vendredi 30 septembre 2022

Völuspá, 48

 Qu'en est-il des Ases? Qu'en est-il

des Elfes? Tout Jötunheim gronde,

et les Ases tiennent conseil; les Nains

gémissent devant leur porte de

pierre, et ils désignent les falaises.

"En sais-tu davantage?"


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html




jeudi 29 septembre 2022

The Principle of Polarity

 The Principle of Polarity


The most important of  principles, and the key to understanding the energy relationships of Yggdrasil, is the concept of polarity. 


In some current magical circles this term is used to refer to the forces behind human sexuality, and this is appropriate in a sense: the principle of polarity certainly underlies sex, as it does any interaction between opposites. 


Sex alone, though, is only one rather small aspect of the whole field of polarity processes.


The essential idea behind the principle of polarity is that anything in the universe can be understood, in magical terms, as an energy relationship between two opposed forces, resulting in a third, balanced force. 


In this relationship, one of the forces is typically a centripetal force - that is, it tends to bring the things affected by it together, to a common center - while the other is typically a centrifugal force, and tends to drive the things affected by it away from one another. 


The balance and relationship between these forces determines the shape and direction of the resulting force of balance.


For instance, your physical body is formed through an interaction between the force of biological growth and that of death and decay, the interplay between these two produces a third force, which we call "life."


Similarly, a group of people who come together to practice magic create an interaction between their mutual interest, on the one hand, and the divisive forces of their personal needs and goals, on the other; the fusion of these two may produce an egregor or group personality that harmonizes the group, or it may generate quarrels and divisive forces that split the group apart-and both of these outcomes involve, each in its own way, the establishment of balance.


It's important to understand what the definition given above does not say. 


Anything in the universe can be seen as a polarity relationship, but that does not mean that everything must be seen in this way, or that no other way is useful to the Wotanist.


Quite the contrary! Yggdrasil is full of different, overlapping models and metaphors for the universe precisely because different conceptual tools work best to understand different parts of the universe, and make sense of different kinds of practical work. 


Like the small boy who was given a hammer for his birthday and decided that everthing in the world needed hammering, or like the proponents of modern science who try to fit all human experience to a model developed to make sense of physics, it's all too easy to mistake a metaphor's usefulness in one area for evidence that the metaphor should be applied everywhere - or, worse yet, for proof that the metaphor is somehow "true." 


Just as with the boy - or the scientists - the result of this sort of approach is usually a mess.


At the same time, the metaphor of energy and the model of polarity together form one of the most useful tools in the Wotanist's mental kit.


https://t.me/yggdrasil1488/61

Climbing Yggdrasil

 🪙 — In Erda (Physical World) the Tree is planted and cultivated by the senses. 

Its design is seen with the eye and its colours appreciated. Wherever we see those colours we should think of the Heims concerned. 


We can smell the perfumes of the Tree, and touch its form-attributions. Our ears should be trained to classify sounds and speech appropriately. All this can be worked into ritual practices.


⚔️ — In Sindri (Mental World) there is an enormous field of work to be done with the Tree. We can study its philosophy, perceive and solve its problems, consider its patternpossibilities, and learn one by one the lessons presented to an intelligent pupil by its ordered arrangements. There are no known ends to its mental stimuli or the answers arrived at.


🏆 — In Brimir (Soul World) the Tree is approached on the ethical and moral level as a code of conduct and standards embodying the highest principles to be found by a seeking soul. Here we learn the laws of living in harmony and balanced relationship with all Being and beings.


🪄  — In Gimlé (Spirit World), the Tree takes on the aspects of the Living God. Here we approach the Tree with worship, devotion, prayer, and sheer joy of contact with extensions of the Supreme Spirit : Wotan riding Sleipnir.


It must be emphasised heavily, however, that the Tree, wonderful as it may be, is a means and not an end. It is not in itself an object for worship or some idol for superstitious reverence. Yggdrasil is a means, a method, a map, and a mechanism, for assisting the attainment of the single objective common to all Creeds, Systems, Mysteries, and Religions, namely the Mystical Union, the Yoga of Human and Divinity in the Great ATONEMENT.


With this Eternal End in view, let us commence climbing Yggdrasil.


https://t.me/yggdrasil1488/55

Völuspá, 47

 Le haut frêne nommé Yggdrasil

frisonne, le vieux tronc gémit, et le

Géant se libère; tous tremblent sur

la route de Hel car Surt vient pour

incendier l'arbres.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html





mercredi 28 septembre 2022

Völuspá, 46

 Les fils de Mimir s'agitent, l'axe du

monde est en feu et Gjallahorn

retentit; Heimdall souffle fort dans

le cor dressé, pendant qu'Odinn

consulte la tête de Mimir.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html


-


L'axe du monde : Yggdrasil

Gjallahorn : Cor retentissant






lundi 26 septembre 2022

Völuspá, 45

 Les frères vont s'entre-tuer et les

parents vont commettre l'inceste; le

mal sera sur Terre, l'adultère répandu

- temps des haches et temps des

épés -, les boucliers seront fendus

- temps des tempêtes et temps des

loups -, jusqu'a ce que s'effrondre le

monde; nul n'épargnera la vie de son

semblable.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html





dimanche 25 septembre 2022

Magick Carpets Sensory Deprivation and Entheogenic Ceremonial Magick

 

Magick Carpets Sensory Depr... by H_Wotan

Völuspá, 44

 Garm aboie rageusement devant

Gnipahellir, sa chaîne va se rompe,

le vorace va bondir, je sais beaucoup,

je prédis l'avenir, et je vois le pénible

destin des dieux victorieux.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html


-


Gnipahellir : Vaste caverne, entrée du Helheim, le royaume des morts.






jeudi 22 septembre 2022

Völuspá, 43

 Au-dessus des Ases chante

Gullinkambi, qui éveille les

guerriers d'Herjafodr; mais un

autre coq chante sous terre, il est

rouge de suie et vit dans les halles

de Hel.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html


-


Gullinkambi : le coq Crête d'or

Herjafodr : Odinn, Père des guerriers





mardi 20 septembre 2022

Völuspá, 42

 Assis sur un tertre funéraire et

jouant de la harpe, se tient le joyeux

Eggthér, le berger des sorcières;

au-dessus de lui, et sur le bois de la

potence, chante le coq vermeil qu'on

nomme Fjalar.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html





lundi 19 septembre 2022

Völuspá, 41

 Il engloutit les âmes des hommes

voués à la mort, souille de sang

pourpre la demeure des dieux;

noirs seront les rayons du Soleil des

prochains étés, imprévisibles toutes les

tempêtes.

"En sais-tu davantage?"


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html




samedi 17 septembre 2022

Völuspá, 39

 Elle y voit, embourbés dans d'épais

courants, les hommes parjures, les

meurtriers, et ceux qui séduisirent

les femmes d'autrui. Là, Nidhögg

aspire le sang des cadavres, et le loup

dépèce les hommes.


"En sais-tu davantage?"


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html


Nidhögg : Celui qui frappe par en bas.




mardi 13 septembre 2022

Introduction to the Cabala (Zev Ben Shimon Halevi)

 

Introduction to the Cabala ... by H_Wotan

Le Skírnismál (Dits de Skírnir)

 Le Skírnismál (Dits de Skírnir)


Un jour, Frey s'installe sur Hlidskjálf, le siège depuis lequel Wotan observe les 9 mondes. En jetant un coup d'oeil sur le Jotunheim, il aperçoit Gerd, une belle géante et en tombe follement amoureux. Nord et Skadi convoquent Skirnir, le serviteur de Frey pour savoir ce qui tracasse Frey. Ce dernier lui parle de Gerd et lui demande d'aller au Jotunheim demander la main de la belle jotunn. Il lui donne sa fameuse épée qui se bat toute seule. Une fois Skirnir arrivé chez Gerd, il lui promet des cadeaux somptueux : des pommes d'or, l'anneau qu'Odin fit poser sur le bûcher de Balder. Gerd refuse tout. Skirnir passe alors à un autre registre : il menace de la décapiter, puis de la battre à coups de bâton. Cela ne marche pas. Alors, Skirnir va passer à la magie noire. Il se met à incanter des sorts, puis graver des runes. Gerd cède et promet à Skirnir de retrouver Frey dans 9 nuits. Skirnir retourne enfin chez Frey et lui rapporte la bonne nouvelle.


Passons à l'étude des mystères. Tout d'abord, Frey lorsqu'il s'installe dans le siège de Wotan, commet une grave faute, que les Grecs anciens nommaient "hybris" (la démesure inconsidérée). Frey, en tant que dieu de la fertilité se rattache à la fonction indo-européenne de la productivité, liée à la paysannerie, alors que Wotan représente la fonction sacerdotale et royale, qui est au sommet. D'entrée, Frey, dieu lié à la Nature, ne respecte pas l'ordre social naturel. En effet, lorsque vous mettez sur le trône, une personne qui n'est pas naturellement de la bonne caste, cela se traduit par des catastrophes. En France, par exemple, ce sont des thralls (domestiques - hors caste) qui gouvernent le pays. D'autre part, Wotan est le seul à avoir le niveau spirituel pour jouir d'une vue aussi vaste du monde sans abîmer ses yeux. Frey, parce qu'il a une sexualité insatiable, perd la raison à la simple vue d'une belle géante. Être sur Hlidskjálf suppose une grande maîtrise de soi, que ne peut obtenir qu'un grand ascète. Pour avoir une infime idée de la folie qui pourrait s'emparer de nous sur Hlidskjálf, il suffit de passer quelques heures sur Twitter ou devant une chaîne d'infos en continu. La quantité d'informations sur le monde déglingue le cerveau et les gens qui y passent trop de temps finissent par devenir tarés. Hlidskjálf, c'est la même chose, mais pour 9 mondes.


En proie à son émotion, Frey est prêt à tout pour obtenir la main de Gerd. Il va donc céder son épée magique qui combat toute seule à Skirnir, afin qu'il accomplisse sa mission. Il va ainsi se priver de l'arme qui lui aurait permis de tuer facilement le géant de feu, Surt (le Noir ou le basané, en vieux-norrois) au Ragnarok. Et pire, selon l'universitaire islandais, Sigurður Nordal, l'épée de Frey serait tombée entre les mains de Surt. Cela montre que l'homme, sous le coup de l'émotion, est désarmé. C'est encore une loi naturelle contenue dans l'Edda et qui se vérifie malheureusement dans l'actualité. On vous montre la photo d'Aylan Kurdi, mort sur une plage ; après, c'est "Refugees welcome" ; et enfin, vous vous faites buter par Salah Abdeslam Surt, au Bataclan, parce que les flux migratoires ont été ouverts de la Syrie de l'État Islamique à Paris sous prétexte humanitaire et que nos ennemis en ont profité.


Le dernier point à voir est la magie noire utilisée contre Gerd. Comme nous l'avons vu, la géante refuse de céder aux cadeaux ou menaces de Skirnir. Nous pouvons penser que celle-ci pressent la catastrophe de cette union, avec un Frey qui a perdu tout moyen de combattre Surt, alors que celui-ci est un excellent parti. Des femmes, selon l'Edda, ont des dons de voyance. Ce sont les volva. Gerd l'est peut-être. Skirnir, par sa magie, va forcer l'orlög (le destin) pour garantir une union qui ne devait pas avoir lieu et qui était contre-nature. Outre la perte de l'épée de Frey, le fruit de cette union sera Yngvi, le dieu des meurtriers, du sang et des cadavres, amant de Hel qui l'incitera à tuer Frey au Ragnarök,comme le raconte Saxo Grammaticus.


https://t.me/BibliothequePaienne/47


Alors que Frey et Gerd sont des parents prestigieux, ils enfantent le cas social suprême. Les Eddas et sagas nous enseignent que le héros véritable affronte son destin dans un baroud d'honneur, conformément à l' "amor fati"de Nietzsche (l'acceptation totale de sa destinée). Frey, par Skirnir, reprogramme le destin, ce qui aura des conséquences tragiques. Le retour karmique sera brutal et violent. Cela confirme les avertissements des praticiens de la magie au sujet de la magie noire. Son usage vous expose à un violent retour.


L'Edda confirme ici qu'il y a un ordre naturel, que cela plaise ou non. Si celui-ci est violé, vous aurez chez vous Surt Lives Matter et Yngvi, avec son cortège d'Algériens ou d'Érythréens, adeptes des coups de couteau.


https://t.me/BibliothequePaienne/48

Völuspá, 38

 Elle voit une autre halle nommée

Naströnd : elle est très éloignée

du Soleil et ses portes font face au

nord; des gouttes de poison s'écoulent

des lucarnes, et les murs sont tressés

d'échines de serpents.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html


-


Naströnd : Rive des cadavres




dimanche 11 septembre 2022

Völuspá, 37

 Au Nord, à Nidavellir, se dresse la

halle d'or des proches de Sindri;

et à Okolnir se tient la brasserie du

Géant appelé Brimir.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html


-



Nadavellir : Vallées sans clair de Lune

Les proches de Sindri : la race des Nains




jeudi 8 septembre 2022

mercredi 7 septembre 2022

A Kabbalistic Universe (Z’Ev Ben Shimon Halevi)

 

A Kabbalistic Universe (Z’E... by H_Wotan

La Hymiskviða ("Chant de Hymir")

 La Hymiskviða ("Chant de Hymir")


Après une longue chasse, les dieux se retrouvent assoiffés lors de leur repas. Ils lancent alors des bâtons ensanglantés pour savoir comment résoudre ce problème de soif qui les oppresse. Au passage, on notera que la divination se faisait avec des bâtons et non avec des runes, comme on le croit aujourd'hui. Ils apprennent ainsi qu'Aegir possède des chaudrons pour brasser de la bière. Thor, énervé par sa soif, lui ordonne de façon peu diplomatique de produire la bière pour les dieux. Vexé, Aegir fait la promesse qu'il brassera la bière des dieux à condition de lui apporter un immense chaudron. Tyr propose d'aller prendre un chaudron chez son père, le géant Hymir. Celui-ci en possède un assez grand, d'1 mille de profondeur, soit plus de 1800m. Pour désaltérer les Ases, il faut donc leur préparer l'équivalent d'un lac, mais en bière. Contre sa volonté, Hymir est obligé d'accueillir Tyr et Thor. C'est la loi de l'hospitalité. Pour donner le change, Thor va aider Hymir à l'occasion d'une partie de pêche. L'objectif est d'obtenir le chaudron, mais Thor veut aussi en finir avec son pire ennemi Jormungand. Le dieu guerrier parvient à hameçonner le serpent géant et le frapper, mais, comme nous l'apprend Snorri dans la Gylfaginning, le jotunn a coupé la ligne de Thor. Ils reviennent à terre et Hymir explique à Thor que son exploit en mer ne suffit pas à prouver sa valeur et qu'il doit se soumettre à un défi : il doit briser la coupe du jotunn qu'aucun matériau ne peut endommager. C'est un défi impossible en apparence. Mais, Frilla, la mère de Tyr, va leur donner une astuce précieuse : il faut fracasser la coupe sur la tête extrêmement dure d'Hymir. Thor réussit ainsi et parvient à emporter le précieux chaudron. Hymir, mécontent, rameute d'autres géants, ce qui oblige Thor à faire usage de son Mjollnir. Les deux Ases rentrent chez eux après avoir réussi leur quête.


Il existe deux versions de la visite de Thor chez Hymir : celle de l'Edda Poétique, qui insiste sur la quête du chaudron, et celle de Snorri (Gylfaginning 48), centrée sur le duel entre Thor et Jormungand.


Nous allons analyser les différents mystères contenus dans ce récit.


D'abord, nous apprenons que la boisson importe plus que la nourriture chez les dieux. Le manque de boisson leur est extrêmement pénible. Si on jette un coup d'oeil sur les mythologies européennes, il est commun de voir les dieux et déesses préférer la boisson à la nourriture. Les dieux Olympiens ne se nourrissent que de nectar et d'ambroisie, la boisson divine. Zeus a même refusé la portion de viande, lors du partage de Prométhée, pour la laisser aux hommes. Wotan ne se nourrit que de vin à la Valhöll et d'hydromel chez Saga. Thor et les dieux mangent de la viande, mais cela les nourrit moins bien que l'alcool. La bière et l'hydromel ont la couleur de l'or et il semble que, dans les Eddas, l'alcool représente l'énergie divine. Les dieux peuvent en boire des quantités prodigieuses, alors que les autres être sont limités. Le géant Hrungnir ne tient pas l'alcool et devient d'une insolence extrême. Wotan déconseille aux hommes de trop boire dans le Havamal. Plus un être est soumis à la matière, plus il doit s'alimenter avec de la nourriture solide ; plus un être est élevé dans la hiérarchie divine, moins il se nourrit de viande et peut boire énormément.


Le deuxième mystère surprenant est l'origine 100% jotunn de Tyr, alors que son nom a la même racine indo-européenne que Zeus (Ziu), qu'il est le dieu du ciel et de la guerre juste, que "Tyr" en vieux-norrois signifie "dieu" et enfin que Snorri dans le Skaldskarpamal 9 signale que Tyr est surnommé "fils d'Odin". Tout cela nous paraît contradictoire. On peut penser que Tyr était un jotunn tellement méritant qu'il a été promu au rang des Ases, au point d'avoir été adopté par Odin. On voit dans ce poème qu'il renie sa famille. C'est le mystère de l'âme noble qui naît chez des cas sociaux afin de s'élever très haut.


https://t.me/c/1660238192/44


Le parcours de Tyr est plus remarquable que celui de Balder, qui est né de Wotan et de Frigg, ce qui lui vaudra de descendre au Helheim. Tyr s'élève, quand Balder descend. Nous avons des exemples de ce genre dans le réel, comme David Lane, l'un des plus grands wotanistes américains. Né dans une famille extrêmement misérable, obligé de faire les poubelles, enfant, condamné à tort et mort en prison, il nous a donné les "14 words" après avoir lu l'Edda. La voie de Tyr, c'est sortir de la poubelle white trash, donner sa main à Fenrir et s'entretuer avec le chien Garm. Tyr, c'est le guerrier ultime, le samouraï qui sacrifie sa vie, le contraire du gendarme ou du soldat qui va mourir bêtement au Sahel.


Le dernier mystère est celui de Samhain. Le poème se termine, en effet par : "et pour chaque nouvel automne, les dieux s'enivrent de la bonne bière dans la halle d'Aegir". Le festin de Samhain est le moment où les dieux se rechargent en énergie.  Samhain, chez les Celtes, ou Alfablot, chez les nordiques, était le moment qui correspondait au début de la période sombre de l'année et où les voiles entre les mondes sont les plus fins. C'est le moment idéal de se recharger en énergie à l'image des dieux en festoyant. Ce festin de Samhain a été gravement profané par Loki, lors de la Lokasenna, comme nous le verrons à l'occasion de l'étude de ce poème. Encore une fois, une fête païenne célébrant la vie, a été subvertie par le judéo-christianisme en culte de la mort avec la Toussaint.


https://t.me/c/1660238192/45

Le Hárbarðsljóð (en français, le Lai de Hárbardr ou le Lai de Barbe-Grise)

 Le Hárbarðsljóð (en français, le Lai de Hárbardr ou le Lai de Barbe-Grise)  


Thor revient à pied du Jotunheim et  arrive à un fjord. Il aperçoit, de l'autre côté, un passeur qui dit se nommer Hárbardr (il s'agit de Wotan). Thor le hèle et lui demande de le transporter de l'autre côté du fjord. Le passeur refuse. Une dispute éclate et les deux vont s'échanger des sarcasmes et des noms d'oiseaux. Face à l'inflexibilité du passeur, Thor sera contraint de contourner le fjord à pied. 


Il y a un décalage entre la forme très triviale, car, il s'agit d'un clash très cru (face à Thor qui  étale ses exploits guerriers, Wotan se vante de ses exploits sexuels) et le fond qui est d'une très grande richesse. Si on creuse bien, le poème apparaît comme une allégorie de la spiritualité. Il y a le pratiquant (Thor), le dieu suprême (Wotan) et l'espace entre les deux est matérialisé par un fjord. Les deux rives de l'embouchure d'un fjord peuvent être distantes de quelques centaines de mètres ou de 2 kilomètres, mais sa longueur aller-retour peut atteindre 400 kilomètres. 


Il y a deux types de religion. Vous avez les religions abrahamiques, qui vous font traverser le fjord en bateau sans effort. C'est l'horizontalité la plus pure. Dans le judaïsme, il suffit de naître d'une mère juive. Pour le christianisme, un peu d'eau bénite sur la tête du bébé en fait un chrétien. Et dans l'islam, le père n'a qu'à réciter les 2 lignes de la chahada dans l'oreille du nouveau-né pour qu'il devienne musulman. Avec ces religions de skraelings, il est facile d'aller au paradis et de se rapprocher du dieu. 


Le wotanisme implique, au contraire, d'aller à pied, de faire des centaines de kilomètres et de s'élever vers les hauteurs en prenant des sentiers raides et périlleux. C'est ce qui explique pourquoi le christianisme l'a emporté sur le forn seidr, le paganisme nordique. Les missionnaires chrétiens disaient aux gens du peuple qu'ils auraient droit au paradis, comme les nobles et que les derniers seraient même les premiers. Aux rois, ils disaient que leur pouvoir et légitimité venaient de Dieu, ce qui impliquait que les pires exactions pouvaient se justifier moralement, comme le massacre de 4500 Saxons wotanistes à Verden ou les crimes d'Olaf 1er de Norvège. C'est le bolchévisme avant l'heure : le paradis promis au peuple et le droit absolu du tyran à le massacer, au nom du Bien. A l'inverse, dans une société païenne, le Valhalla n'est réservé qu'à l'élite guerrière et le roi n'avait pas de pouvoir absolu, puisqu'il dépendait du Thing et que ce même Thing pouvait condamner le monarque, s'il était néfaste, à être sacrifié à l'occasion d'un blot, comme nous le rapporte Snorri Sturlusson au sujet du roi suédois Domaldr, dans la Saga des Ynglingar. Je n'ose imaginer le sort qui aurait été réservé à des Macron, Trudeau et consorts dans la Scandinavie antique.


Pour en revenir au poème, nous pouvons remarquer les étapes d'une initiation, où Thor va se faire bizuter et apprendre de Wotan la voie à suivre. D'abord, Thor va se rapprocher de Wotan par des offrandes ("Fais-moi traverser l'eau et je partagerai mon repas avec toi ; je porte un bagage sur mon dos, et tu n'y trouveras pas meilleure nourriture.", strophe 3). Premier refus. Ensuite, il fait état de son pedigree aristocratique ("D'Odinn je suis le fils, de Meili le frère, de Modi, le père, je suis le guerrier des dieux, celui qu'on nomme Thor.", strophe 9). Deuxième refus. Après Thor énumère ses exploits guerriers et là Harbard lui répond outrageusement qu'il préfère courir les jupons, que Thor est cocu, etc. Dans ces échanges, Odin se comporte comme Loki dans la Lokasenna. Mais pourquoi? Odin, en fait, veut donner une leçon à Thor, dont le rare défaut est d'avoir le sang trop chaud. A la strophe 50, Wotan dit à Thor ("Tu retardes ton voyage") puis à la strophe 52 ("Je n'aurais pas cru qu'Asa-Thor  laissât un simple passeur retarder son voyage.")


https://t.me/c/1660238192/31


Cette leçon signifie : dans ta voie spirituelle, tu auras affaire à des sarcasmes lokiens, comme dans la strophe 38, où Harbard dit à Thor "Quelle honte pour toi, Thor, d'avoir combattu des femmes!". Si tu es wotaniste, on va te traiter de nazi, de sale mâle blanc cisgenre et viriliste, mais Odin fait comprendre à Thor que ça ne sert à rien de s'attarder sur des polémiques ou des quolibets. Thor comprend et demande à Harbard quel chemin prendre pour traverser le fjord (strophe 55) et là Wotan semble content que Thor ait compris ("Cette requête me semble honnête, mais ce sera une longue route") et il lui indique la voie spirituelle à suivre dont le résultat sera : "Fjörgyn retrouvera son fils Thor, et elle lui montrera la voie divine pour atteindre les terres d'Odinn" (strophe 56). Cette strophe prouve bien que la route terrestre du fjord est la voie spirituelle qui mène à Wotan. De plus, un fjord ressemble à un énorme serpent. Donc la voie de Thor, c'est de subjuguer le serpent Jormungand. Il doit se perfectionner, car il n'a pu le vaincre chez Utgardaloki et l'a raté lors de la partie de pêche en compagnie de Hymir. Ensuite, quand il l'aura tué, il pourra, par son sacrifice, rejoindre Wotan, qui se sacrifiera dans son combat avec Fenrir. Thor, enfin,  sublimera sa formule à travers Magni et Modi, ses deux puissants fils qui règneront à Gimlé après le Ragnarok. 


En conclusion, ce poème signifie pour les wotanistes modernes qu'il ne faut pas perdre du temps à rester sur la rive du fjord à répondre aux trolls gauchistes ou chrétiens sur internet, à commenter l'actualité sur les dernières bêtises lokiennes ou les sorties de Sandrine Rousseau (les hommes enceints ou les barbecues virilistes) et qu'il vaut mieux étudier l'Edda et des sagas, même si cela suppose d'emprunter des sentiers de montagne difficiles sur des centaines de kilomètres.


https://t.me/c/1660238192/32

Völuspá, 35

 Elle voit, enchaîné sous Hveralundr, un être

sournois semblable à Loki; près de son époux se tient

Sigyn, bien que de son destin elle ne soit pas réjouie.

"En sais-tu davantage?"


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html


-


Hveralundr : Bosquet des chaudrons




jeudi 25 août 2022

Völuspá, 33

Il ne se lava les mains ni ne se

peigna les cheveux, tant qu'au bûcher

ne fut déposé le meurtrier de Baldr; à

Fensalir Frigg pleurait le drame de

la Valhöll.

"En sais-tu davantage?"


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html


-


Il : Vali

Fensalir : Salle des Marais

Valhöll : Halle des Occis




samedi 20 août 2022

The Norse god Ægir - Garsecg

 The Norse god Ægir was known to the Saxons by a another name. Garsecg (Spear Weilder) or may have also been known by the name ”Éagor”.

Apollonaris Sidonius said that when the Saxons would sail they would blood-offer one of every ten prisoners by drowning or hanging him the night before. Ermoldus Nigelus writing about 826 CE said the Danes, the Saxon’s neighbors on the continent, worshipped Neptune. While Neptune may have been Neorth, it is likely that such blood-offerings were to Éagor or Ran as both were the closest thing the ancient Germanics seem to have had in the way of sea Gods. Snorri identifies him with Hlér "the shelterer" and Gymir "Concealer." Gymir was also the name of Gearde (Gerd)'s father, but it is not known if they are one and the same.
In the Eddas, Éagor is portrayed as brewer of the Gods. So could be have been venerated by brewers in yore. The hall in the symbel portrayed in the Lokasenna is Éagor's. The drown were seen as going to his hall, and those that had gold for Ran were treated kindly. Egil after one of his sons drowned, said in his poem Sonatorrek, "Could I have avenged my cause with the sword, the Ale brewer would be no more." Generally though it is Ran and not her husband that is accredited with the taking of life. Her name means "robber," and she was said to have a great net to drag down men. This is not much unlike the nixies of German folklore. Many areas believed that if the river nixies were not given one life a year, they would take one of their own. Apollonaris Sidonius said in his commentary on the Saxons that they loved storms at sea so they could take foes by surprise. This was their reason for giving one man in ten chosen by lot to the sea, to keep them safe in the storms. Éagor and Ran were said to have nine daughters named in Norse as Himminglæva, Dufa, Blóðhadda, Hefring, Unn, Hrónn, Bylgja, Bara, and Kolga. The mothers of Heimdallr or “Hama” to the Saxons.







Garsecg, the English god of the Seas. His name appears quite often in Old English texts, but little is really known about him. The root Gar means spear – as in the English Gar rune. The word 'Secg' can vary and can mean sword but also hero or warrior. Here it would suggest his name means 'Spearman', a folk memory from ancient hunter gatherer times maybe. There is an older root-meaning for the word Gar, from the PIE *ǵʰey which means 'to drive, move or fling'. Perhaps his name is a reference to the ocean waves, tidal currents and stormy seas which tossed ships and drowned sailors.



Völuspá, 32

 Le nuisible trait finira par le

blesser, même s'il ne le touchera que

légèrement, ce même trait que lancera

Hodr; Né trop tôt, le frère de

Baldr n'avait qu'une nuit lorsque fut 

tué le fils d'Odinn.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html


-


Hodr : le frère aveugle de Baldr

Le frère de Baldr : Vali.




mardi 9 août 2022

Völuspá, 31

 J'ai vu le destin fixé de Baldr, le dieu

ensanglanté, le fils d'Odinn; haut

dans les champs, la belle et légère

pousse de gui se dressait déjà bien

droite.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html






dimanche 7 août 2022

Völuspá, 30

Elle voit les Valkyries arriver de loin,

chevauchant en direction des fils

des dieux. Skuld portait un bouclier,

Sködul en tenait un autre, suivaient

Gunn, Hild, Göndul et Geirskögul;

voilà donc les compagnes d'Herjan,

les Valkyries prêtes à chevaucher par

la plaine.


https://sesheta-publications.com/edda-poetique.html


-


Herjan : Seigneur des hôtes, Odinn