jeudi 31 janvier 2013

La Belgique et les Pays-Bas: avant et pendant la domination romaine


La Belgique et les Pays-Bas: avant et pendant la domination romaine

 Par Antoine Guillaume Bernard Schayes


(...)


Le loup Skôll dévorera le soleil; un autre monstre, le loup Menegarm, anéantira la lune; les étoiles tomberont du ciel; la terre tremblera; les arbres seront déracinés; les montagnes s'écrouleront; les liens et les fers des prisonniers seront brisés: le temps approchera de sa fin. La mer débordera et couvrira la terre de ses flots; le serpent Midgard sortira de sa caverne et empoisonnera l'air et l'eau. Le loup Fenrir paraîtra aussi lançant la flamme par les yeux et les naseaux; sa mâchoire inférieure touchera la terre, et celle d'en haut s'étendra jusqu'au ciel, « et irait au delà encore s'il était possible. » Dans ce tumulte, le ciel se fendra, et par cette ouverture sortiront les fils de Muspel, les géants du feu, ayant à leur tête Surtur, précédé et suivi d'un feu ardent, et armé d'une épée plus brillante que le soleil. La horde de ces esprits du mal passera le pont Bifrôst et le mettra en pièces; delà elle se rendra à l'immense plaine de Wigrid où doit se livrer la bataille suprême. Elle y sera rejointe par le loup Fenrir, par le grand serpent Midgard, par Loki, accompagné des géants de la gelée et par Rymer, le pilote du vaisseau Naglefar construit des ongles des hommes morts. Alors Heimdal, le messager des dieux, se lèvera et les appellera au combat au son de sa trompette. Ygdrasill s'agitera; la terreur et la consternation rempliront les cieux et la terre. Tous les Ases et les Einheriar ou hôtes d'Odin (leur nombre est de 540 fois 800) prendront les armes. Odin, la tête couverte d'un casque d'or, le corps d'une brillante armure, et tenant sa lance Gungnir, les précédera; il marchera



droit au loup Fenrir. Thor combattra le grand serpent; Freyer tiendra tête à Surtur; Tyr sera assailli par le chien Garmur; Heimdal sera aux prises avec Loki. Dieux, monstres et géants, tous périront dans la mêlée, Surtur seul, parmi les géants, survivra à cette sanglante catastrophe : il lancera des feux sur le monde, et le monde sera anéanti. « Le soleil pâlit et la terre s'enfonce dans la mer, les étoiles tombent des champs noirs des nues et répandent partout des flammes folâtres qui déchirent l'arbre (Ygdrasill), le ciel, la terre (<). » Parmi les Ases, Widar et Wale n'ont pas non plus succombé. Ils habiterontdans les plainesd'Ida, oùétaitauparavantl'Asgard, et y seront joints par les fils de Thor, Modi et Magni, par Baldur etHôdur, qui sortiront du séjour des morts. Tous les autres Ases reviendront successivement à la vie. Puis, du sein de la mer, surgira une terre nouvelle, brillante de verdure et produisant spontanément tout ce qui est nécessaire à la vie. Un homme, Lifthrasir, et sa femme Lif, (la vie), qui, pendant l'embrasement de l'univers, s'étaient cachés dans la forêt de Hlodmimir, où ils se nourrissaient de rosée, procréeront une si nombreuse postérité, que bientôt la terre régénérée regorgera d'habitants. Une fille, enfantée par Sunna (lesoleil) avant qu'elle fût dévorée par le loup Fenrir, continuera à éclairer la terre avec autant d'éclat que sa mère (»).
La croyance à l'immortalité de l'âme, à des peines et
(i) Les dieux n'étant que le symbole, la personnification du monde et des éléments devaient nécessairement périr et renaître avec eux.
(«) Edda, 32 et 33.



à des récompenses dans une vie future était fortement établie chez toutes les tribus de race germanique. Le Walhalla d'Odin était, comme nous l'avons déjà dit, le séjour des guerriers morts dans les combats et de tout homme qui avait péri de mort violente; pour ce motif, tout Germain désirait de terminer ses jours de cette manière, et, comme les Gaulois, beaucoup d'entre eux, lorsqu'ils étaient cassés de vieillesse, se donnaient la mort; sur le point d'expirer même, ils se plongeaient une épée dans le corps, ou, s'ils n'en avaient pas la force, réclamaient ce service de quelque main amie (<). Les âmes de ceux qui mouraient de mort naturelle entraient dans Helheim; celles des méchants étaient reléguées dans Nastrônd et dansHvergelmir. Le Walhalla était un palais immense, dont l'œil ne pouvait mesurer la hauteur et dans lequel on pénétrait par 540 portes, de chacune desquelles sortiront, au Ragnarokr, 800 Einheriar. 11 est entièrement bâti d'or; sa voûte est formée de boucliers; son pavé, de lances; des harnais en couvrent les siéges. Devant la porte de l'Ouest, par laquelle entraient probablement les héros, se tient un loup et au-dessus de la porte un aigle, animaux de carnage, qui se repaissent de cadavres, dignes enseignes du Walhalla, armes parlantes et ingénieuses de ses habitants. Cette entrée est fermée par une porte grillée et sainte, nommée Walgrind, qui se ferme tous les soirs d'une manière mystérieuse. Sur les créneaux du Walhalla sont placés le cerf Eikthyrnir et la chèvre Heidrun, qui se nourrissent des feuilles de l'arbre Lerad, emblème de l'éternité. Des cornes du cerf tombent goutte à goutte les eaux célestes: des mamelles
(i) Phocop., Bell. Golli., II, 14.



de la chèvre, se répand en flots abondants l'hydromel qui sert de boisson aux dieux et aux Einheriar. Lorsqu'une bataille est sur le point d'être livrée, les Walkyries en tissent les péripéties par des chants de guerre; leur métier est formé d'entrailles humaines; les poids qui le soutiennent, de têtes d'hommes; des flèches sont leurs fuseaux; le sang ruisselle sur leur tissu. Dès que l'action est engagée, elles se couvrent la tête d'un casque, et, montées sur des coursiers rapides, dont la crinière remplit de brouillards les vallons et répand la grêle sur les arbres, se rendent en toute hâte sur le champ du carnage pour y désigner et recueillir les âmes des combattants qui succombent et les conduire auWalhalla. Leur approche est annoncée par une ombre vacillante et par les éclairs qui jaillissent de leurs lances.
Les mânes des héros étaient reçus à l'entrée du Walhalla par Odin lui-même, par Idunna qui leur présentait les pommes d'immortalité, par Braga et par Hermode, le messager des dieux, qui leur adressaient pour compliment de bienvenue, ces paroles : Jouissez de la paix de l'Einheriar et venez boire avec les dieux. Le bonheur céleste dont y jouissaient ces farouches élus était bien en harmonie avec les mœurs barbares et guerrières du Germain. Un coq à crête d'or les éveille chaque matin. Ils s'arment aussitôt, montent à cheval et se rendent dans la vallée Idavollur ou Odinstan, où ils se livrent des combats sanglants et se blessent ou se tuent mutuellement, pour se préparer, par cet exercice militaire, à la dernière lutte du Ragnarokr. L'heure de midi venue, les combats cessent, et ils retournent sains et saufs dans la grande salle du Walhalla pour y prendre part à un feslin présidé par Odin et auquel assistent les autres Ases. Ils y mangent la chair du sanglierSahrimnir, cuite dans le vase Eldhrimir, par le cuisinier des dieux Audhrimir, et y boivent l'hydromel de la chèvre Heidrun, composé de lait et de miel, qui leur est présenté par les Walkyries. Les rois et les héros qui se sont distingués par des actions d'éclat y reçoivent seuls du vin et occupent les places d'honneur. A leur arrivée du séjour terrestre, le pavé de la salle est jonché de paille hachée, les bancs sont nettoyés, les coupes ornées, et les convives se lèvent à leur approche. Après le dîner, les Einheriar goûtent le plaisir de la promenade dans le bois ou parc Glasor, placé devant l'entrée du Walhalla, et qualifié, dans les chants des Skaldes, de «jardin le plus beau qui existe parmi les dieux et parmi les hommes. »

Mais tous les guerriers morts sur le champ de bataille n'appartenaient pas à Odin; une partie était, comme nous l'avons déjà dit, réclamée par Freya et recueillie dans son palais Folckvângr. Il y avait aussi un paradis pour les femmes; c'était la demeure de la déesse Gefjone, où séjournaient les vierges chastes et vertueuses.
Helheim est dépeint sous un tout autre aspect que le Walhalla. Situé aux dernières limites de la terre, là où aboutit, dans Niflheim ou le monde des brouillards, le pays des géants, il se compose d'allées longues, tortueuses et étroites, où ne pénétre jamais un rayon de soleil, et à l'extrémité septentrionale desquelles s'ouvre une caverne spacieuse.
(...)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire