samedi 20 juillet 2013

Mérovée

Mérovée ou Mérowig
(né vers 411, mort en 458)
(Roi des Francs Saliens : règne 448-458)

Considéré comme le troisième de nos rois, ayant donné son nom à ceux de la première dynastie (les Mérovingiens), ce personnage, dont l’existence est entourée de beaucoup d’obscurité et dont on possède plutôt la légende recueillie par Jacques de Guise que la biographie, est donné pour successeur à Clodion. Son nom, Merowig, signifie éminent guerrier.

Mérovée (448-458)
C’était un simple chef des Saliens né vers 411, dont le nom vint jusqu’aux oreilles des Romains et que Grégoire de Tours nous apprend avoir été fils de Clodion (ou Chlodion). Frédégaire raconte même que l’épouse de Chlodion le mit au monde après avoir eu commerce avec un monstre marin ou du moins s’en être approchée. Ce conte doit être placé à côté de toutes les inventions de Jacques de Guise, que quelques savants sans critique ont prises au sérieux.
On ne sait que fort peu de chose de Mérovée ; on n’est pas même d’accord sur la date de sa mort. Il monta sur le trône vers 448 et régna environ 10 ans. Aétius, qui l’adopta, selon le témoignage de Priscus, lui concéda sans doute un territoire dans les Gaules, où son frère aîné avait déjà fait un établissement.
Attila, après avoir saccagé les provinces de l’Orient, revenait en Occident à la tête d’une armée nombreuse, où se trouvaient plusieurs rois qui lui obéissaient. Aétius et Mérovée marchèrent au-devant de lui. Une bataille sanglante fut livrée, le 20 septembre de l’an 451, en Champagne. Il y eut, dit-on, de part et d’autre, 300 000 hommes de tués.
Quoique Aétius eût eu l’avantage, Grégoire de Tours convient que ce général, après le combat, engagea Mérovée à s’occuper de ses propres affaires. Sidoine Apollinaire reconnaît qu’il y avait des Francs dans les deux armées. Les historiens contemporains n’ont rien dit de plus sur Mérovée. Tout ce qu’en rapporte Jacques de Guise est entièrement fabuleux et a été inventé de toutes pièces, ainsi que ce qui est dit dans les annales du Hainaut des premiers temps de la monarchie.

http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article2270

Description romancée de Mérovée

« On dit de lui qu’il vint en une nuit terrible et aussi tourmentée que l’Océan duquel il apparut !
Il ne semblait pas naufragé ni même rejeté des eaux. Non ce sont les vagues qui semblèrent l’avoir porté comme si les Neuf Filles-Vagues de Ran en étaient les maîtresses !
Il était d’ailleurs lui-même comme un roc ou même un écueil. On aurait dit que rien ne pouvait le faire trembler, encore moins douter, et que celui le bravant s’y fracasserait comme un navire perdu par le gîte…
Il se disait fils d’un certain Clodion le Chevelu mais très vite on s’interrogea sur sa génitrice, lui qui avait déchiré les entrailles de la mer pour venir en nos terres. Et de mère cette fois on lui prêta les plus sournoises créatures des bas fonds, sirènes, lamantins, monstres barbares et jusqu’à en faire le fruit de l’adultère de Ran, la Déesse tyrannique des Océans ! Et sa longue barbe flottante ou ses cheveux épais n’avaient-ils pas l’aspect d’algues ? Qui donc pouvait avoir le crâne déjà couvert d’une couronne semblant de corail alors qu’il n’avait point de titre ?
Mais pourquoi devint-il notre Roi, à nous les Francs !
Pourtant, pour extraordinaire que ce soit, nul ne mit en question sa descendance, d’ailleurs nul autre ne se réclama du sang du clan noble d’alors des Clodions. Et du sang justement, nulle lame n’osa s’assurer qu’il n’était point bleu comme les rumeurs l’affirmaient déjà.
L’être devint ainsi Roi.
Le premier de nos Rois, oui il le devint. Premier des Francs, premier à nous donner une terre aussi !
Alors de ce jour nous le suivîmes tous, oui nous Francs hardis et vaillants, nous le suivîmes jusqu’à combattre au jour de la grande bataille venue… »
Un Frère aux Champs Catalauniques

Après cette présentation fantaisiste de la légende de Mérovée, voyons ce dont l’Histoire nous l’a à son tour décrit.
Merovech.jpg

Fiche présentation

Nom : Mérovée.
Origine : Inconnu et légendaire, peut-être fils d’un Clodion le Chevelu.
Période Historique : Fin de l’Antiquité et début du Moyen-Age.
Naissance et mort : Inconnu pour la naissance, peut-être 411, mort probable en l’an 458.
Identité : Germanique et Franc (Franc Salien)
Règne : Premier Roi des Francs de l’an 448 à 457.
Faits d’armes : Vainqueur avec Rome de la bataille des Champs Catalauniques en 451.
Liens : On ne lui connaît pas de familles, ni même d’épouse bien qu’il eut un fils, Childéric 1er.
Mérovée fut donc le premier Roi reconnu des Francs Saliens eux-mêmes, ou tout du moins le premier à instaurer une dynastie. En fait une lignée royale existait déjà où il semble que deux Rois aient d’abord régné. Cette famille est bien sûr celle des Clodions sans qu’on sache s’il en fut le fils ou le bourreau !
Son origine légendaire a sans doute contribué à ce statut. Le rapporteur Frédégaire, écrit aussi parfois que l’épouse de Clodion le Chevelu fut attrapée par une créature marine qui lui fit enfanter Mérovée…
Et chez les Germains être descendant d’une possible déité du Hof ne pouvait qu’asseoir ce statut. Un statut qui fut des plus légitimes tant il donna un Destin à ce peuple Germanique !
En 10 ans il donna un royaume à son peuple, donna un nom à la dynastie naissante de la noblesse, les Mérovingiens ! En sus, il fit œuvre de stratagème et de diplomatie, s’alliant avec Rome pour défaire Attila venu en ses propres terres.
Rome, trop affaibli, ne pu que lui laisser le royaume Franc comme sien et donc la Gaule.
Toutefois on peut s’interroger sur les désirs de destinée souhaités par Mérovée.
Son règne fut bref, sa fin aussi énigmatique que son arrivée et son legs inconnu. On ne lui connaît pas d’autres faits. Pourtant la bataille fratricide entre Germains auquel il participa présagea certainement de sa descendance.
Une descendance, les Mérovingiens, dont son fils Childéric 1er porta la malédiction.
Malédiction, car son propre fils et petit-fils de Mérovée, Clovis devint lui le premier Roi de France, reniant son identité Germanique et son peuple Franc pour le convertir à l’Eglise et être intronisé par le Pape !
Une lignée qui n’aura de cesse de détruire et chasser les Germains et ceci jusqu’à Charlemagne même…
Mêle si les légendes se mêlent à la réalité concernant Mérovée, certains mettant en cause même son existence, il est à noter que nombre Rois se réclameront de sa descendance !
Il est presque certain qu’il est pris de toute façon le premier front contre Attila et ses Germains lors de la bataille titanesque des Champs Catalauniques. Un front qu’il mena au travers des forces ennemies contribuant pour une grande part au succès de Rome…
D’ailleurs ses noms Germaniques, Merovech et surtout Merowig, témoignent du combattant qu’était ce Roi, ceux-ci signifiants « Guerrier émérite » ou « Guerrier téméraire », etc.
Sans doute peut-on conclure par le fait que Mérovée est à l’image des racines Germaniques de la France, nimbé comme elles des plus énigmatiques mystères…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire