jeudi 29 mars 2012

VISPERED

VISPERED
A la suite des G&thâs nous reproduirons ici un certain nombre de prières, puisées, soit dans le Taçna (livre d'adoration), soit dans le Vispered(invocation aux chefs des êtres). Ces deux parties de VAvesta, quoique différemment classées, se confondent souvent dans leurs formules liturgiques. Ces formules, souvent monotones, consacrent un culte établi, dans lequel non-seulement les génies supérieurs, mais les fêtes de l'année et toutes les circonstances de la vie figurent dans des prières publiques, sous des noms progressivement altérés. Nous nous sommes donc contentés d'en recueillir quelques exemples, tirés surtout du Vispered, soit d'après Anquctil, soit d'après l'excellente version allemande de M. Spiegel, à qui l'on doit également la traduction complète du Vendidad et du Khorda.
1. PRIÈRE AUX BONS GÉNIES1.
1. J'appelle et j'invoque Ahoura-mazda, le créateur resplendissant, majestueux, le plus grand, le plus excellent, le plus beau »;
2. Le plus fort, le plus intelligent, doué du corps le plus parfait, exalté en sainteté;
3. Lui, le plus sage, qui répand le bonheur;
4. Lui, qui nous a créés, qui nous a formés, qui nous a conservés, le plus saint des êtres célestes.
5. J'appelle et j'invoque Vohou-mano et Achavahista, et Kchatra-vairya, et Spenta-armaiti, et Haurvat et Ameretat5.
6. Et le corps de la vache et l'âme de la vache, et le feu (fils) d'Ahoura-mazda, le plus secourable des Amecha-spentas 4.
7. J'appelle et j'invoque les phases du jour qui maintiennent la pureté, etHavani type de pureté5.
1. Première prière du Yaçna.
2. Ahoura-mazda, dans le culte constitué, est resté le dieu suprême, le premier des Amechas-spentas, immortels saints, que le prêtre invoque successivement.
3. Vohou-mano ou Baliman, génie de la concorde et gardien de la vie; Acha-vahista, génie do la vérité et du bonheur; Kchatra-vairya, génie des métaux, protecteur des domaines; Spenta-armaiti, génie de la terre, prolectrice de l'activité; Haurvat et Ameretat, génies des eanx et des plantes, dispensatrices des aliments.
■*. Allusion à la vache primitive, type de fécondité. 5. Les quatre phases du jour, dont la première était Havani, la prière du matin.
8. rappelle et j'invoque Çavaghi et Viçya, qui maintiennent la pureté '.
9. J'appelle et j'invoque Mithra », qui domine d'immenses pâturages, qui a mille oreilles, dix mille yeux, dont le nom est glorieux et vénérable 5
I. PRIÈRE AUX CHEFS DES ÊTRES*.
1. J'invoque et célèbre le maître des cieux, le maître de la terre; le maître des espèces aquatiques, le maître des êtres sous le ciel, le maître des espèces ailées; le maître des animaux rapides; le maître des animaux armés; tous saints, purs et grands 5.
2. J'invoque et je célèbre les Gâhanbars (fêtes
1. Çavaghi, génie des troupeaux; Viçya, génie des cultivateurs.
2. Mithra, l'oeil du soleil, contemple toutes les actions des hommes qu'il protège et qu'il bénit comme le faisaient les planètes chez les Chaldéens.
3. Nous bornons ici cette énumération, qui s'étend, pendant soixante strophes, à une foule do génies secondaires, adoptés dans la suite des temps.
4. Première prière du Vispered.
5. La liturgie persane préposa à chaque partie de la création un Vispa-rata, un chef, un être dominant, comme Ahonra-mazda pour le ciel, Zoroaslre pour la terre; et des types fantastiques pour chaque classe d'animaux.
sacrées). Mediozerem qui doune le lait céleste; saint, pur et grand '.
3. J'invoque et je célèbre Mediochem, qui donne les printemps; saint, pur et grand.
4. J'invoque et je célèbre Paitechem, qui donne les moissons; saint, pur et grand.
5. J'invoque et je célèbre Àyatlirem, qui donne la séve, la force virile; saint, pur et grand.
6. J'invoque et je célèbre Médiareh, qui donne toutes sortes de biens; saint, pur et grand.
7. J'invoque et je célèbre Hamespet-médem, qui inspire les bonnes œuvres; saint, pur et grand.
8. J'invoque et je célèbre le monde qui existera saint, pur et grand, et qui continuera la vie des êtres.
9. J'invoque et je célèbre ceux qui font leur yast (prière) récitant le rituel bien composé bien ordonné; et qui sont saints, purs et grands
PRIÈRE IV. AUX BONS GÉNIES.
1. Soyez purs dans vos pensées, soyez purs dans vos paroles, soyez purs dans vos actions!
2. J'invoque les Amchaspants, rois bienveillants, purs, toujours vivants, qui sont sous la garde de Babman.
3. J'invoque ceux qui rendent ces lieux étendus et tranquilles, ces lieux habités parles troupeaux, et par les hommes qui naissent et qui engendrent.
4. J'invoque les saints et purs Fravachis, forts et bien armés, qui secourent les justes 3.
5. J'invoque le grand Ahoura-mazda, brillant, éclatant de lumière, qui est le céleste des célestes.
6. Aux Amchaspants, je fais néach (supplication (pour me les rendre favorables ; je leur adresse mes vœux et leur fais yast (invocation).
PRIERE V. A AHOURA-MAZDA.
1. Maintenant j'invoque Ahoura-mazda, qui a créé les troupeaux, qui a créé les eaux, et les
4. Ce nom et tous les suivants se rapportent aux Gàbanbars, génies des six grandes fêtes que l'on célébrait chaque année pour rappeler les phases de la création terrestre.
2. Nous bornons ici cette énuméralion qui comprend encore une trentaine de strophes.
3. Les Fravachis ou Fervers sont les mines, les âmes glorifiées, qui, avec les Amcha-spants ou Bagas, génies supérieurs, veillent sur le sort de chaque mortel.
arbres, qui a créé la lumière, la terre et les biens de toute espèce.
2. J'invoque le roi excellent qui protège toujours bien; toi, Ahoura-mazda, digne de tant de prières!
3. J'invoque celui qui a créé tous les animaux; toi, Ahoura-mazda, qui es appelé roi!
4. Je t'invoque, ô toi, dont le corps est pur.
5. Je vous invoque, purs Fravachis des hommes et des femmes.
6. J'invoque celui qui est saint et digne du yast.
7. J'invoque ce qui est juste, excellent, immortel ; ce qui est lumière, ce qui est tout bien, ce qui est sainteté de cœur.
8. J'invoque le roi pur, la pure loi, le chef de tout,ainsiqueSapandomad qui préside à la terre *!
PRIÈRE XXV. A AHOURA-MAZDA.
1. Je présente maintenant (ces offrandes) à celui qui est au-dessus de tout, au pur, au grand Ahoura-mazda, qui frappe le darvand Agramainyous*,qui frappeEcham dont la cruauté fait la joie, qui frappe tous les daévasdu Mazendran, tous les daévas ennemis.
2. Ahoura-mazda donne l'abondance; il resplendit de gloire et de lumière. Il a créé avec grandeur les Amchaspants, il a créé avec grandeur Tachter 5, astre radieux; il a créé avec grandeur l'homme juste; il a créé avec grandeur tout le peuple saint de l'Être excellent par luimême.
PRIÈRE XXXI. A AHOURA-MAZDA ET AUX BONS GÉNIES.
1. Je prononce publiquement et avec intelligence l'Avesta, la parole de louange.
2. Les darujes qui désolent publiquement le monde pur, accablez-les de maux, excellent Ahoura-mazda!
3. Pour que les daévas ne trompent pas les âmes,
1. Sapandomad est la même que Spenta-armaiti.
2. Cetle prière courte mais instructive fait apparaître pour la première fois le nom du mauvais génie Agra-mainyous, que les Gathâs ne désignent que par les appellations de Darvand ou Daruj, le menteur. Les daévas ou
.démons habitent, avec leur chef Aecham ou Echam, le Mazendran, contrée déserts au nord de la Perse, assimilée plus tard au Touran.
3. L'étoile Tachter, prolectrice des hommes, désigne, comme Sothis chez les Égyptiens, l'étoile Sinus, le plus
| brillant des astres nocturnes.
montrez-vous d'en haut.vous qui êtes tout,Ahouramazda, souverain de la sagesse! Je suis votre serviteur, car je vis dans les bonnes œuvres.
4. Accordez-moi la prospérité, ô feu céleste et pur; à moi qui veux vous plaire, qui suis votre serviteur.
5. Accordez-moi les biens dans ce monde, vous qui savez tout! Dites de votre propre bouche que toutes les âmes vivent.
6. Que je vive saintement, ô Ahoura-mazda. Puissent Ardibehecht, Sapandomad, Bahman et Chahriven1 me donner la supériorité, afin que j'enlève, que j'anéantisse les darujes; moi que vous avez appelé germe pur, qui ai été créé saint, intelligent, pur de cœur, accordez-moi d'être toujours juste, ô Ahoura-mazda; que je sois dans ce monde ou que je n'y sois pas.
7. Moi qui récite avec intelligence l'excellente parole permanente, puissent Khourdad/Amourdad, Chahriven et Bahman me protéger!
8. Existant dans la lumière première, l'éclat, le bonheur, l'intelligence même, maître absolu des bonnes, des saintes, des pures créatures, céleste Ahoura-mazda, rendez-moi plus parfait!
9. Et vous, noble Babman, qui êtes le premier du monde d'Ahoura-mazda, le père de la pureté du cœur, vous qui veillez à tout, et qui avez été fait roi du peuple pur de ce monde; et vous noble Sapandomad, et vous, tous les êtres animés, la sublime intelligence céleste prend soin de vous, produisant les pâturages dans les lieux où il n'y en avait point!
10. Lorsque Ahoura-mazda fait marcher (sur la terre) le laboureur, source de biens, chef pur, Bahman donne tout en abondance; mais lorsqu'il ne fait pas marcher le laboureur, les daévas sans nombre se multiplient.
11. Je suis le premier,*) Ahoura-mazda, qui dans le monde m'applique à loi. Vous, intelligence pure, donnez-moi une sainteté inébranlable, dans mes actions comme dans mes paroles; accordezmoi d'exécuter publiquement ce que je désire.
12. Je porte publiquement la parole aux grands
I. Les noms des génies supérieurs Ardibehecht, Sapandomad, Bahman, Chahriven, ainsi que Khourdad, Amourdad, altérés par la prononciation successive, correspondent aux noms d'Achavahista, Spentàrmafti, Vohoumano, Kchatravairya, Hourvat, Ameretat, que nous avons cités plus haut.
qui parlent bien, à ceux qui disent vrai, à ceux qui sont instruits, comme à ceux qui ne le sont pas, et à ceux même qui font le mal; je désire que Bahman et Sapandomad maintiennent avec force les réponses célestes.
13. Que mon désir s'accomplisse! Ce que je demande, ô Ahoura-mazda, c'est que les envieux deviennent Méhistans (sans péché); que soudain dans le lieu où était le péché, on ne voie que des œuvres pures.
14. Maintenant je vous demande, ô Sage céleste, que le roi pur vive longtemps, que celui qui fait le mal vive peu et soit sans gloire; que l'envieux ne détruise pas le laboureur ni les troupeaux vivants.
15. Je demande que vous donniez au roi pur du peuple saint des villes des provinces abondantes, des places publiques étendues, ô vous Ahouramazda, qui êtes pur et agissant!
16 Commentsera-t-on pur? comment vivra-t-on longtemps; deviendra-t on grand, sage, intelligent? Dites-le-moi : cela ne viendra-t-il pas de la connaissance de la loi, ô pur Ahoura-mazda!
17. Si personne ne s'instruisait et n'écoutait votre parole, ô vous quiètes vivants,le lieu,la rue, la ville, la province, tout passerait au sein de l'inj ustice et de la mort, frappé par le daéva Sadjoum.
18. Le roi qui s'instruit, qui dit vrai dans les mondes purs, ô sage Ahoura-mazda, ayez égard à ce que dit sa langue; et vous, flamme rouge et céleste, donnez-lui des plaisirs purs!
19. Cet injuste, cet impur, qui n'est que daéva dans ses pensées, ce roi ténébreux du Darvand qui ne comprend que le mal, — à la résurrection, il lira l'Avesta, et, adoptant la loi pure, il l'établira dans les demeures mêmes des darvands '.
20. Ahoura-mazda a chargé Khourdad et Amourdad de conduire dans le chemin de la pureté et des bonnes œuvres le roi, le chef pur qui agit avec sainteté, aimant ceux qui mènent une vie céleste.
21. Lorsque l'homme, germe pur, est intelligent et saint de cœur; lorsque le roi lui-même est saint de parole et d'action, ô Ahoura-mazda, donnez aux sept régions du monde, le feu céleste Vadjechté!
1. Ici le prêtre, par une charité exemplaire, appelle la bénédiction sur la téle même du mauvais génie qui, à la consommation des siècles, Unira par être régénéré.
VENDIDAD
Le Vendidad-Sadé était dans l'origine un code de lois, consacré aux prescriptions religieuses et aux purifications légales. Mais, altéré dans la suite des temps et interpolé de beaucoup de manières il a fini par être réuni en un recueil de 22 Fargards ou chapitres de nature différente, qui, s'ils ne présentent plus un ensemble régulier, échappent au moins à la monotonie. En effet les Fargards i et H, débris de traditions cosmogoniques, sont d'un haut intérêt pour la connaissance des origines, des migrations, des croyances des tribus de l'ancienne Asie, chez qui domina le culte d'Auromazd. Le Fargard m concerne surtout l'agriculture, et le Fargard iv diverses pénalités. Ce n'est qu'aux Fargards v à xi que se trouve réellement traitée la question des purifications, si importantes aux yeux de Mazdéyens qui avaient pour les corps morts une horreur superstitieuse que les Indiens, les Égyptiens, les Hébreux, n'ont jamais ressentie. Ils croyaient voir sur eux le stigmate du mauvais génie, dont il fallait s'affranchir à tout prix; et leur croyance très-ferme dans l'immortalité de l'âme ne suffisait pas pour les préserver, à cet égard, d'erreurs déplorables. Les Fargards xm et xiv sont relatifs au traitement des animaux; les Fargards xv à xvu, à plusieurs péchés ou impuretés; le Fargard xvm répond à diverses questions théologiques. Enfin l'attention se Gxe et se concentre sur le Fargard xix, lequel, tout différent des autres, décrit la lutte d'Ahriman contre Zoroastre, qu'il veut d'abord tuer, puis séduire, et par lequel il est victorieusement repoussé. Le prophète attaque alors le mauvais génie avec les armes et les révélations d'Auromazd, dont la plus importante, celle du jugement des ames et de la rétribution des œuvres après la mort, force les daévas consternés à se réfugier dans les enfers. Nous citerons ce curieux chapitre, ainsi que les Fargards xx et xxi, l'un consacré à la mémoire du premier médecin légendaire, l'autre à l'invocation aux astres qui répandent l'abondance. Quant au Fargard xxii, c'est une œuvre de décadence, qui n'a aucune valeur.
Nous puiserons toutes nos citations dans la traduction allemande de M. Spiegel, ainsi que dans ses savantes remarques, auxquelles nous n'ajouterons que quelques réflexions.
FARGARD I.
Ce premier chapitre du Vendidad, débris précieux d'une ancienne cosmogonie, rapporte les traditions légendaires concernant le séjour primitif et les émigrations successives des Iraniens, dont les stations diverses, établies sons la protection d'Auromazd, mais continuellement envahies par Ahriman, le génie du mal, s'étendirent progressivement d'Orient en Occident et les conduisirent de la Bactriane dans la Perse. Beaucoup de ces stations sont devenues incertaines, mais elles n'en offrent pas moins un très-vif intérêt aux investigations de la science, comme le plus antique document .qui constate l'origine des Aryas.
!. Ahoura-mazda dit au saint Zarathoustra:
2. J'ai créé, ô saint Zarathoustra, un lieu, une création de délices, dont rien ne pouvait approcher.
3. Car si je n'avais pas créé ce lieu, cette créaIl. — Bibliothèque Internationai E
tion de délices, dont rien ne pouvait approcher,
4. Le monde entier, doué de corps, serait allé dans l'Airyana-vaéja.
5. J'ai créé le premier et le meilleur des lieux et des séjours, moi qui suis Ahoura-mazda;
6. L' Airyana-vaéja de la bonne création '.
7. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort créa un antagoniste:
8. Un grand serpent et l'hiver que les daévas ont produit.
1. L'Airyana-vaéja, berceau des Aryas Iraniens et Indiens, devait être situé surleBolor, ou Caucase indien, entre les sources du Gihon ou Oxus, et du Pinson ou Sind, qui, d'après l'opinion de M. Obry marquaient avec le Tarim et le Helmend, les limites traditionnelles du Paradis terrestre. On voit qu'ici, comme dans la Bible,le ser pent est l'emblème du génie du mal.(Note de M. Eichhoff.
8
9. Les mois d'hiver y sont au nombre de dix, et les mois d'été de deux.
10. Et ceux-ci sont froids sur l'eau, froids sur la terre, froids sur les arbres.
11. Ensuite, c'est au milieu de la terre, c'est au cœur de la terre,
12. Que pénètre l'hiver; c'est alors que survient le comble du mal;
13. J'ai créé le second et le meilleur des lieux, et des séjours, moi Ahoura-mazda;
14. Gâu, la demeure de Sougdha '.
15. Alors Âgra-mainyous,qui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
1G. Une guêpe qui est mortelle pour les troupeaux et pour les champs.
17. Je créai le troisième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda;
18. Mourou, le saint, le sacré *.
19. Alors Agra-mainyousqui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
20. Des discours pernicieux.
21. Je créai le quatrième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda;
21. Bakdhi, la belle avec ses hauts drapeaux s.
23. Alors Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
24. Des animaux carnassiers.
25. Je créai le cinquième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda;
26. Nisa, qui est entre Mourou et Bakdhi *.
27. Alors Agra-mainyous, qui est plein de mort lui créa un antagoniste:
28. Le doute, l'incrédulité.
29. Je créai le sixième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda;
30. Haroyou, qui est riche en maisons
31. Alors Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
32. La paresse et la pauvreté.
33. Je créai le septième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda;
34. Vaékereta, la demeure de Doujak ,;.
1. Gàu Soughda, la terre de Sogdiane.
2. Mourou, le pays de Merwan.
3. Bakdhi, Ualkh, capitale de la Iiactrian», une des plus anciennes villes du monde.
4. Nisa, ville dont on ignore le site exact, quoiqu'il en ait existé plusieurs du même nom, et entre autres dans
la Margiane.
5. Haroyou, identique au Hérat actuel.
6. Vaékereta ou Doujak, localité incertaine, peut-être dans le Caboul.
35. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
36. Une Pairika appelé Khnanthaiti, qui s'attacha à Kereçaspa.
37. Je créai le huitième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda;
38. Urva qui est rempli de pâturages '.
39. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
40. La souillure fatale.
41. Je créai le neuvième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda;
42. Khnenta, la demeure de Vehrkana *.
43. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui créa un antagoniste;
44. Des vices infâmes et contre nature
45. Je créai le dixième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda:
46. La belle Haraquaiti ».
47. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
48. Des pratiques coupables et impures, l'ensevelissement des cadavres.
49. Je créai le onzième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda;
50. Haétumat, le brillant, l'éclatant *.
51. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
52. Le péché des Yàtous.
53. C'est le signe auquel on le reconnaît;
54. C'est leur indice certain;
55. Partout où ils viennent, les Yàtous donnent la mort.
56. On se livre facilement aux Yàtous.
57. Mais alors ils se manifestent pour donner la mort
58. Et pour frapper le cœur.
59. Je créai le douzième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda;
60. Raga, qui contient trois châteaux.
1. Urva, la vaste, localité incertaine.
2. Khnenta, dans Vehrkana, semble représenter te Gurgan des Arabes.
3. Haraquaiti, correspond à l'Arachosie, nommée en vieux persan Harauwali.
4. Haétumat représente le fleuve Helmend, qui coule vers la Perse. Les Yatous, mauvais génies, portent le même nom en sanscrit, et leurs pratiques semblent correspondre à celles des Thugs actuels.
5. Ragha, ville de Mu.lie, près du mont Caspios maintenant Rei.
115
61. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
62. Le doute coupable et pleiu d'orgueil.
63. Je créai le treizième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Alioura-mazda;
64. Chakhra, la forte 1.
65. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
66. Des pratiques coupables et impures, le brùlement des morts.
67. Je créai le quatorzième et le meilleur des lieux et séjours, moi Ahoura-mazda;
68. Varénaaux quatre coins -.
69. C'est dans elle que naquit Thraetaono qui étrangla le serpent Dahaka.
70. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort lui créa un antagoniste:
71. Des signes funestes et des maux fâcheux.
72. Je créai le quinzième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda;
73. Hapta-liendou 5.
74. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui créa un antagoniste:
75. Des signes funestes et une chaleur mauvaise.
76. Je créai le seizième et le meilleur des lieux et des séjours, moi Ahoura-mazda,
77. A l'occident de Ragha *,
78. Où le peuple se gouverne sans rois.
79. Mais Agra-mainyous, qui est plein de mort, lui suscita un antagoniste:
80. L'hiver qui fut produit par les daôvas, et la gelée qui souilla le pays.
81. Il existe encore d'autres lieux, d'autres séjours, des plaines et des pays (divers)5
1. Chakhra, localité incertaine.
2. Yaréna, la carrée, qu'on place généralement dans le Tabaristan , passait pour la patrie de Threla, le génie légendaire de la médecine.
3. Hapta-hendou, en sanscrit Sapta-sindhou, le pays de l'Indus et de ses affluent'-.
4. A l'occident de Ragha, ville différente de la précédente, et que l'on interprète par Hum.
3. C'est ainsi que se termine ce document si digne d'intérêt; dans lequel on voit apparaître, comme à travers un prisme, les stations primitives des Iraniens dans leur émigration d'Orient en Occident
FARGARD II.
Ce second chapitre se rattache au premier par sa tradition légendaire sur l'Airyana-vaéja, l'Asie primitive, le paradis des Iraniens, dont Auromazd assure la possession à Yima fils do Vivaghao, lequel, dans l'histoire des Perses devint Djcm-chid, leur premier roi. Ce domaine, qui d'abord s'étendait à l'infini, est menacé des rigueurs de l'hiver, suscitées par le génie du mal; et Yima, d'après l'ordre d'Auromazd, restreint alors dans des limites précises le séjour futur des élus, dont le législateur sera Zoroastre.
1. Zarathoustra demanda à Ahoura-mazda : « 0 toi, saint et céleste créateur de tous les êtres corporels, toi très-pur:
2. Quel est le premier des hommes avec lesquels tu t'es entretenu, ô Ahoura-mazda?
3. Si ce n'est avec moi; à qui as-tu enseigné la loi qui vient d'Ahoura et qui est celle de Zarathoustra? »
4. Alors Ahoura-mazda répondit : C'est avec le bel Yima, celui qui était a la téte d'un peuple digne d'éloges '.
5. C'est avec lui que je me suis entretenu la première fois parmi les hommes, moi Ahouramazda.
6. Avant toi, en m'entretenant avec lui, je lui ai enseigné la loi qui provient d'Ahoura, celle de Zarathoustra.
7. Et je lui dis, moi Ahoura-mazda:
8. Écoute-moi, ô Yima, brillant lils de Vivaghao; c'est toi qui dois méditer et porter ma loi.
9. Alors le brillant Yima me répondit:
10. Je ne puis être celui qui conçoit, celui qui enseigne, celui qui médite, celui qui porte la loi.
11. Alors je lui parlai, moi Ahoura-mazda:
12. Si tu neveux pas m'obéir, Yïma, en devenant celui qui enseigne et qui porte la loi;
13. Alors veille sur les mondes qui sont à moi; rends mes mondes fertiles. Obéis-moi en qualité de protecteur des mondes; nourris-les et veille sur eux.
14. Alors le brillant Yima me répondit:
15. Je veillerai sur les mondes qui l'appartiennent, je rendrai tes mondes fertiles ; je t'obéirai comme protecteur des monde3, chargé de les nourrir et de veiller sur eux.
1. Yima, ûls de Vivaghao, correspond exactement à Yama, fils de Vivasvat, le soleil; type de la justice chez les Indiens, comme son frère Manou est le type do l'intelligence. (Note de M. Eichlioff.)
1C. Mais que, pendant ma domination, il n'y ait ni vent froid, ni chaleur ardente, ni consomption, ni mort.
17. Alors je lui apportai les armes de la victoire, moi Ahoura-mazda.
18. Une lance d'or, et un dard forme d'or. H. Yimaestlà pour maintenir la souveraineté.
20. Trois cents districts furent donnes à Yima pour domaine.
21. Cette terre, pleine de bestiaux, d'animaux et d'hommes, de chiens, d'oiseaux et de feux rouges et brûlants, fut à lui.
22. Mais les bestiaux, les animaux et les hommes ne trouvèrent pas de place pour eux.
23. Alors six cents districts furent cédés à Yima, pour qu'il y régnât.
24. Cette terre pleine de bestiaux, d'animaux et d'hommes, de chiens, d'oiseaux et de feux rouges et brûlants fut à lui.
25. Les bestiaux, les animaux et les hommes ne trouvèrent pas de place pour eux.
26. C'est pourquoi neuf cents districts furent donnés à Yima pour qu'il y régnât.
27. Cette terre, pleine de bestiaux, d'animaux et d'hommes, de chiens, d'oiseaux et de feux rouges et brûlants fut à lui. Les bestiaux les animaux et les hommes ne trouvèrent pas de place pour eux.
28. Alors je parlai à Yima, et je dis : Yima, Gis brillant de Vivaghao:
29. Cette terre est pleine de bestiaux, d'animaux et d'hommes, de chiens, d'oiseaux et de feux rouges et brûlants.
30. Les bestiaux, les animaux et les hommes ne trouvent pas de place pour eux.
31. Alors Yima s'éleva jusqu'aux étoiles, vers le midi, sur la route que suit le soleil.
32. Il frappa cette terre avec sa lance d'or;
33. 11 la fendit avec son dard.
3i. Et il parla ainsi : 0, Spenta Annaiti, écoutemoi avec bienveillance.
35. Avance, et partage-toi selon ma prière;
3G. Toi qui produis les bestiaux, les animaux et les hommes!
37. Yima marcha sur cette terre qui s'était partagée, et qui était devenue d'un tiers plus vaste qu'auparavant.
38. Yima marcha sur cette terre qui s'était partagée, et qui était devenue de deux tiers plus vaste qu'auparavant.
39. Yima marcha sur cette terre qui s'était
partagée et qui était devenue de trois tiers plus vaste qu'auparavant.
40. Dans cette région s'étendirent les bestiaux, les animaux et les hommes,
41. A leur guise, à leur volonté, et selon leur désir.
42. Alors Ahoura-mazda, le créateur, convoqua l'assemblée des Yazatas célestes, lui glorieux dans l'Airyana-vaéja créé pur '.
43. Le brillant Yima convoqua la noble assemblée des hommes les plus vertueux, lui glorieux dans l'Airyana-véja créé pur.
44. A cette réunion vint Ahoura-mazda, le créateur, avec les Yazatas célestes, lui glorieux dans l'Airyana-vaéja.
45. A cette réunion vint aussi le brillant Y'ima, avec le noble cortège des hommes vertueux, lui glorieux dans l'Airyana-vaéja.
40. Alors Ahoura-mazda parla à Y'iraa: Yima lils de Vivaghao:
47. Les maux de l'hiver peuvent frapper les créatuivs revêtues d'un corps.
48. Un hiver rude et pernicieux peut survenir.
49. Les maux de l'hiver peuvent frapper les créatures revêtues d'un corps.
50. La neige pourrait tomber en grande abondance,
51. Sur les cimes des montagnes, sur les penchants des hauteurs.
52. 0 Yima, écarte les bestiaux de trois endroits:
53. Lorsqu'ils se trouvent dans des lieux où le danger est imminent,
54. Lorsqu'ils sont sur le sommet des montagnes,
55. Lorsqu'ils sont dans les profondeurs des vallées;
50. Conduis-les dans des demeures plus sûres.
57. Avant cet hiver le pays a porté des herbages;
58. Devant coulent les eaux; derrière est la fonte de la neige.
1. Après le règne do l'âge d'or qu'on a va s'étendre sur la terre, l'accroissement immense de la population fait prévoir à Alioura-mazda des influences funestes qui doivent être conjurées. De là cette réunion imposante où le dieu suprême accompagné des Yazatas ou Izeds, bons génies, ordonne à Yima, qu'accompagnent ses âmes vertueuses, de restreindre le séjour des justes dans des li! mites déterminées, qui, pourvues de toutes choses excellentes, constitueront désormais le Paradis.
59. Des nuages pourraient couvrir le lieu habité par des êtres doués de corps,
60. Où l'on ne verrait que les pieds du grand et du petit bétail.
61. Trace donc, ô Yima, une enceinte ayant, sur chacun de ses quatre côtés, la longueur de la course d'un cheval.
62. Apportes-y les germes des bestiaux, des animaux de trait et des hommes, des chiens, des oiseaux,et du feu rouge et ardent;
63. Trace une enceinte semblable à quatre côtés pour servir de demeure aux hommes;
64. Trace une enceinte semblable à quatre côtés pour servir de demeure aux vaches qui donnent du lait;
65. Rassembles-y les eaux sur une étendue d'un hathra;
66. Fais-y habiter les oiseaux.
67. Dans ce lieu couleur d'or, où la nourriture ne manque jamais;
68. Fixes-y toi-même ta demeure;
69. Places-y des étages, des colonnes, des cours, et des clôtures.
70. Apportes-y les germes de tous les hommes et de toutes les femmes;
71. Ceux qui son t.sur cette terre,les plus grands, les meilleurs, les plus beaux.
72. Portes-y les germes des animaux de toute espèce,
73. De ceux qui, sur cette terre, sont les plus grands, les meilleurs, les plus beaux.
74. Portes-y les germes de toutes sortes d'arbres,
75. De ceux qui sont, sur cette terre, les plus élevés et les plus savoureux.
76. Places-y les germes de tous les aliments,
77. De ceux qui sont, sur cette terre, les plus doux et les plus odorants.
78. Place-les tous par couples et qu'ils soient inépuisables,
79. Ainsi que les humains réunis dans cette enceinte.
80. Qu'il n'y ait là ni discorde ni contestation.
81. Ni antipathie, ni inimitié,
82. Ni misère, ni fausseté,
83. Ni pauvreté, ni maladie,
84. Ni dents aiguës dépassant la mesure,
85. Ni difformité corporelle,
86. Ni aucun autre des signes d'Agramainyous, dont il a frappé les hommes.
87. Construis neuf ponts dans les hautes localités,
88. Six dans les moyennes, trois dans les basses.
89. Sur les ponts supérieurs.apporte les germes de mille hommes et femmes;
90. Sur ceux du milieu les germes de six cents; sur ceux d'en bas, les germes de trois cents.
91. Conduis-y avec la lance d'or ceux qui sont dans l'enceinte.
92. Élève une haute tour, et fais-y une une fenêtre qui éclaire toujours d'elle-même.
93. Yima pensa alors : « Comment puis-je tracer un cercle conformément aux recommandations d'Ahoura-mazda?
94. Ahoura-mazda lui dit alors : Yima, fils brillant, de Vivaghao,
95. Foule cette terre avec tes talons, frappe-la avec tes mains.
96. De même que les hommes le font sur la terre habitée »
97. Yima traça alors une enceinte ayant, sur chacun de ses quatre côtés, l'étendue d'une course de cheval.
98. Il y apporta les germes des bestiaux, des animaux de trait, et des hommes, des chiens, des oiseaux, et du feu rouge et ardent.
99. Yima fit ensuite une autre enceinte semblable, à quatre côtés, pour la demeure des hommes.
100.11 en fit une autre semblable, à quatre côtés, pour la demeure des vaches qui fournissent du lait.
101. Il y réunit les eaux sur une étendue d'un hathra.
102. Il fit habiter les oiseaux en cet endroit.
103. Dans le lieu constamment de couleur d'or,
104. Il éleva une habitation,
105. Des étages, des colonnes, des cours et des clôtures.
106. Il y apporta des germes de tous les hommes et de toutes les femmes,
107. De ceux qui, sur la terre, sont les plus grands, les meilleurs, les plus beaux.
108. Il y apporta des germes de toutes espèces d'animaux,
100. De ceux qui, sur la terre, sont les plus grands, lus meilleurs, les plus beaux.
110. D y apporta des germes de tous les arbres,
111. De ceux qui sur la terre, sont les plus élevés et les plus odorants.
112. Il y apporta des germes de tous les aliments.
113. De ceux qui, sur la terre, sont les plus doux et les plus savoureux.
114. 11 les y apporta tous par couples, de manière à ce qu'ils ne pussent point périr.
115. Parmi les hommes qui étaient dans cette enceinte,
116. Il n'y avait ni querelle ni dissension,
117. Ni antipathie ni inimitié,
118. Ni misère ni fourberie,
119. Ni pauvreté ni maladie,
120. Ni dents dépassant la mesure,
121. Ni difformité corporelle.
122. Ni aucun des signes qui sont d'Agramainyous, et qu'il a marqués sur les hommes.
123. Il fit neuf ponts dans les hautes localités.
124. Six dans les moyennes, trois dans les basses.
125. 11 apporta sur les ponts supérieurs les germes de mille hommes et femmes.
126. Sur les ponts du milieu les germes de six cents, et sur ceux d'en bas les germes de trois
ents.
127. Il y conduisit avec la lance d'or ceux qui étaient dans l'enceinte.
128. 11 lit autour de cette enceinte une muraille élevée, une tour et une fenêtre qui donnait de la lumière à l'intérieur.
129. « Créateur des êtres pourvus de corps, et purificateur!
130. De quelle espèce sont les lumières, ô saint Ahoura-mazda, qui éclairent l'enceinte que Yima a tracée? »
131. Ahouramazda répondit : Ce sont des lumières spontanées, et des lumières créées, dans un ordre régulier.
132. On voit les étoiles, la lune, le soleil suivre ensemble le même cours.
133. Ils comptent pour un jour ce qui est une année.
134. Tous les quarante ans, il naît de ce couple humain, un couple de créatures, un enant maie et un enfant femelle.
135. Il en est de môme des espèces des animaux.
136. Ces humains mènent la vie la plus belle dans l'enceinte que Yima a faite.
137. « Créateur des êtres doués de corps, purificateur!
138. Qui a développé la loi inazdéycnnc dans celte enceinte que Yima a faite? »
139. Ahoura-mazda répondit : 0 saint Zarathoustra, c'est l'oiseau Karchipta '.
140. « Créateur des êtres doués de corps, purificateur ,
141. Quel en est le seigneur et le législateur? >
142. Ahoura-mazda répondit:
143. C'est Urvatat Naro, et toi, ô Zarathoustras!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire