samedi 15 septembre 2012

Le Muspilli


Patrimoine littéraire européen: Vol. 3 - Racines celtiques et germaniques

 Par Jean-Claude Pole
Le Muspilli
http://books.google.ca/books?id=99APScsQArAC&pg=PA707&lpg=PA707&dq=Muspilli%2Bfin+du+monde&source=bl&ots=ZY03jq4Pc4&sig=27XwZGe-8XvrA-nVSIikw8-kqxE&hl=fr#v=onepage&q=Muspilli%2Bfin%20du%20monde&f=false


Histoire de la littérature allemande, Volume 1

 Par G. A. Heinrich
Le Muspilli
http://books.google.ca/books?id=R7QFAAAAQAAJ&pg=PA44&lpg=PA44&dq=Muspilli%2Bfin+du+monde&source=bl&ots=MJqMJ5vrXb&sig=xohjw4vTqCkik2XX5uS1iBG6dcY&hl=fr#v=onepage&q=Muspilli%2Bfin%20du%20monde&f=false


Profils et types de la littérature allemande

 Par Ernest Combes
Le Muspilli
http://books.google.ca/books?id=jKsvAQAAMAAJ&pg=PA25&lpg=PA25&dq=Muspilli%2Bfin+du+monde&source=bl&ots=1j5TSgprs7&sig=djej_QpvX3XfrIOo_wsg11KCenk&hl=fr#v=onepage&q=Muspilli%2Bfin%20du%20monde&f=false

(...) Dans cette scène le grand vainqueur, c’est comme dans l’han, la lumière, la flamme. La lutte a été précédée d’un épouvantable hiver, auquel on reconnaît l’hiver du mythe de Yima. Enfin le troisième dénouement possible, la fin du monde par la nuit, semble avoir laissé des traces dans le nom même que porte toute cette période finale du monde dans la légende scandinave : elle s’appelle le Ragnarôk le crépuscule des Dieux. C’est cette conception qui domine dans le tableau de la renaissance : le renouveau du monde est une aurore ; d’un bois sortent deux hommes, Lif et Lifthrasir (vie et force vitale), qui s’y étaient cachés durant l’incendie de Sutur et qui se nourrissent de la rosée du matin : le soleil a eu une fille non moins belle que lui-même et qui, après la chute des dieux, suit, lumineuse, la voie qu’avait suivie sa mère. — Le nom du soleil est féminin en germanique —. L’idée de la destruction par le feu survivra au monde oriental qui l’avait conçue : ainsi dans le Muspilli, vieux poème bavarois sur la fin  du monde, christianisé dans la forme, mais païen de fond, Élie, substitut d’Odin, lutte contre l’Antéchrist, le loup, substitut du loup Fenrir ; comme Odin il est vaincu, et, quand son sang coule à terre, les montagnes prennent feu. (...)
http://www.mediterranee-antique.info/Moyen_Age/Roy/An1000/An_mille_01.htm

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire