samedi 15 juin 2013

Havamal, 138,139

Je sais que je pendis à l'arbre battu des vents
Neuf nuits pleines
Navré d'une lance et donné à Odin
Moi-même à moi-même donné,
- À cet arbre, dont nul ne sait
D'où proviennent les racines.
Point de pain ne me remirent,
Ni de corne.
Je scrutai en dessous
Je ramassai les runes,
Hurlant, les ramassai,
De là retombai.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire