samedi 14 avril 2012

Les Juifs sont-ils des Blancs ? De la chirurgie nasale*

Les Juifs sont-ils des Blancs ? De la chirurgie nasale*

http://www.revue-quasimodo.org/PDFs/6%20-%20Sander%20Nez%20Juifs%20Antisemitisme.pdf

Je ne m’interroge pas ici sur la définition religieuse, ethnique ou
culturelle du Juif, qu’elle émane du judaïsme ou de communautés extérieures à la communauté juive, mais sur la façon dont la
catégorie raciale véhiculée par la culture occidentale, scientifique et
populaire, a pu altérer le regard du Juif sur lui-même. [...]
Je suis surtout intéressé par les représentations du corps juif, par
le rapport qu’elles entretiennent avec la quête d’une identité juive
qui les met en place et qu’elles influencent à leur tour. Je me base
ici sur les analyses de Mary Douglas : « Le corps humain est toujours traité en tant que reflet de la société et (...) il ne peut y avoir
aucun regard naturel sur le corps qui n’implique pas en même
temps une dimension sociale. L’intérêt qu’on peut manifester pour
les orifices corporels dépend du souci porté aux entrées et sorties
sociales, routes échappatoires et invasions. Si nul ne se préoccupe
de préserver les frontières sociales, je ne m’attends pas à ce qu’on
se préoccupe des frontières du corps. » 1
Le regard que porte telle ou telle société sur le corps reflète les
efforts de cette même société pour définir ses propres membres.
Cette devise se vérifie tout particulièrement dans les catégories
scientifiques ou pseudo-scientifiques, telle que la race, que nous
investissons d’une importance démesurée dans notre effort à
nous définir nous-mêmes et à définir l’autre. Depuis la fin du
XIXème
 siècle, le concept de race a acquis une valeur ambivalente,
positive aussi bien que négative. Nous appartenons à une race qui
nous permet de nous définir en termes biologiques : ce jugement est
accepté par autant d’individus que l’est son contraire, à savoir que
la race à laquelle nous appartenons nous confine biologiquement.
La race relève d’un effort de classification ; si elle reflète certains
aspects de notre réalité biologique, elle n’en est pas moins une caté-
gorie élaborée dans un contexte socioculturel. L’identité raciale a
été d’importance au début du XXème
 siècle ; elle nous a permis de
modeler une certaine image de nous-même, parfois contre notre gré.
Les Juifs sont-ils
des Blancs ?
De la chirurgie nasale*
S a n d e r L . G i l m a n
1 – Mary Douglas, Natural
Symbols, New York, Pantheon
Books, 1970, p. 70.
* Texte extrait de l’ouvrage
de Sander L. Gilman,
L’Autre et le Moi. Stéréotypes
occidentaux de la race,
de la sexualité et de la maladie,
Paris, Presses Universitaires
de France, collection « Littératures
européennes », 298 p., 1996.
Ce texte, reproduit ici est une
version écourtée du chapitre 9
(p. 207-240).
Les passages supprimés sont
indiqués dans le texte par
une mise entre crochets : [...].
Les inter-titres sont
de la rédaction.
89
Topor, 1965
Quasimodo, n° 6 (« Fictions de l'étranger »), printemps 2000, Montpellier, p. 89-105
Texte disponible sur http://www.revue-quasimodo.orgNéanmoins le XVIII
ème
 siècle a réagi contre cette idée de la race
avec une théorie qui fait encore date de nos jours ; celle qui fait primer l’individu sur l’uniformité du groupe. Comme le note en 1967
Theodosius Dobzhansky, « toute personne est dotée d’un génotype
et d’une histoire individuelle qui le distingue des autres, y compris
de sa propre famille, de son clan, de sa race et de l’humanité. Audelà des droits universels dont jouissent tous les humains (notion
typologique s’il en est !), une personne ne devrait être jugée que sur
son mérite propre. » 2
 Dobzhansky, comme d’autres scientifiques
des années 60, rejette en bloc la « race » comme catégorie d’évaluation scientifique, prétextant que toutes les fois où l’histoire a eu
recours à cette catégorie, des résultats désastreux se sont produits 3
.
À la même époque, la culture occidentale et plus particulièrement
la culture américaine se livrent à une revalorisation du concept de
« race ». Black was beautiful, et il fallait célébrer ses racines, non
les renier. Revendiquer son appartenance à une race donnée était un
facteur positif, revigorant. Et pourtant, maintenant que nous avons
atteint la fin du XXème
 siècle, nous sommes davantage sensibles à
la puissance nocive de ce même concept. Son rôle destructeur dans
la Shoah 4
, ainsi que dans les politiques néo-coloniales menées sur
l’ensemble de la planète 5
, montre clairement qu’on ne peut recourir à l’idée même de race sans se préoccuper des multiples nuances
qu’elle véhicule. En inversant la valeur attachée à la race, nous
n’avons pas éliminé ses connotations péjoratives; nous nous sommes contentés de les masquer. Nul ne saurait nier que les groupes
humains partagent ou cumulent des distinctions génétiques propres.
Mais la signification de ces distinctions génétiques, leur portée sur
la culture générale et sur le groupe qu’elles définissent produisent
une rhétorique, un discours qui finit par influencer tout effort pour
comprendre les implications de la race.
Pour répondre à cette question, il nous faut retracer le débat qui
porte sur la pigmentation des Juifs, car la pigmentation demeure
l’un des facteurs essentiels dans l’élaboration occidentale du concept de race. Les ouvrages ethnologiques de la fin du XIXème
 siècle
s’accordent tous sur un point : les Juifs sont « noirs » ou du moins
« noirauds ». Cette théorie s’inscrivait de longue date dans la
science européenne. [...]
Aux yeux des scientifiques des XVIII
ème
 et XIXème
 siècles,
la « noirceur » du juif ne dénotait pas seulement une infériorité
raciale, mais encore une nature viciée. [...]
Dès le milieu du siècle, les prédicats noir, juif, vicié et laid se
confondent inexorablement dans les mentalités. Toutes les races,
90
2 – Theodosius Dobzhansky,
« On Types, Genotypes,
and the Genetic Diversity
in Populations », in Genetic
Diversity and Human Behavior,
éd. J. N. Spuhler, Chicago, Aldine,
1967, p. 12.
3 – Voir par exemple l'ouvrage
de Peter A. Bochnick,
Die mächtigen Diener.
Die Medizin und die Entwicklung
von Frauenfeindlickheit
und Antisemitismus in der
europäischen Geschichte,
Reinbeck bei Hamburg,
Rowohlt, 1985.
4 – Robert Jay Lifton,
Les Médecins nazis. Le meurtre
médical et la psychologie
du génocide, traduction Bernard
Pouget, Paris, Robert Laffont,
1989.
5 – Cf. Oliver Ransford, « Bid
the Sickness Cease » : Disease
and the History of Black Africa,
Londres, John Murray, 1983.
Les Juifs sont-ils des Blancs ?affirment les ethnologues, se définissent en termes esthétiques ;
elles sont « laides » ou « belles » 6
. Les Noirs d’Afrique, en particulier les Hottentots, [...] incarnent la race « laide » par excellence 7
. Et la laideur ne relève pas uniquement de l’esthétique ; elle
se veut un facteur pathologique, un indicateur de la maladie. Black
n’est pas encore beautiful. Plus encore, la noirceur de l’Africain,
comme celle du Juif, est tenue pour l’effet secondaire d’une altération pathologique de la peau, le résultat d’une syphilis congénitale
(de même [qu’] on attribue à la syphilis les éventuelles malformations du nez). Il revient à chacun de porter les stigmates d’une
nature dégénérée sur sa propre anatomie et, par extension, sur son
esprit. Or ces stigmates, dans leur ensemble, replacent le Juif dans
les races « laides » de l’humanité. Le corps du Juif se voit dénigrer
et dénier toute propriété esthétique ou érotique 8
.
Les théories raciales du XIXème
 siècle voient dans le Juif un être
« noir » qui a transgressé les frontières raciales. Celles-ci constituent à l’époque une ligne de division particulièrement puissante
et à la valeur politique évidente. Les Juifs, loin d’être ramenés aux
races pures, sont marqués par leurs unions endogènes et soupçonnés d’être porteurs de maladies. Cette impureté doit se lire sur leur
physionomie. Houston Stewart Chamberlain voit dans les Juifs une
race « bâtarde » (et non une race « mixte », dont les unions exogè-
nes auraient renouvelé la vigueur) qui, lors de l’exil sous Alexandre,
ont multiplié les unions avec les Africains 9
. Ils représentent « une
race bâtarde qui ne s’est jamais défaite de sa bâtardise ». Les Juifs
« ont commis des alliances hybrides » avec les Noirs durant leur
exil sous Alexandre. [...]
La noirceur des Juifs est un élément physionomique qui leur fut
associé très tôt. À la fin du XVIII
ème
 siécle, l’anatomiste hollandais Petrus Camper analyse l’angle facial et son corollaire, l’index
nasal. L’index nasal correspond à la ligne qui joint le front à la
lèvre supérieure ; l’angle facial se calcule en rattachant cette ligne
à une droite horizontale partant de la mâchoire. Cette ligne permet
à Camper d’établir une distinction d’autant plus importante entre
l’homme et le singe qu’elle fut reprise par nombre de ses contemporains tels que Theodor Soemmering, et par la plupart de ses
disciples, qui distinguèrent les différentes races selon la régularité
esthétique de l’angle facial. Camper fournit lui-même certains
canons de beauté dans son essai. Il définit le « beau visage »
comme celui dans lequel la ligne faciale produit un angle de 100°
avec l’horizontale 10
. L’Africain est le moins beau des hommes
parce que sa physionomie se rapproche le plus du singe, continue
Camper. Et le Juif n’est pas moins laid ; sa physionomie s’apparente davantage à celle de l’Africain qu’à celle de l’Européen.
Camper considère la physionomie du Juif comme immuable :
« Aucune nation ne se laisse aussi clairement identifier que les
Juifs : hommes, femmes, enfants, même à la naissance, portent le
91
6 – Léon Poliakov, Le Mythe
aryen. Essai sur les sources
du racisme et des nationalismes,
Paris, Calmann-Lévy, 1971,
p. 219-236.
7 – Sander L. Gilman,
On Blackness without Blacks.
Essays on the Image of the Black
in Germany, Yale, Afro-American
Studies, Boston, G. K. Hall, 1982.
8 – Cf. Cheryl Herr, « The Erotics
of Irishrers », Critical Inquiry,
n° 17, 1990, p. 1-34.
9 – Houston Stewart Chamberlain,
Foundations of the Nineteenth
Century, traduction John Lees,
2 volumes, Londres, John
Lane/The Bodley Head, 1913,
tome 1, p. 389.
10 – Peter Camper, Der natürliche
Unterschied der Gesichtszüge
in Menschen verschiedener
Gegenden und verschiedenen
Alters, traduction
S. Th. Sömmering, Berlin,
Voss, 1792, p. 62.
Les Juifs sont-ils des Blancs ? De la chirurgie nasaleFelix Nussbaum, Autoportrait avec passeport juif, 1943signe de leur origine. J’ai souvent traité ce sujet avec ce fameux
peintre de scènes historiques, Benjamin West, à qui j’ai confié
mes difficultés à capter l’essence nationale des Juifs. Son opinion
était que cette essence se manifeste principalement dans la courbure du nez. » 11
 [...]
C’est le nez qui fait le Juif, et c’est aussi l’élément qui l’apparente à l’Africain. C’est le nez qui relie l’image du Juif à celle du
Noir. Non que les représentations stéréotypiques de ces deux types
nasaux présentent des ressemblances manifestes, mais parce que
ces éléments constituent des symptômes raciaux qui reflètent la vie
intérieure du Juif et de l’Africain. [...]
Ce présupposé ethnologique qui veut que le prognathisme du Juif
renvoie à ses liens étroits ou à sa promiscuité raciale avec les Noirs
prend valeur de lieu commun au XIXème
 siècle. L’anthropologue de
la fin du XXème
 siècle, qu’il soit de souche juive ou aryenne, cite
« la bouche épaisse du juif, témoignant du sang noir en lui » et « la
peau mate, les lèvres épaisses et le prognathisme du Juif » comme
si ces données étaient acquises d’emblée 12
. Dès lors, ce n’est pas
uniquement la couleur de la peau qui permettra au scientifique de
l’identifier comme Noir, mais également des relevés anatomiques
tels que la forme du nez. [...]
Ce point de vue domine la vision du nez juif jusqu’au début du
XXème
 siècle. Le physionomiste populaire allemand Carl Huter, qui
introduisit la notion de « psycho-physionomie » sous l’influence
du spiritualisme, propose en 1904 une échelle graduant les divers
types nasaux 13
. Le Juif se caractérise par un nez « socialement
dangereux ». En 1914, l’un des disciples les plus dévoués de
Huter, Walter Alispach, décrivait le nez juif comme le reflet d’une
« nature grossière et pervertie » 14
, et offrant une « zone sexuelle »
exagérée. [...]
Le caractère immuable du Juif se traduit dans sa physionomie,
et celle-ci reflète sa mentalité. Mais lorsqu’un Juif cherche à
annuler sa judaïté, à échapper à sa race par un mariage mixte, que
se passe-t-il ? La réponse est que le mariage ne fait qu’accentuer
cette judaïté, au lieu de la réduire. [...] Le statut de la mixité joue
un rôle fondamental dans l’icône du Mischling, rejeton bâtard de
deux races 15
. La judaïté du Mischling « exprime sans contredit
une double dégénération : celle du juif, dont la nature est trop
obstinée, trop étrangère pour être vivifiée et ennoblie par le sang
teutonique ; celle de l’Européen qui, bien entendu, ne peut que
perdre au change en s’alliant à un “type inférieur” » 16
. Ces individus peuvent présenter des traits « judéo-négroïdes » 17
. Leur langage, et dès lors leurs opérations mentales ne font que refléter leur
origine sociale « noire ». Et cette « noirceur » se fait davantage
sentir dans les mariages mixtes, comme si la nature avait recours
à ce moyen précis pour afficher la différence manifeste du juif.
93
11 – Ibidem, p. 7.
12 – On trouvera un résumé de
ce genre d'ouvrages dans
le chapitre intitulé
« Die negerische Rasse » qui
figure dans l'anthropologie raciale
officielle du juif rédigée dans
l'entre-deux-guerres : Hans F.
K. Günther, Rassenkunde des
jüdischen Volkes, Munich,
J. F. Lehmann, 1930, p. 143-149.
Ces deux citations sont extraites
de l'ouvrage de von Luschan
et Judt.
13 – Carl Huter,
Menschenkenntnis : Körperformund Gesichts-Audruckskunde,
Schwaig bei Nuremberg, 1907 ;
Verlag für Carl Werke, 1904. Voir
l’analyse partisane de Fritz Aerni,
Carl Huter (1861-1912) : Leben
und Werke, Zurich, Kalos, 1986,
ainsi que son Huter und Lavater.
Von der Gefühlsphysionomik
zur Psychologie und PsychoPhysionomik, Zurich, Kalos, 1984.
14 – Walter Alispach, Nasenform
und Charakter, Zurich, Helioda,
1960.
15 – Sur la question de la
définition et de la signification du
Mischling, voir Paul Weindling,
Health, Race and German Politics
between National Unification and
Nazism, 1870-1945, Cambridge,
Cambridge University Press,
1989, p. 531-532.
16 – Houston Stewart
Chamberlain, op. cit.,
tome 1, p. 332.
17 – W. W. Kopp, « Beobachtung
an Halbjuden in Berliner
Schulen », Volk und Rasse, 1935,
n° 10, p. 392.
Les Juifs sont-ils des Blancs ? De la chirurgie nasaleCette « souillure » peut apparaître dans les
familles « dans lesquelles a été injecté le
sang juif (...) ses membres présentent alors
des traits sémites marqués, ainsi que l’expression intense propre au Juif » 18
. [...]
Les races mêlées n’ont que des qualités négatives à proposer. Pour reprendre
les propos antisémites tenus durant les
années 20 à l’écrivain juif-allemand Jacob
Wasserman, « nous ignorons si les Juifs
cessent d’être Juifs après leur conversion,
et n’avons aucun moyen de nous en assurer. Je pense pour ma part que l’ancienne
influence continue d’opérer. La judéité
peut être comparée à un concentré de teinture : une petite quantité suffit à conférer
une nature spécifique – ou du moins quelques traits distincts – à une masse infiniment plus importante d’individus. » 19
Franchir les frontières d’une race, c’est,
pour les Juifs, risquer de souligner davantage encore leur infériorité, leur « noirceur » innée.
Le poids de l’icône du « Juif noir », issu
d’un métissage entre deux races inférieures, se fait tout particulièrement sentir chez
les Juifs qui aspirent à se définir comme
« blancs ». Lorsque Sigmund Freud, un
demi-siècle après la parution des ouvrages
de Knox, compare l’inconscient avec le
préconscient, il recourt à la métaphore du
Mischling : « On ne peut que les comparer aux métis des races
humaines qui, en gros, ressemblent déjà aux Blancs, mais qui trahissent leur ascendance de couleur par tel ou tel trait frappant, et,
de ce fait, demeurent exclus de la société et ne jouissent d’aucune
des prérogatives des Blancs » 20
. Le Juif reste visible même lorsqu’il renonce à tous les signes particuliers qui le caractérisent dans
une culture et contracte une alliance étrangère. Freud insiste pardessus tout sur cette incapacité à se fondre dans une société qui
pratique l’exclusion des races mixtes. Mais quel est ce « trait frappant » qui désigne le Juif aux yeux de tous, même lorsqu’il croit
avoir atteint l’invisibilité désirée ?
Les Juifs paraissent différents, se distinguent des autres à l’œil
nu, et leur apparence prend une signification pathognomonique. La
pigmentation du Juif le désigne comme vicié. Pour un scientifique
juif tel que Sigmund Freud, ces « petites différences dans ce qui
se ressemble par ailleurs (...) fondent les sentiments d’étrangeté
94
18 – Joseph Jacobs, Studies in
Jewish Statistics, Social, Vital
and Anthropometric, Londres,
D. Nutt, 1891, p. XXIII.
19 – Jacob Wassermann,
My Life as German and Jew,
Londres, George Allen & Unwin,
1933, p. 72.
20 – Sigmund Freud,
« L'Inconscient »,
in Métapsychologie, traduction
Jean Laplanche et Jean-Baptiste
Pontalis, Paris, Gallimard,
1968, p. 229.
Adaptation antisémite d’une
chanson populaire d’avant-guerre
(Les Gars de la marine).
Source : Gérard Silvain,
La Question juive en Europe.
1933-1945, Paris,
Jean-Claude Latès, 1985et d’indifférence entre les peuples » 21
. Il baptise ce phénomène du
nom de « narcissisme des petites différences ». Mais ces différences
sont-elles « petites » du point du vue de ceux qui jugent ou du point
du vue de ceux qui sont jugés ? [...]
Vers la fin du XIXème
 siècle, la différence physique du juif
comme critère central de la race commence à perdre de sa valeur et
se voit constamment remettre en question. [...]
Dès la seconde moitié du XIXème
 siècle, les Juifs installés
en Europe occidentale ne se laissent plus distinguer des autres
Européens par leur langage, leurs vêtements, leur profession, leur
habitat ou leur coupe de cheveux. En 1886, à en croire l’étude
extensive de Rudolf Virchow réalisée d’après plus de dix mille
écoliers allemands, ils offrent également la même peau, les mêmes
couleurs de cheveux et d’yeux que la masse dominante d’Allemands de souche 22
. [...]
On remarquera une évolution parallèle dans la perception du
corps juif aux États-Unis, au cours du XXème
 siècle. En 1910, le
célèbre anthropologue juif-allemand Franz Boas, fondateur de l’anthropologie américaine moderne, publie à l’attention du Congrès
américain un rapport détaillé sur les « Modifications physiques des
Descendants d’Immigrants » 23
. Ce rapport traite des changements
en matière de taille, de dimensions céphaliques et même de couleur
de cheveux présents chez les rejetons d’immigrants juifs, siciliens
et même napolitains nés aux États-Unis. Les immigrés de la première génération, nés sur un sol étranger, se démarquaient de leurs
parents par leur grande taille, leur supériorité mentale, leur chevelure plus claire. Boas cherche à montrer que les caractéristiques
raciales, y compris la couleur des cheveux, se modifient lors d’un
changement d’environnement et qu’elles ne sont donc pas entièrement fixes. Inutile de dire que ces théories furent contestées par les
scientifiques de l’époque. [...]
Il ne s’agissait pas seulement pour les immigrants juifs ashké-
nazes de se transformer physiquement en Américains ; ils participaient également à la culture de leur pays d’accueil 24
. Comme
leurs corps, leurs mentalités évoluaient.
Non seulement les seconde et troisième générations d’immigrants juifs ne ressemblent plus à leurs grands-parents, mais encore,
ils « ont l’air » américains. [...]
Mais plus les juifs allemands et autrichiens ressemblaient à leurs
congénères non juifs de la fin du siècle, plus ceux-ci leur faisaient
ressentir intimement leur différence. Comme le fait remarquer le
sociologue juif-anglais Joseph Jacobs, « leurs traits sont marqués
95
21 – Sigmund Freud, Tabou
de la Virginité, Paris, PUF, 1969,
p. 72 ; « Psychologie des foules »
in Essais de Psychanalyse, Paris,
Petite Bibliothèque Payot, 1982,
p. 63 et Malaise dans
la civilisation, [1929], Paris,
PUF, 1971, p. 68.
22 – Rudolf Virchow,
« Gesamtbericht über die Farbe
der Haut, der Haare und
der Augen der Schulkinder
in Deutschland », Archiv
für Anthropologie, 1886,
n° 16, p. 275-475.
23 – Ce rapport fut présenté
au Congrès le 3 décembre 1910
et livré au public le 17 mars 1911.
Un texte plus complet fut publié
en 1912 chez Columbia University
Press. Franz Boas résuma ses
découvertes et rendit compte des
objections que
son rapport avait provoquées
dans un ouvrage intitulé Race,
Language and Culture, New York,
Macmillan, 1940, p. 60-75.
24 – Franz Boas, op. cit., p. 83.
Les Juifs sont-ils des Blancs ? De la chirurgie nasale
Le «Nez juif » et l’impact de la rhétorique
Application des critères raciaux
dans le Reich, vers 1939d’une façon ou d’une autre par une judéité distinctive. Un fait
intéressant confirme cette hypothèse : les Juifs qui se mêlent tout
particulièrement au monde extérieur semblent perdre leur apparence juive. Karl Marx, par exemple. » 25
 Et pourtant, [...] ce sont
les Juifs les plus assimilés qui craignent le plus d’être reconnus
pour juifs. Ce sont eux qui redoutent d’être reconnus porteurs de
ce mal, le judaïsme, dont le poète juif-allemand Heinrich Heine
disait qu’il avait été importé d’Égypte par les Juifs. Lorsque Heine
rédige un éloge mortuaire de l’écrivain juif-allemand Ludwig
Bröne, il insiste sur le corps, et en particulier sur le « long nez,
sorte d’uniforme qui permet au dieu-roi Jehova de distinguer ses
vieux fidèles, même lorsqu’ils ont déserté » 26
. La conversion n’est
jamais un remède pour les stigmates immuables qui frappent le
corps et l’âme du Juif.
Dans les années 20, Jacob Wasserman se fit le chroniqueur des
sentiments ambivalents manifestés par les Juifs allemands envers
leur propre corps. Wasserman replace cette différence dans le cadre
biologique de la race. Il écrit : « Je connais beaucoup de Juifs qui
ont ardemment désiré le quidam aux yeux bleus et aux cheveux
blonds. Ils s’agenouillaient et brûlaient de l’encens devant lui,
croyaient chacune de ses paroles ; chacun de ses clins d’œil était
héroïque ; et lorsqu’il parlait de son sol natal, lorsqu’il faisait
résonner sa poitrine, ils poussaient un cri de
triomphe hystérique » 27
. D’après Wasserman,
le Juif réagit par le dégoût envers son corps,
pourtant identique de tout point de vue à celui de
l’Aryen. « Je fus bien diverti par un jeune Juif
viennois élégant, bouillant d’ambition réprimée,
plutôt mélancolique, mi-artiste mi-charlatan. La
providence l’avait doté d’yeux bleus et de cheveux blonds ; mais il n’avait aucune confiance en
ses yeux bleus ni en ses cheveux blonds : au plus
intime de son cœur, il les jugeait falsifiés. » 28
D’autres ouvrages, plus anciens, mentionnaient
déjà cette assimilation par les Juifs d’une image
sombre et hideuse de leur corps, image qui leur
venait de l’extérieur. [...]
Le regard que porte le Juif sur son propre corps
reçoit tout l’impact de la rhétorique antisémite, si
bien que ce corps apparaît souillé et vicié même
lorsque la communauté où il vit lui propose un
objectif de perfection 29
.
Si seulement il était possible de métamorphoser les aspects de ce corps qui vous désignent
pour Juif ! Car ces aspects se voient conférer des
propriétés bien définies. Dans son ouvrage le
plus connu, La Pieuse Hélène, le célèbre poète
96
25 – « Types », The Jewish
Encyclopedia, 12 volumes,
New York, Funk & Wagnalls,
1906, tome 12, p. 295.
26 – Heinrich Heine, Werke,
éd. KIaus Briegleb, 12 volumes,
Berlin, Ullstein, 1981, tome 7,
p. 31. Ce passage n'apparaît pas
dans la traduction française
de l'ouvrage : « Louis Boerne »,
in Henrich Heine, Œuvres
complètes, tome 7, Paris,
Calmann-Lévy, 1878, p. 1-205.
27 – Jacob Wassermann, op. cit.,
p. 156.
28 – Ibidem.
29 – Sur l'arrière-plan culturel
de ce concept, cf. Jacob Katz,
Hors du ghetto. L'émancipation
des Juifs en Europe, 1770-
1880, traduction Jean-François
Senné, Paris, Hachette, 1984 ;
ainsi que Rainer Erb et Werner
Bergamnn, Die Nachtseite der
Judenemanzipation.
Der Widerstand gegen
die Integration der Juden in
Deutschland, 1780-1860, Berlin,
Metropol, 1989.allemand Wilhelm Busch voit dans le nez juif un symbole de l’âme
usurière du Juif :
« Und der Jud mit krummer Ferse
Krummer Nas’ und krummer Ho’
Schlängelt sich zur hohen Börse
Tiefverderbt und seelenlos ! »
(Et le Juif au talon rentré
Nez crochu, épaule tordue
Se glisse jusqu’à la Bourse
Être sans âme, âpre au gain !)  30
Le nez ne représente pas seulement un signe de différence, un
stigmate du corps malade, mais encore le mal social qu’incarne le
Juif dans la société allemande où il ronge le corps politique. Le nez
juif en vient à représenter l’âme déviée du Juif.
Le Juif lui-même est conscient de ce symbole. Au cours des
années 40 et 50, les États-Unis se livrèrent à toute une série d’essais traitant de la visibilité du Juif. La question se posa de savoir
comment et par qui le Juif était perçu. En 1940, Raphael Isaacs
avait analysé le « prétendu type juif » dans un journal médical juif,
en concentrant son essai sur le « prétendu nez “crochu” ». Pour
lui ce « nez crochu, aux nasaux courbes (ali nasal) » tenait le rôle
principal dans l’identification du Juif. Il cite une étude publiée par
l’Université de Michigan dans laquelle « seulement 51% des sujets
examinés offraient un tracé nasal convexe ». Comme les ouvra-
97
30 – Wilhehm Busch,
Gesamtausgabe, 4 volumes,
Wiesbaden, Emil Vollmer,
pas de date, tome 2, p. 204.
Les Juifs sont-ils des Blancs ? De la chirurgie nasale
« Une exposition d’un puissant
intérêt français vient de s’ouvrir
Boulevard des Italiens, sous
l’appellation : Le Juif de France.
Les visiteurs y sont attirés par
le véritable désir de s’instruire.
Dans une salle, on trouve
les éléments d’une étude
morphologique du juif.
Une énorme tête représentant
le type classique du juif porte sur
chacune de ses parties des chiffres
qui renvoient à des pancartes.
1°) Oreilles larges,
massives et décollées.
2°) Bouche charnue, lèvres épaisses,
lèvre inférieure débordante.
3°) Nez fortement convexe,
mou et à larges ailes.
4°) Sillons naso-labial.
5°) Traits mous... »
L’Illustration, 20 septembre 1941ges précédents de Jacobs et Fishberg, les essais d’Isaacs s’élèvent
contre la pensée dominante qui voit dans la « nasalité » un signe
distinctif du Juif tout en illustrant l’importance de ce signe au sein
d’une culture donnée. [...]
Les Juifs sont sensibles à la signification de l’image du Juif
à cause de la culture dans laquelle ils vivent. Comme l’a noté
Nietzsche, on ne prend conscience de son propre corps qu’au
moment où l’on tombe malade ; de même, on ne prend conscience
de la différence (réelle ou fantasmée) qui habite son propre corps
qu’au moment où elle vous est enseignée. [...]
Rien – ni l’acculturation, ni même le baptême – ne saurait effacer
la souillure de la race. Moïse Hess, le révolutionnaire et théoricien politique juif-allemand, remarque dans son ouvrage Rome et
Jérusalem, publié en 1862, que « même le baptême ne réussit pas à
sauver le Juif allemand du cauchemar de l’antisémitisme allemand.
La haine allemande vise moins la religion du Juif que sa race,
moins son type de croyance que son type de nez (...). Les nez juifs
ne sauraient être réformés, ni les cheveux noirs et crépus du Juif se
transformer, grâce au baptême, en cheveux lisses. La race juive est
primitive et s’est reproduite dans son intégrité, nonobstant les différences de climat (...). Le type juif est indestructible. » 31
 Ce thème
de l’immuabilité juive reflète les théories prônant la permanence
des aspects négatifs de la race juive. [...]
Dans ses Notes on Noses (Notes à propos des Nez), publié en
1848 sous le pseudonyme d’Eden Warwick, George Jabet caracté-
rise le nez juif « ou nez crochu » comme « fortement convexe, et qui
maintient sa convexité à la façon d’un arc tout le long de sa ligne,
qui progresse des yeux à l’extrémité nasale. Il est fin et pointu. »
La forme reçoit ici une signification particulière : « Il indique une
intelligence aiguisée pour les affaires du monde ; une intuition profonde des caractères et le don d’exploiter cette intuition dans ses
intérêts. » 32
 Sur la foi de telles analogies, les médecins supposent
que le langage spécifique des Juifs, lequel reflète sa pensée, résulte
de la forme spécifique de son nez. Bernhardt Blechmann justifie
ainsi le Mauscheln, ce handicap permanent que constitue l’intonation juive : « Leurs muscles, qu’ils utilisent pour rire et pour parler,
fonctionnent autrement que ceux des chrétiens et cette différence
peut être localisée (...) dans leur nez et leur menton, tout à fait particuliers. » 33
 Le nez focalise la différence juive aux yeux de ceux
qui les excluent. [...]
Mais par quels moyens altérer la « nasalité » du nez juif, signe
qui, à l’encontre de la pigmentation, semble persister même lors
de l’acculturation du sujet juif ? Une étude détaillée portant sur
l’anthropologie du « Mischling né de parents mixtes », publiée en
1928, résume la théorie selon laquelle il existe un « nez juif » donné
qui persiste lors des mariages mixtes et dans lequel les anthro-
98
31 – Moses Hess, Rome
et Jérusalem, traduction
Anne-Marie Boyer-Matthia,
Paris, Albin Michel, 1981,
« Quatrième Lettre », p. 81-82.
32 – Eden Warwick, Notes
on Noses, [1848], Londres,
Richard Bentley, 1864, p. 11.
Sur le problème global touchant
la représentation de
la physionomie juive dans
la culture du milieu du
XIXème
 siècle, cf. Mary Cowling,
The Artist as Anthropologist. The
Representation of Type
and Character in Victorian Art,
Cambridge, Cambridge University
Press, 1989, p. 118-119
et p. 332-333.
33 –  Bernhardt Blechmann,
Ein Beitrag zur Anthropologie
der Juden, Dorpat, Wilhelm Just,
1882, p. 11.pologues voient un symptôme fixe et génétique de la judaïté 34
.
Dans l’iconographie médicale et dans l’imagerie populaire, le nez
permet d’identifier la nature pathologique du Juif ; il se substitue à
la pigmentation, autre symptôme pathognomonique auquel il reste
fortement associé.
Pour « soigner » sa peau, le Juif peut soit la « blanchir » en
éliminant les maladies de peau qui hantent la misère du ghetto,
soit se considérer d’ores et déjà « blanc ». Mais comment éliminer le symptôme « nasal » du Juif ? La réponse est fournie par
Jacques Joseph, un jeune chirurgien juif-allemand déjà intégré
dans le Berlin fin-de-siècle où il opère. De son vrai nom Jakob
Joseph, ce médecin a changé de nom à l’époque où il étudiait la
médecine à Berlin et à Leipzig. Joseph représente le type même
du Juif acculturé. [...]
[Il] devint un chirurgien orthopédiste renommé, l’assistant du
grand Julius Wolff, l’un des maîtres dans ce domaine 35
. [...]
Joseph ouvre un cabinet chirurgical privé à Berlin. En janvier
1898, un jeune homme âgé de vingt-huit ans vient le voir [...]. Il se
plaint que « son nez lui valait des ennuis considérables. Partout où
il allait, les gens le fixaient du regard ; il était souvent la cible des
remarques ou des gestes moqueurs. C’est pourquoi il était devenu
mélancolique et avait abandonné toute forme de vie sociale. Son
plus cher désir était de se voir soulagé de cette difformité. » 36
Joseph accepte de s’occuper du cas et procède à la première rhinoplastie cosmétique moderne. Le 11 mai 1898 il rend compte de
99
34 – Hans Leicher, Die Vererbung
anatomischer Variationen
der Nase, Ihrer Nebenhöhlen
und des Gehörorgans, Munich,
J. F. Bergmann, 1928, p. 80-85.
35 –  Stephan Mencke,
Zur Geschichte der Orthopädie,
Munich, Michael Beckstein,
1930, p. 68-69.
36 – « Über die operative
Verkleinerung einer Nase
(Rhinomiosis) » : traduction
allemande de Jacques Joseph
par Gustav Aufricht, parue dans
Berliner Klinische Wochenschrift,
1898, n° 40, p. 882-885.
Jacques Joseph, « Operative
Reduction of the Size of a Nose
(Rhinomiosis) », Plastic and
Reconstructive Surgery, 1870,
n° 46, p. 178-181 ; reproduit
dans l'ouvrage édité par Frank
McDowell, The Source Book
of Plastic Surgery, Baltimore,
The Williams & Wilkins
Company, 1977, p. 164-167. [...]
Les Juifs sont-ils des Blancs ? De la chirurgie nasale
De la chirurgie nasale
Georges Laurens,
Chirurgie de l’oreille, du nez,
du pharynx et du larynx, Paris,
Masson & Cie Éditeurs, 1936cette opération en présence de la Société médicale de Berlin. Dans
son rapport, Joseph se justifie « scientifiquement » d’avoir opéré
un individu par ailleurs entièrement sain de corps et d’esprit :
« L’effet psychologique de l’opération est d’une importance capitale. L’attitude déprimée du patient a entièrement disparu. Il se
réjouit de pouvoir circuler sans attirer l’attention. Sa femme nous a
communiqué avec joie les nouvelles dispositions de son époux : le
patient a retrouvé sa joie de vivre et lui qui fuyait naguère tout contact social se montre impatient de participer aux soirées mondaines. En d’autres termes, il est satisfait du résultat. » 37
 Le patient
ne se sent plus dépendant de la forme de son nez. En supprimant sa
« maladie », on lui permet de se fondre dans la masse humaine. Les
procédures chirurgicales de Joseph ont guéri les désordres psychologiques de son patient ! [...]
Joseph énonce ici les prémices de la chirurgie esthétique moderne,
selon lesquelles en corrigeant les anomalies (et non les pathologies)
physiques extérieures, le médecin ne soigne pas le corps, mais la
psyché. [...] La chirurgie esthétique prend l’aspect d’une « thérapie organopsychique » dans laquelle « les conflits psychiques de
l’individu renvoient exclusivement à l’altération ou à l’absence
d’un organe normal (d’un point de vue anatomique et pathologique) » 38
. [...]
Et si la maladie des corps renvoyait autant à l’introjection de
l’image de soi propagée par la société qu’à des causes intimes ? Si
la représentation antisémite du nez juif, si répandue dans la litté-
rature fin-de-siècle, avait déterminé les réactions des Juifs face à
leur propre nez ? Le « Dr Celticus », pseudonyme d’un rédacteur
de pamphlets français, présente ainsi une anatomie du Juif dans
laquelle le « nez crochu » résume l’essentiel du Juif. La « nasalité »
devient ici le premier substitut visuel de « la race sémite primitive » 39
. C’est dans ce contexte que doit se reconstituer la psyché
blessée du Juif. Ce cas n’est pas unique dans les annales médicales
du XIXème
 siècle. [...]
Les démarches précédentes n’étaient pas seulement plus complexes (et donc dangereuses), elles ne s’inscrivaient pas dans un
moment où dominait l’urgence de « soigner » les maux d’une apparence trop manifeste, trop aliénante. Le processus de correction
nasale entrepris par Joseph s’appuie sur « l’absence de cicatrice
visible » 40
. Son procédé lança la mode des opérations de chirurgie
nasale en Autriche et en Allemagne. Dans l’histoire de la médecine
Joseph est « le père de la rhinoplastie moderne ». Il finit par acqué-
rir le surnom de « Nase-Joseph » ou « Noseph » dans la communauté juive-allemande 41
. [...]
On ne sait pas bien si le premier patient de Joseph fut juif, mais
ses symptômes d’isolation sociale, provoqués par la forme de son
nez, reflètent certainement les préjugés antisémites propres à la fin
100
37 – Jacques Joseph, « Operative
Reduction of the Size of a Nose
(Rhinomiosis) », op. cit., p. 180.
38 – Alfred Berndorfer,
« Aesthetic Surgery as
Organopsychic Therapy »,
Aesthetic and Plastic Surgery,
1979, n° 3, p. 143-146, ici p. 143.
Pour un bon commentaire de
ce problème, voir David A.
Hyman, « Aesthetics and Ethics :
The Implications of Cosmetic
Surgery », Perspectives
in Biology and Medicine, 1990,
n° 33, p. 190-202.
39 – Dr
 Celticus, Les 19 tares
corporelles visibles pour
reconnaître un Juif, Paris,
Librairie antisémite, 1903,
chapitre I.
40 – Jacques Joseph,
« Naseverkleinerung », Deutsche
medizinische Wochenschrift, 1904,
n° 10, p. 1095-1098,
ici p. 1095, traduction Franck
McDowell in The Source Books
of Plastic Surgery, op. cit.,
p. 174-176, ici p. 184.
41 – Paul Natvig, Jacques
Joseph : Surgical Sculptor,
op. cit., p. 94.du XIXème
 siècle. Il est clair, néanmoins, que les premiers clients
de Joseph comprennent un nombre important de Juifs et qu’il
réduisit plus d’un nez juif à des « contours de Gentils ». Nombre
de ses patients se soumirent à l’opération afin de « cacher leur
origine » 42
. Afin de justifier sa démarche, Joseph invoque les
dommages psychologiques causés par l’aspect extérieur du nez.
Son premier « soin » est de rendre ses patients plus invisibles dans
l’univers où ils se meuvent. [...]
Cette image du « nez juif affligeant » est puissante : des jeunes
gens des deux sexes ressentent la nécessité de modifier leurs corps
pour diminuer une différence trop visible. Et cette même invisibilité
potentielle des juifs disparaît avec l’apparition de l’étoile jaune. [...]
Dans les années 1898, Jacques Joseph n’était pas le seul médecin
berlinois à opérer le nez. Deux scientifiques juifs de l’Europe finde-siècle, se penchant sur le problème du nez, spéculent sur une
relation directe entre le nez et les organes génitaux. Wilhelm Fliess
et son collaborateur Sigmund Freud voient dans le nez le symptôme
d’un progrès universel plutôt que d’une déchéance raciale 43
. Dans
l’élaboration d’une civilisation, l’évolution du nez reflète celle des
organes génitaux. Partis du même point, ils connaissent un développement embryonnaire parallèle ; leurs tissus sont proches. Fliess
et Freud appliquent ce raisonnement à tous les êtres humains, pas
seulement aux Juifs. Aussi le seul remède possible aux dysfonctionnements sexuels, si l’on en croit Fliess, était-il d’opérer le nez
(ce qu’il faisait fréquemment). [...] Le résultat fut qu’il parvint,
en ces années, à convertir une propriété raciale en un attribut de
l’identité sexuelle. [...]
101
42 – Idem, p. 71.
43 – Cf. Sander L. Gilman,
Disease and Representation.
Images of Illness from madness
to AIDS, Ithaca, New York,
Cornell University Press,
1988, p. 182-201.
Les Juifs sont-ils des Blancs ? De la chirurgie nasale
Raimu et Fernand Charpin dans
Tartarin de Tarascon,
film de Raymond Bernard,
1934, Athos-FilmsCette association entre nez et organes génitaux n’est pas l’apanage de la psychanalyse dans l’Europe du tournant du siècle ; les
mentalités populaires comme les ouvrages scientifiques établissent depuis longtemps un lien direct entre les dimensions du nez
et celles du pénis. Ovide écrit : Noscitur e naso quanta sit hasta
viro. De même, le rapport entre la sexualité du Juif et son nez est
devenu chose courante à la fin du XIXème
 siècle. Mais dans ce cas
précis, le schéma traditionnel se trouve inversé 44
. Les contours
spécifiques du nez juif traduisent la nature mutilée, diminuée de son
pénis. L’association traditionnelle, autrefois positive, entre le nez et
l’organe masculin, se charge dans son inversion même d’une valeur
fortement pathologique 45
. Le nez juif reflète le pénis circoncis,
signe de la différence juive : dans les années 1880, cette association est énoncée dans les termes les plus crus et les plus révoltants.
Les rues de Vienne et de Berlin regorgent de caricatures de Juifs,
publiées dans des gazettes populaires ou sur les Lifassäulen (colonnes destinées aux publicités, récemment érigées) 46
. Une caricature
du Juif éponyme, le « petit M. Kohn », montre celui-ci en train de
se noyer : seuls émergent de la surface de l’eau son nez et ses énormes pieds, autre anomalie physiologique 47
. Ces caricatures hors du
commun soulignent toutes un aspect central de la physionomie juive
masculine : le nez signe indicateur de la différence sexuelle juive,
du pénis circoncis. Ce signe porteur de différence désigne également la sélectivité sexuelle des Juifs, autre trait distinctif. Comme
le fait remarquer brillamment Friedrich Nietzsche dans Par-delà le
bien et le mal, celle-ci est un foyer d’angoisse pour les Allemands,
conscients de la fragilité de leur nouvelle identité nationale, créée
de fraîche date 48
. Cette angoisse s’exprime dans les caricatures au
long nez. Elle infiltre également les débats scientifiques de l’époque. Dans son essai « anatomico-anthropologique » sur le nez,
publié en 1933, l’anatomiste viennois Oskar Hovorka voit dans la
forme nasale un signe de différence raciale à teneur négative, définissant « l’idiot et le fou » 49
. Montre-moi ton nez, signe primordial
d’atavisme, et je te dirai qui tu es. [...]
L’objet premier de Fliess, et de beaucoup d’autres à cette époque,
est de modifier le corps juif de façon à le rendre invisible aux yeux
d’autrui. Cette attitude n’est pas sans provoquer des réactions hostiles chez certains de ses contemporains juifs, par exemple le critique
littéraire berlinois Ludwig Geiger : « Un homme qui recherche
l’assimilation – et celle-ci revient forcément à adopter le code
moral, le langage, les actes et les sentiments des Allemands – devra
recourir soit au mariage mixte, soit au baptême. Personne n’oserait un moment suggérer de façon sérieuse que pour être assimilé,
l’ensemble des Juifs devrait acquérir des cheveux blonds et des
nez droits. » 50
 Mais cette argumentation montre précisément que
Geiger réagit aux mêmes pressions qui conduisent certains Juifs à
se faire teindre les cheveux et retailler le nez. Geiger suppose que
102
44 – Handwörterbuch des
deutschen Aberglaubens,
« Nase », tome 6, éd. Hans
Bächtold-Stäubli, Berlin et
Leipzig, W. de Gruyter & Co.,
1934-1935, et Havelock Ellis,
Études de psychologie sexuelle,
traduction Arnold Van Gennep,
tome 4 : La Sélection sexuelle
chez l'homme, Paris, Mercure
de France, p. 83-85.
45 – Sur cette perspective
de l'inversion du nez, symbole
de castration, cf. Otto Fenichel,
« Die "lange" Nase », Imago,
1928, n° 14, p. 502-504.
46 – John Grand-Carteret,
L'Affaire Dreyfus et l'image,
Paris, Flammarion, 1898 ;
Eduard Fuchs, Die Juden in
der Karikatur, Munich, Langen,
1921 et Judith Vogt, Historien
om et Image. Antisemitisme
og Antizionisme i Karikaturer,
Copenhague, Samieren, 1978.
47 – Cf. Dietz Biering, Der Name
als Stigma. Antisemitismus
im deutschen Alltag, 1812-1933,
Stuttgart, Klett/Cotta,
1987, p. 211.
48 – Friedrich Nietzsche, Œuvres
philosophiques complètes, tome 7,
traduction Cornelius Heim,
Isabelle Hildenbrand et
Jean Gratien, Paris, Gallimard,
1987, p. 170-171.
49 – Oskar Hovorka, Die
äussere Nase. Eine anatomischeanthropologische Studie, Vienne,
Alfred Hölder, 1893, p. 130-140.
Sur la signification pathologique
du nez auprès des scientifiques
allemands vers la fin du siècle,
voir Hans Leicher, Die Vererbung
anatomischer Variationen
der Nase, op. cit., p. 81.
50 – Judentaufe, éd. Arthur
Landsberger, Munich, Geog
Müller, 1912, p. 45.Les Juifs sont-ils des Blancs ? De la chirurgie nasale
Pat Mallet, Lui, n° 147, avril 1976ces changements sont de nature purement cosmétique et répondent
à un appel de la vanité. Ce qu’il évite soigneusement d’aborder
dans son exposé, c’est l’urgence médicale que représentent ces
opérations, destinées à « guérir » la judaïté, l’angoisse d’être perçu
comme Juif. Être perçu comme Juif signifie être attaqué, harcelé,
persécuté. La seule cure à ce mal consiste à modifier le corps. Pour
soulager l’âme juive, Fliess et Joseph opèrent son nez. [...]
En intériorisant le stéréotype social du corps juif, les Juifs connaissent des lésions psychiques : Joseph, sinon Freud, l’a bien vu.
Après la Shoah, la tradition juive a énoncé à son tour cette proposition de façon tout à fait directe. Le judaïsme traditionnel rejette toute
altération chirurgicale du corps motivée par d’autres soucis que
ceux de la médecine. (Quant à la circoncision, les Juifs traditionnels
la considèrent purement comme un rite religieux.) Toutefois la tradition halakhique se démarque des autres. Elle permet aux fidèles,
hommes et femmes, de changer la forme de leur nez. Cette procé-
dure, en effet, peut être rapportée à une « douleur », « un-état-d’esprit-qui-empêche-un-individu-de-se-mêler-aux-autres ». Les Juifs
traditionnels, qui pourtant interdisent toute modification esthétique
du corps, en sont venus à adopter le raisonnement de Joseph, pour
qui la restructuration du nez guérit l’âme 51
. Le nez, certes, est l’organe premier aux yeux du Talmud. Abba Saul note que « lorsqu’un
embryon prend forme, c’est toujours depuis le centre ; en ce qui
concerne l’existence, tous s’accordent à penser que sa source est
dans le nez ; car il est écrit : “Tout ce qui avait une haleine de vie
dans les narines” » 52
. La modification du nez, chose grave, n’est
autorisée que si elle permet d’éliminer « l’angoisse psychologique ». [...]
Plus le Juif désire devenir invisible, plus son invisibilité se charge
de différence. [...]
Pourtant la quête de l’invisibilité, le désir de « ressembler à tout
le monde » continuent à motiver le désir juif d’agir sur le corps.
Au cours des années 40 la rhinoplastie connaît une expansion sans
précédent ; la conscience des dangers que court un Juif trop visible
atteint alors son sommet 53
. Durant les années 60, plus de la moitié
des Américains demandant à subir une rhinoplastie appartiennent à
une première ou une seconde génération d’immigrés naturalisés 54
.
En 1960, un sondage effectué par l’institut John Hopkins parmi
des adolescentes dont beaucoup étaient juives révèle que leur désir
de rhinoplastie est motivé par leur origine ethnique. Cette étude
diagnostique chez les jeunes filles une identification négative avec
le père, laquelle se focalise sur l’image du nez. Mais en fait c’est
l’image du père comme Juif, et les associations qu’elle comporte,
que ces jeunes filles cherchent à dissimuler. Comme le patient de
Fritz Wittels, ces jeunes femmes ne montrent pas le moindre désir
de renier leur identité juive ; ce qu’elles rejettent, c’est l’apparence
extérieure de cette identité. [...]
104
51 – Cf. David Bleich, Judaism
and Healing. Halakhic
Perspectives, New York, KTAV,
1981, p. 126-128.
52 – Sotah 45 b.
53 – Frances Cook MacGregor,
« Social, Psychological and
Cultural Dimensions of Cosmetic
and Reconstructive Plastic
Surgery », Aesthetic Plastic
Surgery, 1989, p. 1-8, ici p. 1.
54 – Voir les analyses proposées
dans l'ouvrage collectif Plastic
Surgery, éd. Joseph G. McCarthy,
4 volumes, Philadelphia, W. B.
Saunders, 1990, tome 1,
p. 122-124.Ce qui prime ici, c’est l’introjection de la représentation négative
du Juif, la crainte, ou de paraître « trop juive » ou d’être reconnue
pour telle, réactions qui vont de pair avec le désir de conserver une
identité juive. [...]
De fait, comme l’a fait remarquer récemment le chirurgien Mark
Gorney : « Les patients qui désirent une rhinoplastie (...) font souvent preuve d’un rejet teinté de culpabilité, propre aux secondes
générations, de leur environnement ethnique. Ils dissimulent ce
sentiment derrière diverses excuses, par exemple le fait qu’ils ne
sont pas photogéniques. Souvent il s’agit moins d’un désir de renier
le groupe ethnique que d’être considérés en tant qu’individus et de
se défaire des attributs physiques généralement connotés avec ce
groupe ethnique particulier. » 55
 C’est parce qu’il reste trop visible
aux yeux du juif que « ce corps qui le trahit » le met mal à l’aise 56
.
C’est encore le cas dans la chirurgie nouvelle des années 1980,
celle qui traite spécifiquement des « cas ethniques » – au sens où
l’on ne craint pas d’être juif, mais d’être « trop juif » 57
. L’identité
ethnique de l’individu américain – qu’il soit de provenance juive,
asiatique ou africaine – n’est pas remise en question tant qu’il ne
transgresse pas les normes générales esthétiques de la société. Car
être trop visible implique qu’on soit considéré, non plus comme un
individu, mais comme un Autre, un tenant de la race « laide ».
Sander L. Gilman
Enseigne la civilisation allemande
et l’histoire de la psychiatrie à l’Université de Chicago
Membre du Centre Fishbein d’Histoire des Sciences
et du Comité d’Études Juives
Il a publié plus de quarante ouvrages,
dont sa monographie Jewish Self-Hatres
(Les Juifs et la haine de soi, 1986, non traduit).
105
55 – Mark Gorney, « Patient
Selection and Medicolegal
Responsibility for the Rhinoplasty
Patient », in Rhinoplasty :
Problems and Controversies,
éd. Thomas D. Ress, Saint Louis,
C. V. Mosby, 1988, p. 2.
56 – Jean-Paul Sartre, Réflexions
sur la question juive, Paris,
Gallimard, « Folio-Essais »,
1987, p. 144.
57 – Par exemple, l'analyse
des « considérations
particulières » présente dans
l'ouvrage collectif Male Aesthetic
Surgery, éd. Eugene H. Courtis,
Saint Louis, Mobis, 1991,
p. 159-188, ainsi que l'article
« Ethnic Ideals Rethinking
Plastic Surgery », paru
dans The New York Times
du 25 septembre 1991.
Les Juifs sont-ils des Blancs ? De la chirurgie nasale

http://www.revue-quasimodo.org/PDFs/6%20-%20Sander%20Nez%20Juifs%20Antisemitisme.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire