vendredi 29 mars 2013

Sigrdrífumál - Le Dit de Sigrdrífa


Sigrdrífumál - Le Dit de Sigrdrífa

http://www.fichier-pdf.fr/2009/06/30/w9pn8to/sigrdr-fum-l.pdf

(Traduction de Régis Boyer)
Sigurd monta sur le Hinarfjall et se dirigea au sud vers la France. Sur la montagne, il vit
une grande lumière, comme du feu qui aurait brûlé, et l'éclat en montait jusqu'au ciel.
Quand il y arriva, il s'y trouvait un rempart de bouclier dont dépassait un étendard. Sigurd
pénétra dans le rempart de bouclier et vit qu'un être humain gisait là, qui dormait tout
armé. Il lui enleva d'abord son heaume; alors il vit que c'était une femme. La cuirasse
était fermement serrée, comme si elle avait été fixée aux chairs. Alors il pourfendit avec
Gramr la cuirasse, de l'encolure jusqu'en bas ainsi que les deux manches. Il lui enleva
ensuite sa cuirasse, elle s'éveilla, s'assit, aperçu Sigurdr et dit :
1. "Qu'est-ce qui a mordu la cuirasse ?
Comment suis-je sortie du sommeil ?
Qui m'a dépouillée
Des livides lies ?"
Il répondit :
2. "Le fils de Sigmundr;
L'épée de Sigurdr
Trancha il n'y a guère
De la charogne pour le corbeau.
- Longtemps je sommeillai,
Longtemps restai endormie,
Longs sont les malheurs des mortels;
Odin est cause
Que point ne pouvais
Rompre le charme du sommeil."
Sigurd s'assit et lui demanda son nom. Elle prit alors une corne emplie d'hydromel et lui
donna à boire pour raviver ses souvenirs.
3. "Salut, jour !
Salut, fils du jour !
Salut, nuit et soeur de la nuit !
D'un oeil bienveillant
Regardez-nous ici
Et donnez victoire à nous qui sommes assis !
4. Salut, Ases !
Salut, Asynes !Salut à toi, généreuse terre !
Donnez éloquence et sagesse
A nous deux, pleins de gloire,
Et guérisseuses mains, tant que nous vivrons !
Elle dit qu'elle se nommait Sigrdrífa et était valkyrie. Elle raconta que deux rois s'étaient
battus; l'un s'appelait Gunnar au Heaume, il était vieux et très grand guerrier. Odin lui
avait promis la victoire.
5a. Mais l'autre s'appelait Agnarr,
Frère de Hauda,
Que nul ne voulait
Aider et assister.
Sigrdrífa abattit Gunnar au Heaume dans la bataille. Mais par vengeance, Odin la piqua
de l'épine du sommeil, déclara que jamais plus elle ne remporterait la victoire dans les
batailles et qu'elle se marierait. "Mais je lui ai dit qu'a l'encontre, j'avais fait serment de
ne jamais épouser homme qui connaîtrait la peur".
Il la pria de lui enseigner la sagesse, puisqu'elle connaissait les nouvelles de tous les
mondes. Sigrdrífa chanta :
5b. "Je t'apporte de la bière,
Arbre du Thing des cuirasses,
Mêlée de force
Et de puissant renom,
Elle est pleine de charmes
Et de vertus,
De bonnes incantations
Et de runes de joie.
6. Il te faut graver les runes de victoire
Si tu veux victoire remporter,
Graver sur les gardes du glaive,
Certaines sur la poignée,
Certaines sur le croisillon,
Et nommer deux fois Tyr.
7. Il te faut connaître les runes de la bière
Si tu veux de la femme d'un autre
Trahir la foi, et te sens assuré;
Sur une corne il les faut graver,
Et sur le dos de la main
Et marquer sur un ongle Naud.
8. Il faut sur la coupe faire le signe
Evitant ainsi qu'elle te nuiseEt jeter de l'ail dans le liquide;
(alors je sais que pour toi
Jamais l'hydromel
Ne sera empoisonné).
9. Il te faut connaître les runes de délivrance
Si tu veux aider femme en travail
Et la délivrer de l'être vivant qu'elle porte;
Sur les paumes il les faut graver,
Les jointures, serrer,
Et demander l'assistance des Dises.
10. Il te faut graver les runes du feu
Si tu veux sauver en mer
Le coursier à voiles;
Sur l'étrave, faut les graver
Et sur la lame du gouvernail,
Par le feu les marquer sur la rame;
Il n'est brisant si abrupt
Ni vagues si bleues
Que tu ne sortes sain et sauf de la mer.
11. Il te faut connaître les runes des membres
Si tu veux être mire
Et savoir discerner les blessures;
Sur l'écorce faut les graver
Et sur le feuillage d'un arbre
Dont les branches tendent vers l'est.
12. Il te faut connaître les runes de la parole
Si tu veux que personne
Ne te rende dol pour haine;
Les retourner,
Les brouiller,
Les placer toutes ensemble
AU thing
Où l'on jugera devant le peuple,
Les juges étant au complet.
13. Il te faut connaître les runes de l'esprit
Si tu veux en sagesse
Quiconque surpasser;
Les interpréta,
Les grava,
Les conçus Hropt,
De cette humeurQui avait filtré
Du crâne de Hleiddraupnir
Et de la corne de Hoddrofnir.
14. Sur la falaise il se tenait
Avec les tranchants de l'épée,
Avait un heaume sur la tête;
Alors la savante tête de Mimir
Parla pour la première fois,
Et énonça les lettres véridiques.
15. Il les dit gravées sur l'écu,
Qui se tient devant le dieu brillant,
Sur l'oreille d'Árvakr
Sur le sabot d'Alsvinnr,
Sur la roue qui tournoie
Sur le char de Rungnir,
Sur les dents de Sleipnir
Et sur les chaînes du traîneau,
16. Sur la patte de l'ours
Et sur la langue de Bragi,
Sur la griffe du loup
Et sur le bec de l'aigle,
Sur les ailes sanglantes
Et sur la tête des ponts,
Sur la paume de la délivrance
Et sur les traces de réconfort,
17. Sur le verre et sur l'or,
Dans les halles des hommes,
Dans le vin, le moût de bière
Et les lits de repos,
Sur la pointe de Gungnir
Et sur le poitrail de Grani,
Sur l'ongle de la Norne
Et sur le bec du hibou.
18. Toutes furent grattées
De celles qui étaient gravées,
A l'hydromel sacré mêlées
Et largement diffusées,
Elles se trouvent chez les Ases,
Elles se trouvent chez les Alfes,
Certaines parmi les sages Vanes
Certaines chez les humains19. Ce sont les runes gravées sur le bouleau,
Ce sont les runes de délivrance
Et toutes les runes de bière,
Et les suprêmes runes de puissance,
Pour qui sait sans erreur
Et sans adultération
S'en servir comme de talisman;
Jouis-en, si tu les appris,
Jusqu'à ce que les Puissances s'entre-déchirent.
20. A présent, tu vas choisir,
Puisque l'occasion t'en est offerte,
Érable des armes acérées !
Parler ou te taire,
Cela t'appartient :
Tous malheurs sont d'avance fixés".
Sigurdr dit :
21. "Je ne m'enfuirais pas,
Me saurais-je voué à mourir,
Point ne suis né couard;
Tes conseils affectueux,
Je veux les recevoir tous,
Tant que je vivrai."
Alors elle dit :
22. "Je te conseille en premier lieu
D'être envers tes parents
Sans opprobre;
Ne tire point vengeance
Des offenses qu'ils commettraient;
Cela, dit-on, sert aux trépassés.
23. Je te conseille en second lieu
De ne point prêter serment
Qu'il ne soit véridique;
Car cruelle vengeance
Suit trêve rompue,
Misérable, le loup du serment.
24. Je te conseille en troisième lieu,
Lorsque tu es au thing,De ne point quereller avec des sots;
Car l'insensé
Souvent se laisse aller à dire
Paroles pire qu'il ne pensait.
25. Tout est difficile
Si tu tes tais;
Alors, tu passe pour couard né
Et seras à bon droit accusé;
Dangereux, le verdict par le voisin rendu
S'il n'est pas excellent;
Le lendemain,
Fais-lui rendre l'esprit
Et fais ainsi payer le mensonge public.
26. Je te conseille en quatrième lieu,
Si la sorcière habite
Perverse sur le sentier,
Mieux vaut passer son chemin
Que de loger chez elle
Quand même la nuit te cerne.
27. D'yeux prévoyants
Ont besoin les fils des hommes
Pour savoir où prendre quartier;
Souvent femmes méchantes
Siègent près des sentiers,
Celles qui émoussent épées et esprits.
28. JE te conseille en cinquième lieu,
Quand même tu verrais
Belles filles sur les bancs,
Par les Sif de l'argent
De ne pas te laisser ravir le sommeil
NE te laisse pas séduire par baiser de belles.
29.Je te conseille en sixième lieu
Au cas ou parmi les hommes circuleraient
Pernicieux propos de bière,
De ne point disputer
Avec des guerriers ivres;
Le vin prive plus d'un de sens.
30. Chansons à boire et bière
Ont à maint homme valu
Amer chagrin,A certains, mort,
A certains, malheur;
Foule d'hommes les fuient.
31. Je te conseille en septième lieu
Si tu te querelles avec homme intrépide,
Mieux vaut se battre
Que de brûler dans sa maison
L'homme de biens.
32. Je te conseille en huitième lieu
D'éviter vilénie
Et de fuir fausseté;
Vierge ne séduis point
Non plus que femme d'homme
N'incite point au plaisir prohibé.
33. Je te conseille en neuvième lieu
De rendre les derniers devoirs aux morts,
Où que tu les trouves sur terre,
Que ce soit morts de maladie,
Ou trépassé en mer,
Ou péris par les armes.
34. Un bain il faut donner
A ceux qui sont trépassé,
Leur laver mains et tête,
Les peigner, les essuyer
Avant qu'au cercueil ne soient mis
Et prier qu'ils aient doux sommeil.
35. Je te conseille en dixième lieu
De ne jamais faire confiance
Au parent du proscrit que tu fis périr,
Que tu sois meurtrier de son frère
Ou que tu aies abattu son père :
Le loup se retrouve en sons fils
Quand même l'or versé l'aurait réjoui.
36. Offenses et haines
On ne les tient point endormies,
Griefs, pas davantage;
Au prince il est difficile
De gagner esprit et armes à la fois,
Qui veut se promouvoir parmi les hommes.37. Je te conseille en onzième lieu
De te tenir sur tes gardes
De toutes les façons envers tes amis;
Longue vie,
Je crois que le prince n'aura point :
C'est présager de grande batailles".
Sigurdr dit :
"Il n'est pas d'être humain plus sage que toi et je fais serment de t'épouser, car tu me
plais":
Elle répond :
"C'est toi que je voudrais épouser, aurais-je à choisir parmi tous les hommes".
Et ils se lièrent par des serments.


fichier pdf: Sigrdrífumál.pdf

http://www.fichier-pdf.fr/2009/06/30/w9pn8to/sigrdr-fum-l.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire