteau d'or.

38. Jamais rien ne résonnera
Sous les coups de ce marteau-là.

IV

39. - Bonheur et joie en ce palais!
Je suis de retour, regardez,

40. Voilà que vers vous je reviens
Avec la harpe de Merlin! -

41. Le fils du roi, voyant cela,
Vint vers son père et chuchota.

42. Le roi quand il l'eut écouté,
A ce jeune homme a rétorqué:

43. - Merlin porte une bague au doigt.
Cette bague, apporte-la moi.

44. Apporte-moi cet anneau d'or,
Si tu veux avoir Aliénor. -

45. Et bien vite, c'est en pleurant
Qu'il retourne chez sa maman.

46. - Le roi m'avait pourtant promis:
Le revoilà qui se dédit!

47. - Ne vous souciez pas de cela.
Prenez le rameau qe voilà.

48. Ce rameau dans cette cassette
Qui comporte douze feuillettes.

49. Douze feuilles, exactement,
Plus précieuses que des diamants.

50.J'ai mis sept nuits à les chercher
Pendant sept ans, dans sept forêts.

51. Le coq à minuit chantera,
Le poulain roux vous attendra.

52. Ne vous effrayez surtout pas;
Merlin le Barde dormira.

53. Comme à minuit le coq chantait,
Le poulain rouge s'élançait.

54. Le coq n'avait pas achevé,
Que l'anneau s'en était allé.

V

55. Au point du jour, le lendemain,
Il était chez le souverain.

56. Et celui-ci lorsqu'il le vit
Demeura debout, interdit

57. Et tout le monde l'est autant:
- Il peut se marier à présent!-

58. Et le roi un moment sortit,
Son fils et le vieil homme aussi.

58. Revenant aussitôt après,
Entouré des deux conseillers,

59. Le roi dit: - Mon fils, c'est bien vrai:
Ma fille, tu peux l'épouser.

60. Mais j'exige une chose encor;
Ce sera ton dernier effort.

61. Oui, si tu peux faire cela,
Tu seras le gendre du Roi.
62. C'est promis: ma fille est à toi;
Et tout le Léon de surcroit...

63. A quérir Merlin je t'engage
Pour célébrer ton mariage.

VI

64. - Barde Merlin, d'où viens-tu donc
Ainsi revêtu de haillons?

65. Où donc veux-tu, Merlin, aller
Ainsi, tête nue, sans souliers.

66. Où veux-tu donc aller, dis-nous,
Vieux Merlin au bâton de houx?

67. - Chercher ma harpe, ce trésor
Qui faisait tout mon réconfort;

68. Chercher ma harpe et mon anneau.
L'un et l'autre me font défaut.

69. - Merlin, Merlin ne pleurez point,
La harpe ne peut être loin.

70. Non plus que votre bague d'or.
De les trouver je me fais fort.

71. Entrez Merlin, entrez ici:
Mangeons un morceau entre amis!

72. - Non, je poursuivrai mon chemin
Et je ne mangerai plus rien

73. Non, plus rien, tant que je ne les
Aurai point, tous deux retrouvés.

74. - Merlin, Merlin, écoutez-moi,
La harpe on la retrouvera.-

75. Et tant elle pria Merlin
Qu'il entra chez elle à la fin.

76. Son petit fils, quand vint la nuit,
S'en alla frapper à son huis.

77. Il entre et se met à trembler
En regardant vers le foyer,

78. Car il y voit assis Merlin
La tête inclinée sur son sein.

79. Voyant Merlin près du foyer
Il ne savait où se cacher.

80. -Silence enfant, n'ayez pas peur;
Je l'ai plongé dans la torpeur,

81. Grâce à trois pommes écarlates
Cuites dans la cendre de l'âtre,

82. Que je lui donnais à manger:
Et il nous suivra désormais.-

VII

83. La reine était encore au lit
Quand à sa servante elle dit:

84. - Que se passe-t-il donc en ville?
Et ce vacarme, quel est-il?

85. Qui me réveille avec ce bruit
Ebranlant les montants du lit?

86. Qui dans la cour acclame-t-on?
Pour qui toutes ces ovations?

87. - Le peuple en liesse est rassemblé
Pour Merlin qui vient au palais,

88. Précédé d'une femme en blanc,
Et votre gendre le suivant.

89. Et le roi, sitôt, a bondi,
Pour aller voir, hors de son lit.

90. - Lève-toi, lève-toi, crieur,
Sors de ton lit, maudit dormeur!

91. Dans le pays, va publier
Que tous aux noces sont conviés,

92. Aux noces de ma fille aimée
Qui dans huit jours sera mariée!

93. Que prennent part aux réjouissances
Les Bretons de haute naissance:

94. Gentilshommes, gens de justice,
Chevaliers et ecclésiastiques

95. Et d'abord les comtes puissants,
Les riches et les pauvres gens!

96. Vite, parcours tout le pays,
Et reviens aussi vite ici!-

VIII

97. - Ecoutez tous, si vous avez
Des oreilles pour écouter!

98. Faites silence et apprenez
Ce que le roi vient d'ordonner:

99. Noces de la fille du roi:
Dans huit jours; vienne qui voudra!

100. A la noce, petits et grands
Qui demeurez en ce canton!

1O1. A la noce, nobles Bretons,
Venus de tous les horizons,

102. Gentilshommes, gens de justice,
Chevaliers ou bien gens d'église,

103. A la noces, comtes puissants,
Les riches et les pauvres gens!

104. Oui, car même les pauvres gens
Ne manqueront d'or ni d'argent,

105. Ni de venaisons, ni de pain
Ni d'hydromel, ni de bon vin,

106. Ni d'escabelles pour s'asseoir
Ni de hanaps, ni de tranchoirs.

107. Il sera tué deux cents pourceaux
Et deux cents gras jeunes taureaux,

108. Deux cents génisses, cent chevreuils
De chaque forêt, chaque breuil

109. Et deux cents boeufs, cent noirs, cent blancs:
De leurs peaux on fera présent.

110. Et pour vêtir les gens d'église
Cent tuniques de laine grise.

111. On donnera cent colliers d'or
Aux chevaliers... Que dire encor?

112. D'habits bleus une salle pleine
Pour habiller les demoiselles.

113. Et huit cents braies neuves, vraiment,
Que chausseront les pauvres gens.

114. Et cent sonneurs sur leurs coussins
Jouant du soir jusqu'au matin;

115. Et dans la cour, Merlin le Sage,
Qui bénira le mariage.

116. La fête sera la merveille
Qui n'a jamais eu sa pareille.-

IX

117. - Dites, cuisinier, je vous prie,
Est-ce que la noce est finie?

118. - Oui, la noce s'est achevée,
Ainsi que la franche lippée.

119. Quinze jours pleins elle a duré.
Il y eut du plaisir assez.

120. Tous sont partis avec les dons
Du roi et sa protection.

121. Et son gendre, pour le Léon,
Avec sa femme, heureux, dit-on.

122. Ils s'en sont tous allés joyeux
Seul le roi, je crois, est soucieux:

123. Merlin le Barde a disparu.
Qui sait ce qu'il est devenu!-

(Trad. Ch.Souchon (c) 2003)
http://chrsouchon.free.fr/marbarfe.htm

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire