samedi 14 avril 2012

Les 19 Tares corporelles visibles pour reconnaître le juif

Les 19 Tares corporelles visibles pour  reconnaître le juif
http://www.akadem.org//medias/documents/--samacher-celticus-4.pdf
1
Les 19 Tares corporelles visibles pour reconnaître le juif,
Première tare: le nez crochu.
On reconnaît un juif à son nez crochu, telle est l'opinion générale, la phrase que chacun répète,
croyant avoir tout dit, et cependant un tiers au moins des juifs de France ont le nez de forme ronde.
Deuxième tare: le nez rond.
Il est relevé légèrement et souvent très épaté. La cloison cartilagineuse descend assez souvent, de
sorte que le juif au nez rond, vu de face, laisse apercevoir deux trous rouges qui ajoutent à sa hideur.
Cette forme africaine du nez se confond souvent avec la trompe particulière aux juifs dégénérés,
surtout aux juifs allemands. Nos savants ont, je crois, trouvé que le nez juif écrasé venait de
croisements très anciens des juifs avec les nègres. D’ailleurs, comme nous le verrons plus loin, les
cheveux crépus de quantité de juifs font aussi croire à quelque mélange de sang nègre.
Troisième tare: les lèvres.
Les juifs ont la bouche grande, épouvantablement lippue et sanguinolente. Souvent la lèvre inférieure
est pendante, même chez les jeunes, et toujours plus grosse que la lèvre supérieure. Quelques juifs
de vieille souche arabe ont les lèvres minces, mais ils sont rares.
En général le juif a la mâchoire inférieure très saillante à la façon des gorilles et des boucs. Ce
troisième signe est un des plus caractéristiques de cette race adonnée aux satisfactions matérielles.
Quatrième tare: les yeux.
L'œil juif est très caractéristique. Si il est le miroir de l'âme il faut admettre que l'âme du juif  est bien
rusée et bien perfide car il n'y a pas d’yeux plus ternes ou plus brillants que les yeux juifs selon les
occasions… Les paupières sont toujours très gonflées. L’œil juif, vers l’âge de vingt ans, se plisse aux
commissures en mille petites rides qui s'accentuent avec l'âge, de sorte que le juif a toujours l'air de
rire, etc., quoique jeune, il paraît flétri comme un vieillard. Le premier venu peut se rendre compte
facilement de cette particularité en regardant quelques photographies de juifs. J'appelle cet œil « œil
de crapaud », d'autant mieux que le juif a quelque chose du crapaud. Je ne prétends pas calomnier ici
ce petit animal pustuleux qui rend des services nombreux à l'agriculture et au jardinage. L'œil juif est
clignotant. Lorsque le juif se met à rire ou à sourire, les paupières bouffies se réunissent au point de
laisser à peine une ligne imperceptible et très brillante, signe de finesse et de ruse disent les
physionomistes, et j'ajouterais de luxure. ..
Sixième tare : les oreilles.
Les oreilles juives sont très grandes. Chez les jeunes imberbes elles sont écartées de la tête, elles
flottent comme deux ailes, de sorte qu'ils ressemblent à des singes.
Les oreilles juives sont assez souvent pointues comme les oreilles des satyres. De toute façon les
oreilles juives donnent l'impression, surtout à un certain âge, d'être collées au crâne comme des plats
à barbe, pardonnez-moi ce mot trivial mais expressif.
Docteur Celticus
Les 19 Tares corporelles visibles pour
reconnaître le juif
En 1903 est publié l’ouvrage antisémite du Docteur
Celticus, extrêmement rare et illustré de 19 dessins hors
texte.
Caricature d’un Juif, 1910, France.2
Septième tare: les cheveux.
« Les juifs sont rarement chauves, excepté dans la  classe riche ou
chez les vieux…
La barbe est comme les cheveux crépue, noire, et générale fournie,
même chez le les blonds filasse. Les blonds, quoique ayant la barbe
fournie, ont en général les cheveux plus clairsemés. Ils ont la tête
couverte d'écailles ou dartreuse qu'ils grattent continuellement ou alors
rose comme la peau des cochons. »
Neuvième tare: le prépuce.
La circoncision est le baptême des juifs, vulgairement appelé baptême
au sécateur. Cette cérémonie antique et chirurgicale a été imposée par
Jéhovah lui-même à Abraham et à tous ses descendants afin qu’ils
puissent se reconnaître entre eux au milieu de tous les peuples de la terre, et aussi sans doute par
mesure d'hygiène, car les juifs... bon, passons. C'est donc à proprement parler le seul signe vraiment
sûr pour reconnaître le juif. Mais à moins d'être doué d'une vue excellente, il est difficile de le
constater sans déshabiller l'individu. Cela viendra. La circoncision consiste en amputation partielle du
prépuce de l'enfant vers l'âge de huit jours.
Dixième tare: le teint.
Chez le juif dans quatre cas sur cinq, le teint est blafard, la peau est huileuse. Les mains sont moites
et généralement chaudes… ils se marient entre eux, le sang n'est jamais renouvelé. Anciennement ils
avaient des maladies de peau terribles, la lèpre entre autres.Passons, c’est trop répugnant. Les
maladies nerveuses qui chez eux sont épileptiformes dégénèrent rarement en folie car les juifs sont
des névrosés de père en fils qui résistent mieux que nous au surmenage intellectuel.
Onzième tare: l'odeur.
L'odeur du juif serait alors un mélange de jaune, d'olivâtre et de noir. C’est quelque chose comme la
chair que l'on frotte, c’est un peu l'odeur du cadavre, la graisse que l'on jette sur le feu, le cochon
roussi, la corne que l'on brûle. Le juif riche, malgré les petits soins, malgré les bains fréquents
parfumés, les ingrédients de toutes sortes, ne peut pas se refaire, il sent...
Vous voilà donc munis d'un ensemble d'éléments tant visibles qu'olfactifs vous permettant de
démasquer d'un regard tous les imposteurs. Ils sont légions : ceux - rares il est vrai - qui prétendent
l'être alors qu'ils ne le sont pas, ceux qui au contraire prétendent ne pas l'être alors qu'ils le sont, ceux
enfin, innombrables, qui ignorent même qu'ils le sont. Mais là, une question se pose : doit-on ne dire
du mal des juifs qu'en leur absence? Une fois le juif démasqué ne faudrait-il pas au contraire
l'apostropher, œil dans l'œil, fût-ce au milieu ou même en début de repas?
Reste la culture.
Les juifs, vous le savez, aujourd'hui comme hier, adorent parler culture, spécialement en fin de repas.
Théâtre, musique, cinéma, littérature, philosophie, cuisine, c'est sur ce terrain qu'il faut aujourd'hui,
d'une phrase, les clouer sur leur siège.
Tentant, dites-vous. Mais là encore votre ignorance des grands classiques de l'antisémitisme
historique vous gêne. Là encore le lobby vous laisse avec votre désir grandissant et légitime de dire
du mal des juifs en fin de repas, mais dans l'impossibilité de le faire…
Ce que j'ai dit des hommes s'applique aux femmes, à part la neuvième tare.
La femme juive est généralement belle jusqu'à vingt-cinq ans. Elle se flétrit vite comme les femmes
des pays chauds, et vers l'âge de trente-cinq ans elle est affreuse, une vraie grenouille. À quarante
ans il y a excessivement peu de belles femmes juives alors que la femme française est très souvent à
quarante ans dans tout l'éclat de sa beauté.  Si vous rencontrez une tête de poupée au teint mat, aux
cheveux noirs et abondants, aux yeux fendus en amande et obliques, au nez crochu ou busqué, aux
longues oreilles, aux grosses lèvres sensuelles, que cette tête soit posée sur des épaules effacées,
ces épaules sur une poitrine proéminente, et cette poitrine sur une taille de guêpe, n’hésitez pas, c'est
une juive. La femme juive vers trente ans n'a plus de taille, c'est un paquet de chair.
Source : Extrait de l’ouvrage : Les 19 Tares corporelles visible pour reconnaître le juif, Ed. Librairie antisémite 45
rue Vivienne 1903.
Application de critères raciaux dans
le Reich vers 1939

http://www.akadem.org//medias/documents/--samacher-celticus-4.pdf

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire